Jackson Pollock « Alchimie » au Musée Peggy Guggenheim à Venise

Jackson Pollock, Alchimie, au musée Peggy Guggenheim à Venise
Jackson Pollock, Alchimie
Huile, Peinture d'Aluminium et Ficelle sur Toile de Dentelle
(114,6 x 221,3 cm) 1947 Musée Peggy Guggenheim


La matière règne avec puissance, présence et épaisseur dans ce tableau intitulé « Alchimie » réalisé en 1947 par Jackson Pollock.

Une matière vivante, dynamique, qui s'anime sous nos yeux, qui se transforme lorsque l'on s'en approche, en nous faisant découvrir d'autres formes, d'autres signes, d'autres tableaux dans le tableau.

Jackson Pollock, Alchimie, au musée Peggy Guggenheim à Venise
Jackson Pollock, Alchimie
C’est l’un de ses premiers tableaux où il utilise des coulures et des gouttelettes de peinture, son fameux « dripping ».

La matière, les couches sont si denses qu’il n’est pas possible d’apercevoir la toile, entièrement recouverte de couches de peinture.

L’Opificio delle Pietre Dure de Florence qui a procédé à sa restauration en 2013 a constaté que Pollock a utilisé 4,6 kg de peinture pour réaliser ce tableau !

Jackson Pollock, Alchimie, au musée Peggy Guggenheim à Venise
Jackson Pollock, Alchimie
Les matières utilisées par Pollock pour réaliser son « Alchimie  »sont également intéressantes.

C’est sur une toile de dentelle que Pollock a utilisé de la peinture à l’huile, mais également de la peinture d’aluminium et de la ficelle.

Les experts hésitent à dire qu’il aurait également utilisé des émaux pour réaliser cette œuvre « alchimique » !

Une toile de dentelle posée au sol de manière à pouvoir « l’arroser » de peinture en geste large, mais aussi précis et donner cette impression finale toute « pollockienne ».

Jackson Pollock, Alchimie, au musée Peggy Guggenheim à Venise
Jackson Pollock, Alchimie
Jackson Pollock indiquait lui-même :
« Sur le sol, je me sens plus à l’aise.

Je me sens plus proche, faisant partie de ma peinture, de cette manière je peux tourner autour, travailler depuis les quatre côtés et littéralement faire corps avec ma peinture. »
Jackson Pollock

Et de fait, on peut voir, sentir les mouvements du corps de Pollock dans cette toile, la manière dont il l'a peinte, dont il a « imprimé » ses signes primitifs dans cette œuvre.


Retour en haut de la page