Les Ponts et Canaux de Venise


Le pont du Rialto et le Palais dei Camerlenghi à Venise.
Pont du Rialto et Palais Camerlenghi
Que ce soit le pont du Rialto ou le pont des Soupirs, Venise est aussi célèbre par ses ponts que par ses gondoles, palais et églises.

Avec plus de 438 ponts pour 124 îles, 183 canaux et une surface de 631 hectares, il y a en effet de quoi marquer les esprits.

Et chacun des ces ponts possède une histoire bien particulière, que ce soit l'origine du pont des Soupirs ou bien celle du pont du Rialto, totalement opposées quant à leurs usages et motivations, cette histoire est toujours passionnante.

À l'origine il n'y avait quasiment pas de ponts à Venise, au mieux des passerelles de bois sans marches dont la construction et l'entretien étaient à la charge des voisins.

Le Pont Chiodo sur le Rio de San Felice, dans le Sestier du Cannaregio à Venise.
Le Pont Chiodo sur le Rio de San Felice
À cette époque, on se déplaçait surtout à cheval à Venise.

Puis les transports de marchandises et de personnes se firent majoritairement par bateau, ce qui eut pour conséquence le commencement de la construction de véritables ponts.

Des ponts qui devaient être suffisamment bombés et hauts pour que les barques et les gondoles puissent passer par dessous.

Mais dans le même temps, ces ponts devenus plus arqués et de plus pourvus de marches n'étaient plus adaptés aux chevaux qui disparurent comme moyen de transport et de déplacement au coeur de Venise.

Gondole Rio dei Bareteri, à Saint-Marc à Venise.
Gondole Rio dei Bareteri
On avait donc construit d'abord les maisons le long des Calli (le nom des rues à Venise, Calle au singulier) et des canaux avant de se préoccuper des ponts pour rejoindre les différentes îles qui forment Venise.

Vous pouvez voir à Venise la conséquence de cet ordre renversé des choses, à savoir des ponts qui semblent être de "travers", presque "jetés" en diagonale pour relier deux Calli par-dessus un Rio (le nom donné à un canal en vénitien).

Et pour cause puisque ces ponts ont été construits "ensuite", en essayant de s'adapter à la configuration des Calli existantes.

Ces ponts « de travers » portent généralement le nom de « Storto », en les traversant, vous saurez que les ponts Storto sont les ponts tordus ou de travers !

Les reflets du Rio dei Carmini au pont Briati, dans le Dorsoduro à Venise.
Les reflets du Rio dei Carmini
Petits, grands, dodus, droits ou en travers, en pierre, en bois et métal, en métal, décorés et sculptés ou encore tous simples, la diversité des ponts de Venise ajoute à la beauté de la ville et à son aspect si romantique.

Une grande partie de l'histoire de la ville peut d'ailleurs s'y lire.

Si l'on ne commença à construire des ponts de pierre qu'à partir du XIVe siècle, les ponts entièrement en métal ne vinrent qu'après 1800 et sont pour l'essentiel des ponts construits par les Autrichiens lors de leur occupation de Venise.

Sandolo sous le pont Storto, dans le Sestier de San Polo à Venise.
Sandolo sous le pont Storto à Venise
Un autre détail qui a son importance : les ponts de Venise n'avaient aucun parapet à l'origine.

Les parapets que vous voyez ont été ajoutés bien après leur construction pour éviter que trop de monde ne tombe à l'eau !

Ce type d'accident était tellement courant qu'Il Gazzetino, le journal de Venise, possédait dans le passé une rubrique quotidienne dans laquelle il donnait les noms des gens qui étaient tombés à l'eau le jour précédent.

Gondole sous le pont Chiodo, dans le Cannaregio à Venise.
Gondole sous le pont Chiodo
Il n'y a plus qu'un seul pont à Venise qui n'ait pas de parapets, il se trouve dans le Sestier du Cannaregio et enjambe le rio de San Felice, c'est le ponte Chiodo.

Il en reste également un sur l'île de Torcello, le pont del Diavolo.

Il faut aussi que vous sachiez que les ponts de Venise sont également des lieux de vie.

Observez bien et vous verrez que de jour comme de nuit, les gens s'arrêtent en haut des ponts, pour se reposer, pour regarder l'eau, pour fumer une cigarette, mais aussi tout simplement pour parler entre eux, comme si l'on était mieux là-haut !

Sandolo davant le pont de Ca' Widmann, dans le Cannaregio à Venise.
Le pont de Ca' Widmann
Nous avons nous-mêmes habité juste à côté d'un pont à Venise et toute la journée comme la nuit nous avons pu constater ces comportements d'arrêt en haut du pont. À ce titre, voici une petite anecdote amusante.

Toutes les nuits, vers 22 heures, un Vénitien d'une soixantaine d'années rentrait chez lui après avoir visiblement bu un peu trop de verres d'Ombra.

Et systématiquement, il s'arrêtait en haut de notre pont, faisait face au rio et déclamait à haute voix pendant une bonne dizaine de minutes. L'écho de sa voix, amplifié par l'eau et les façades des maisons l'enchantait sans doute. Ensuite, fort satisfait, il rentrait chez lui et recommençait la nuit suivante !


Retour en haut de la page