Le Palais de la Ca' d'Oro à Venise

Le Palais de la Ca' d'Oro à Venise en Italie
Le Palais de la Ca' d'Oro
La Ca' d'Oro est sans conteste l'un des plus beaux palais en style gothique flamboyant de Venise, et nous sommes loin de pouvoir nous représenter ce palazzo dans son aspect initial, avec sa façade recouverte d'or et peinte en lapis-lazuli.

Cette alliance de couleur or et de bleu outremer devait rendre l'aspect de la Ca' d'Oro, la maison d'or, encore plus féerique.

L'histoire de la construction de la Ca' d'Oro commence en 1421.

Son propriétaire et maître d'ouvrage, Marin Contarini, est un patricien fortuné de Venise, inscrit comme il se doit sur le livre d'or, le Libro d'Oro des nobles de la Sérénissime.

Bartolomeon Bon, Puits de la cour de la Ca' d'Oro à Venise en Italie, Allégorie de la Force, de la Justice et de la Charité avec les armes de la famille Contarini
Puits de la cour de la Ca' d'Oro
Et la Ca' d'Oro est très nettement le moyen pour lui de hausser son prestige au niveau des plus grands noms de la ville de Venise.

Toutes les options architecturales qu'il décide d'utiliser pour son palais en sont un exemple évident : l'or recouvrant la façade, le lapis-lazuli, qui était l'un des pigments de couleur les plus chers de l'époque, les marbres, les sculptures et enfin le crénelage supérieur de la Ca d'Oro, imitant le centre du pouvoir de Venise, le Palais Doges lui-même.

Le Palais de la Ca' d'Oro à Venise en Italie
Le Palais de la Ca' d'Oro
Il suffit de savoir que 23.000 feuilles d'or recouvraient la façade de la Ca' d'Oro à l'origine pour comprendre le luxe que représentait la construction de ce Palais, qui plus est, situé sur la plus belle “avenue” de Venise, le Grand Canal.

Mais revenons à la construction du palais, de cette “Maison d'or”.

C'est donc en 1421 que Marin Contarini fait débuter les travaux de son palais des rêves. Et tout riche qu'il soit, il commence par le commencement, à savoir gérer au mieux le problème et aussi le coût des fondations de la Ca' d'Oro.

La cour du Palais de la Ca' d'Oro à Venise en Italie
La cour de la Ca' d'Oro
Comme tous les édifices vénitiens, de la plus petite masure aux somptueux palais et églises, les fondations des bâtiments de Venise étaient réalisées à l'aide de pieux enfoncés profondément dans le sol de la lagune.

Ces pieux, qui avaient une longueur comprise entre 3 et 5 mètres, étaient enfoncés côte à côte, par rangées de deux à trois.

Sur ces rangées de pieux étaient ensuite posés des radiers, sortes d'épais pontons en bois massif.

La vue sur le Grand Canal de Venise depuis le Palais de la Ca' d'Oro
La vue depuis la Ca' d'Oro
Sur ces radiers, les bâtisseurs vénitiens posaient ensuite de gros blocs de pierre. La pierre utilisée était généralement la pierre blanche d'Istrie que l'on peut voir dans la quasi-totalité des constructions vénitiennes.

On positionnait bout à bout ces blocs de pierre, taillés précisément, pour créer ainsi une nouvelle rangée horizontale se superposant directement à celle des radiers de bois.

C'est cet ensemble, constitué par les pieux, les radiers et les blocs de pierre de la rangée supérieure, qui servait de fondations pour recevoir ensuite les murs porteurs du futur palazzo.

Le Palais de la Ca' d'Oro à Venise en Italie
Le Palais de la Ca' d'Oro
Le poids de l'édifice était très bien réparti sur l'ensemble des pieux ainsi enfoncés dans la lagune, ces pieux étant parfaitement solidarisés entre eux par les radiers qui les recouvraient, ce qui donnait également une grande stabilité à l'ensemble du bâtiment.

Mais cette technique possédait un autre avantage de taille : elle permettait d'isoler efficacement les murs du palais des agressions de l'eau de la lagune.

En effet, comme les murs des palais, sauf de très rares exceptions, étaient entièrement faits de briques, les risques de montée de l'eau dans ceux-ci, par capillarité (le principe du buvard), étaient importants.

Les mosaïques de la cour du Palais de la Ca' d'Oro à Venise en Italie
Les mosaïques de la cour
Or une brique est un matériau poreux parfait pour jouer le rôle de buvard !

Grâce à cette technique de construction, les briques ne pouvaient pas être en contact direct avec l'eau de la lagune puisqu'elles en étaient isolées par la double rangée constituée par les radiers en bois et surtout par celle des blocs de pierre.

Si la brique était un matériau de construction parfait pour Venise du fait de sa légèreté, pour autant, les effet de l'eau salée combinés avec les attaques du gel en hiver, représentaient autant de dangers pour les murs des palais et des églises.

Le Palais de la Ca' d'Oro à Venise en Italie
Le Palais de la Ca' d'Oro
Le phénomène actuel du Moto ondoso, qui dégrade aujourd'hui dramatiquement les Palais vénitiens, est là pour nous montrer l'importance de ce risque.

Sauf que l'eau qui attaque aujourd'hui les briques et façades des Palais et maisons de Venise est celle des vagues à répétition générées, des centaines de fois par jour, par les bateaux à moteur circulant (trop vite) dans les canaux de Venise.

Un phénomène que n'avaient évidemment pas prévu les bâtisseurs de la Ca d'Oro en 1421 !

Page suivante : Un palais bâti sur l'eau


Retour en haut de la page