Victor Brauner « Le Surréaliste » au Musée Peggy Guggenheim à Venise

Huile sur Toile (60 x 45 cm) Janvier 1947 Musée Peggy Guggenheim

Victor Brauner, Le Surréaliste, au musée Peggy Guggenheim à Venise
Brauner, Le Surréaliste
Victor Brauner est né le 15 juin 1903 en Roumanie.

En 1921, il étudia à l’École des Beaux-Arts de Bucarest et commença à peindre des paysages dans le style de Paul Cézanne.

Victor Brauner s’installa à Paris en 1930 et devint l’ami de Constantin Brancusi, Roumain comme lui.

En 1933, il fut introduit au sein du mouvement Surréaliste par Yves Tanguy.

Son exposition personnelle en 1934 à la galerie Pierre de Paris fut un échec et Brauner décida de retourner à Bucarest en 1935.

En 1938 il retourna à Paris où Tanguy partagea son logement avec lui.

Victor Brauner, Le Surréaliste, au musée Peggy Guggenheim à Venise
Brauner, Le Surréaliste
A cette époque il peignait des personnages aux yeux mutilés, portraits prémonitoires de ce qu’il lui arrivera la même année lorsqu’il perdra un œil à la suite d’une bagarre.

Lorsque se déclencha la Seconde Guerre mondiale, Brauner s’enfuit à Marseille où il garda le contact avec les Surréalistes.

Il trouva ensuite refuge en Suisse avant de retourner à Paris en 1947.

Il fut exposé à la Biennale d’Art de Venise en 1954 et en 1966.

Victor Brauner, Le Surréaliste, au musée Peggy Guggenheim à Venise
Victor Brauner, Le Surréaliste
Victor Brauner mourut le 12 mars 1966 à Paris.

Dans son tableau « Le Surréaliste », Victor Brauner utilisa des motifs du tarot pour son autoportrait.

Le tarot avec ses cartes de prédiction de l’avenir était l’un des thèmes qui intéressaient les Surréalistes.

La carte du jongleur avait été choisie ici par Brauner pour ce tableau.

Victor Brauner, Le Surréaliste, au musée Peggy Guggenheim à Venise
Victor Brauner, Le Surréaliste
Le jongleur symbolise la capacité de chacun de manipuler sa destinée à l’aide de son imagination et de son intelligence.

La puissance créatrice sans limites de l’homme est ici représentée par le symbole de l’infini dans la coiffe du jongleur.

Comme dans le tarot, le magicien-jongleur de Victor Brauner utilise baguettes, coupes, monnaies et épées, des symboles corrélatifs au feu, à l’eau, à l’air et à la terre.

Tous ces éléments sont contrôlés par le jongleur, à la disposition du Surréaliste qui brandit ici son crayon comme s’il s’agissait d’une baguette magique.

Victor Brauner, Le Surréaliste, au musée Peggy Guggenheim à Venise
Victor Brauner, Le Surréaliste
Victor Brauner, Le Surréaliste, au musée Peggy Guggenheim à Venise
Victor Brauner, Le Surréaliste


Retour en haut de la page