Georges Braque au Musée Peggy Guggenheim à Venise


Georges Braque est né en 1882 et a grandi au Havre où il étudia les beaux-arts de 1897 à 1899 et commença à peindre dans le style impressionniste.

Georges Braque, La Clarinette, au musée Peggy Guggenheim à Venise
Braque, La Clarinette
Il partit ensuite à Paris pour étudier à l’Académie Humbert où il fit la connaissance de Marie Laurencin et de Francis Picabia.

En 1906, d’impressionniste, il devint Fauviste et dès 1908, il eut droit à une exposition personnelle dans la galerie de Daniel-Henry Kahnweiler.

Il rencontra alors Picasso et ils travaillèrent ensemble pour créer le cubisme.

Une influence réciproque particulièrement forte, avec pour conséquence des styles très similaires pour les deux artistes.

En 1912, ils commencèrent tous deux à intégrer des collages dans leurs œuvres, dont le papier collé.

Georges Braque, Le Compotier de Raisins, au musée Peggy Guggenheim à Venise
Le Compotier de Raisins
Leur travail commun dura jusqu’en 1914 avec l’arrivée de la Première Guerre mondiale.

Georges Braque fut blessé au cours des combats et reçu des soins pour sa guérison jusqu’en 1917, date à laquelle il se lia d’amitié avec Juan Gris.

Après avoir exposé au Salon d’Automne à Paris, sa renommée était assise dès 1922.

Il réalisa aussi des décors pour les ballets de Serge Diaghilev.

À la fin des années 20, le cubisme commença à prendre moins d’importance au sein de ses œuvres.

Les deux tableaux de Georges Braque exposés au musée Peggy Guggenheim, « La Clarinette » et « Le Compotier de Raisins » montrent bien son évolution depuis un cubisme rigoureux vers une première atténuation de celui-ci dans les années 20.


Retour en haut de la page