Paradis de Tintoret au Palais des Doges, les Docteurs de l'église

Adam et Ève dans le Paradis de Tintoret

Le Paradis de Tintoret, Saint-Jean et Adam et Ève, au Palais des Doges de Venise
Le Paradis : Saint-Jean, Adam et Ève
À droite des quatre évangélistes, à côté de l’aigle de Saint-Jean, on aperçoit Ève aux cheveux blonds et à la peau immaculée volant en compagnie d’Adam dont le bas du corps est recouvert de feuilles.

Le couple primordial chassé du paradis terrestre a retrouvé sa pureté originelle grâce au sacrifice de Jésus : ils ont retrouvé Dieu au Paradis céleste grâce au Christ rédempteur qui efface les péchés du monde.

Au-dessus d’Adam et Ève, les Apôtres alignés en apesanteur regardent tous vers la gauche.

Le Paradis de Tintoret, et Saint-Pierre, au Palais des Doges de Venise
Le Paradis de Tintoret : Saint-Pierre
Parmi eux, on distingue Saint-Thomas avec une équerre symbolisant son métier d’architecte et son esprit rationnel qui voulut vérifier concrètement la résurrection du Christ en touchant les plaies de la crucifixion.

Au bout de la file des Apôtres, le vieil homme au front soucieux avec un livre et une clef à la main est Saint-Pierre, le célèbre fondateur de l’Église de Rome.

Il est suivi par un homme jeune et dynamique avec l’épée au côté qui représente Saint Paul, l’infatigable prédicateur voyageur, bien décidé à convaincre et à convertir le monde.

Les Docteurs de l’Église Romaine dans le Paradis de Tintoret

Le Paradis de Tintoret, Saint-Jérôme et Saint-Ambroise, au Palais des Doges de Venise
Paradis : Saint-Jérôme et Saint-Ambroise
À droite de Saint Paul, une foule de grands personnages de l’Église catholique magnifiquement représentés par le Tintoret : papes, cardinaux, évêques, portant leurs vêtements sacerdotaux avec la tiare ou la mitre.

Ce sont les docteurs de l’Église romaine :

Saint-Jérôme, l’ermite du désert, est torse nu, drapé de rouge avec sa barbe blanche et son chapeau de cardinal, tenant son manuscrit à bout de bras.

Durant les années 390-405, il avait traduit la Bible en latin à partir du texte hébreu : la Vulgate.

Le Paradis de Tintoret, Saint-Jérôme ermite et Saint-Ambroise, au Palais des Doges de Venise
Paradis : Saint-Jérôme et Saint-Ambroise
D’abord contestée par les défenseurs de la Bible grecque, il fallut attendre le concile de Trente de 1546 pour que sa Vulgate soit déclarée canonique.

Saint Ambroise (337- 399) est à droite de Jérôme, en bleu et or avec son livre sur les genoux.

Arrivé à Milan en tant que gouverneur de l’Émilie Ligurie, il fut baptisé en l’an 370 et aussitôt élu évêque par les chrétiens.

Ce grand théologien qui lutta contre l’arianisme est connu pour avoir contraint l’empereur Théodose à une expiation publique, et pour avoir baptisé Saint-Augustin qui le considérait comme un maître et un modèle de piété.

Page Précédente | Page Suivante


Retour en haut de la page