Le Palais des Doges à Venise : Sur Pilotis !


Le Palais des Doges de nuit pendant l'Acqua Altà à Venise
Palais des Doges et Acqua Altà

Une construction osée sur pilotis

La construction du Palais des Doges, comme celle des autres bâtiments vénitiens, devait évidemment prendre en compte les contraintes liées à une construction effectuée sur l'eau, avec comme fondations des pilotis et toute la fragilité que cela signifie.

Cette contrainte lagunaire est à l'origine de la conception du Palais Ducal à savoir qu'il a été conçu à l'inverse des lois traditionnelles de l'architecture.

La Cour du Palais des Doges et le Campanile de Saint-Marc à Venise
Cour du Palais des Doges
Dans nos palais “terrestres”, on commence par des fondations et une infrastructure massive, destinée à supporter le poids de l'ensemble architectural qui va s'élever au-dessus d'elle.

Ici la charge est totalement inversée.

On a posé une grande “boite” sur des portiques qui transmettent en fait directement leur charge aux pilotis des fondations par un système d'arcs et de voûtes très élaboré en ce sens.

Une Construction Arabe d'Espagne

« Ce qui captive l'attention à première vue, dans ce palais, c'est sa loggia du premier étage, composée de soixante et onze colonnes de marbre reliées par des ogives, colonnade placée elle-même sur une galerie basse formée de trente-six colonnes courtes et massives sortant du sol directement, sans soubassement.

Chapiteau du Palais des Doges de Venise
Chapiteau Palais des Doges
Les chapiteaux de toutes ces colonnes présentent une profusion d'ornements, de feuillages, de têtes d'animaux ou de figurines humaines.

Enfin le dessus de la loggia est composé d'un étage fort élevé, tout uni, en marbre jaune et blanc disposé en damier, et éclairé seulement par quatre fenêtres ogivales.

Cet étage rappelle les constructions arabes d'Espagne ; il domine de sa lourde masse les deux galeries du bas sans les écraser et sans choquer la vue, bien qu'on soit habitué à l'effet architectonique inverse qui a pour principe d'orner et d'alléger les façades à mesure qu'elles s'éloignent du sol. »
Eugène Faugière - Italie Notes et Croquis 1905

Prodige de l'Art

Arcades du Palais des Doges à Venise, côté de la Piazzetta San Marco
Arcades du Palais des Doges
« Le monument gagne à être vu de près, à être examiné dans ses détails.

C'est un premier ordre d'arcades à cintres aigus, dont les piliers, affranchis de leurs bases et couronnés de leurs bizarres chapiteaux, semblent enfoncés à moitié sous terre : l'arbre altier, qui porte sa tête au ciel, cache ses racines dans les entrailles du sol.

Au-dessus, c'est une colonnade légère qui, de quelque lieu qu'on la regarde, encadre dans ses pans un coin de l'azur du ciel ou de la mer.

Le Doge Andrea Gritti et le lion de Saint-Marc sur la façade du Palais des Doges sur la Piazzetta San Marco à Venise
Le Doge Andrea Gritti
Le mur quadrangulaire, de marbre rouge et blanc, que porte ce double rang de colonnes, est percé de fenêtres en ogives, au milieu desquelles saillent deux magnifiques balcons sculptés dans le marbre.

Ces balcons sont enrichis de bas-reliefs, de figurines et de petits clochetons, dont les pointes aiguës comme des minarets s'élèvent finement au-dessus de la frise supérieure.

Si l'on en croit Sansovino tout l'édifice appuie sur la mince colonnade, qui supporte la frise du second ordre, semée de trèfles à jour, et sur les colonnes angulaires de la piazzetta et du port ; autre prodige de l'art, qui vient, dans la pensée, ajouter à l'effet que l'élégance de l'architecture produit sur les yeux. »
Flandin - Voyages 1838


Le Palais des Doges à Venise sur Wikipedia

Retour en haut de la page