Jacopo Robusti Le Tintoret : Le Paradis au Palais des Doges

Tintoret et le Paradis dans la Salle du Grand Conseil au Palais Ducal

Le Paradis de Tintoret dans la Salle du Grand Conseil du Palais des Doges à Venise
Le Paradis de Tintoret Palais des Doges
Le Paradis de Tintoret dans la salle du Grand Conseil du Palais des Doges : une toile de 24,5 mètres de long sur 9,90 mètres de haut !

En 1587, le Sénat de Venise prenait la décision de remplacer l’ancienne fresque de Guariento de Padoue par une peinture à l’huile sur toile.

Cette fresque qui décorait la salle du Grand Conseil du palais des Doges avait été peinte en 1365 uniquement sur la partie du mur située juste au-dessus du trône ducal ; malheureusement elle avait été gravement endommagée par un incendie en 1577.

On voulait la remplacer par une œuvre grandiose, qui cette fois occuperait toute la largeur de la salle.

Le Paradis de Tintoret dans la Salle du Grand Conseil du Palais des Doges à Venise
Le Paradis de Tintoret Palais des Doges
On organisa donc un concours pour trouver l’artiste capable de produire un chef-d’œuvre digne de ce lieu prestigieux. Finalement, il fallut choisir entre les deux meilleurs : ou bien la palette exceptionnelle de Paul Véronèse parfaitement adaptée au sujet, ou bien la variété et la vivacité du Tintoret.

Étant donné que le Tintoret avait déjà 68 ans, certains le jugeaient trop âgé pour réaliser une œuvre d’une telle ampleur.

C’est donc Paul Véronèse qui remporta la commande, et il était prévu qu’il serait secondé par un peintre coloriste de talent : Francesco Bassano.

Malheureusement, en 1588 Véronèse mourait avant même d’avoir terminé ses ébauches.

Du coup Le Tintoret héritait de la commande, et se mit aussitôt au travail.

Le Paradis de Tintoret : Une œuvre Grandiose

Le Paradis de Tintoret dans la Salle du Grand Conseil du Palais des Doges à Venise
Le Paradis de Tintoret Palais des Doges
Il s’agissait de peindre une œuvre sur toile de 24,5 mètres de long sur 9,90 mètres de haut ; or personne n’avait affronté un tel défi depuis que Michel-Ange avait peint la Chapelle Sixtine.

Pour ce faire, Le Tintoret utilisa la grande salle du Chapitre de la Scuola Vecchia de la Misericordia en guise d’atelier.

C’était un excellent choix, car il habitait dans le Cannaregio, à proximité de la Misericordia, si bien qu’il pouvait s’y rendre en peu de temps et le Rio de la Sensa lui permettait d’organiser plus facilement la logistique.

Le Roi David et le Roi Salomon dans le Paradis de Tintoret dans la Salle du Grand Conseil du Palais des Doges à Venise
Le Roi David et le Roi Salomon
Il préparait son œuvre minutieusement en divisant son tableau en plusieurs sections avant de les assembler pour vérifier l’harmonie d’ensemble, et il recommençait…

Pour aboutir à cette foule incroyable de personnages en état d’apesanteur.

Il était assisté de son fils Domenico, notamment dans la réalisation finale sur place au palais des Doges, où il fallait constamment monter et descendre des échafaudages pour avoir une vue d’ensemble après chaque intervention.

Le Paradis de Tintoret dans la Salle du Grand Conseil du Palais des Doges à Venise
Le Paradis de Tintoret Palais des Doges
Ceci explique les différences dans la représentation de certains personnages, mais on remarque facilement que les plus importants sont toujours parfaitement représentés et donc facilement identifiables, la preuve qu’ils ont été entièrement peints par le maître.

Le Tintoret connaissait parfaitement l’anatomie humaine, mais cela ne l’empêchait pas de se référer à des statues incarnant l’idéal de beauté féminine, ni de faire poser des modèles vivants et de se procurer des vêtements religieux par souci de réalisme et de précision.

Page Suivante


Retour en haut de la page