Le Palais des Doges à Venise


Il échappe à toutes les règles de l'Art

L'Escalier d'Or, la Scala d'Oro du Palais des Doges de Venise
Escalier Or Scala d'Oro
« Quel ensemble séduisant qui échappe à toutes les règles de l'art !

La grâce des contours, la coloration fondue des matériaux employés, l'imprévu de l'invention dans les détails désarment toute critique, et on s'abandonne sans réserve.

Les portiques aux colonnes trapues, aux chapiteaux curieusement fouillés du rez-de-chaussée, la galerie ajourée du premier étage d'un rare effet décoratif, attestent le goût inventif et personnel des Bon, père et fils, au XVesiècle. »

Edmond Radet - Visions Brèves 1904

Moitié Gothique et moitié Byzantin

Chapiteaux du Palais des Doges sur la Piazzetta San Marco à Venise
Chapiteaux du Palais des Doges
« Voilà le palais ducal, avec ses gros piliers et ses fines ogives, avec sa loggia de style arabe, soutenant sur une galerie trilobée sa grande marqueterie de marbre, avec sa dentelle d'ogives, de trèfles et de quatre-feuilles, avec ses grandes fenêtres encadrées dans leurs gracieux festons, avec ses coins ourlés d'élégantes colonnettes.

La corniche qui le surmonte, corniche de marbre blanc moitié gothique et moitié byzantine, découpe sur le ciel bleu ses pyramides évidées et ses frêles aiguilles, semblables à des créneaux dentelés.

Balcon d'Antonio Abbondi Scarpagnino avec le Doge Andrea Gritti devant le Lion de Saint-Marc, sur la façade de la Piazzetta San Marco à Venise
Balcon de Scarpagnino
Son gracieux balcon brodé dans le marbre, les délicates sculptures qui entourent ses chapiteaux, qui grimpent aux angles des fenêtres et accompagnent les ogives dans leurs courbes majestueuses, lui donnent un aspect de richesse et d'élégance qui charme les yeux, alors que son grand mur, avec sa large mosaïque de marbre rouge et blanc, lui communique une physionomie robuste et solide qui étonne et impose.

A la fois tribunal et conseil, palais et prison, cette grande merveille s'accommode à ravir de ce superbe contraste. Sa gracieuse solidité et sa sévère élégance nous disent son histoire, bien mieux que les longues chroniques du vieux temps.

Ses sombres galeries évoquent un autre âge, et ses délicats arceaux racontent à tous les yeux les fêtes d'autrefois et les grandeurs disparues. »
Henri Havard - Amsterdam et Venise 1876

Une Caverne Fantastique

Salle du Conseil des Dix du Palais des Doges à Venise
Salle du Conseil des Dix
“Je reste un instant éblouie; rien d'inattendu et de merveilleux comme ce monument, le plus beau, le plus rare de l'Italie entière ; depuis l'antiquité, rien d'aussi saisissant et d'aussi hardi n'a été imaginé.

Est-ce Bagdad ou Delhi qui en ont fourni le modèle ?

Ce palais est sans précédent dans tout ce qu'a produit l'art européen.

La lune s'est dégagée des nuages et me permet de voir l'ensemble du palais magique.

Le Palais des Doges de Venise pendant l'Acqua Alta sur la Piazzetta San Marco
Palais des Doges et Acqua Alta
Sur deux rangs de sveltes arcades soutenues par des colonnes du plus beau travail et formant deux portiques superposés, trône un bâtiment oblong, massif et superbe, en plaques de marbres blanc et rose qui décrivent des mosaïques riantes et simples.

Une légère galerie à jour découpant ses pointes dans l'air, comme un diadème de roi, ceint le monument et en dérobe la toiture plate; le tranchant des angles de l'édifice est dissimulé par une mince colonnette qui monte en nervure et s'épanouit en clocheton ; j'ai en face de moi le grand balcon où le doge se montrait au peuple.

L'Archange Gabriel sur l'un des piliers du Palais des Doges sur la Piazzetta San Marco à Venise
L'Archange Gabriel
La niche, encadrée de figures et de sculptures, est peinte sur fond d'azur, une statue lui sert de couronnement ; trois fenêtres en ogives sont percées de chaque côté du balcon, et trois autres plus petites, comme des yeux ouverts à l'aventure, sont plus haut, du côté gauche; c'est là un caprice de l'architecte qui rompt la symétrie de la façade […]

Au-dessus de ces fenêtres s'ouvrent encore de chaque côté quatre oeils de boeuf en forme de rosaces.

Les belles lignes de la masse qui est devant moi sont si nettes et si harmonieuses qu'on en distingue les détails du premier coup d'oeil. […]

Les colonnes élancées des deux galeries se détachent en blanc sur le vide sombre des arceaux ; elles soutiennent de leurs fûts légers le corps lourd du bâtiment comme des bras entrelacés de jeunes filles soutiendraient un géant.

L'Archange Gabriel sur l'un des piliers du Palais des Doges sur la Piazzetta San Marco à Venise
L'Archange Gabriel
Ce fouillis d'architecture et de sculpture aériennes surgissant ainsi au bord de la mer et empruntant à la nuit des teintes pâles, fait aussi songer à ces cavernes fantastiques formées de parois de nacre et de rameaux de corail blanc qu'on rêve au fond de l'Océan, et qui tout à coup en seraient sorties pour décorer Venise ! »
Louise Colet - L'Italie des Italiens 1862

Comme un Diamant unique au milieu d'une parure

« Comme un diamant unique au milieu d'une parure, le palais ducal efface le reste.

Je ne veux rien décrire aujourd'hui, je ne veux qu'avoir du plaisir.

On a point vu d'architecture semblable ; tout y est neuf, on se sent tiré hors du convenu ; on comprend que, par delà les formes classiques ou gothiques que nous répétons et qu'on nous impose, il y a tout un monde, que l'invention humaine est sans limites, que, semblable à la nature, elle peut violer toutes les règles et produire une œuvre parfaite sur un modèle contraire à tous ceux dans lesquels on lui dit de s'enfermer.

L'Archange Gabriel sur l'un des piliers du Palais des Doges sur la Piazzetta San Marco à Venise
Archange Gabriel Palais des Doges
Toutes les habitudes de l'oeil sont renversées, et avec une surprise charmante on voit ici la fantaisie orientale poser le plein sur le vide au lieu d'asseoir le vide sur le plein.

Une colonnade à fûts robustes en porte une seconde toute légère, dentelée d'ogives et de trèfles, et sur cet appui si frêle s'étale un mur massif de marbre rouge et blanc dont les plaques s'entrecroisent en dessins et renvoient la lumière.

Au-dessus, une corniche de pyramides évidées, d'aiguilles, de clochetons, de festons, découpe le ciel de sa bordure, et cette végétation de marbre hérissée, épanouie, au-dessus des tons vermeils ou nacrés des façades, fait penser aux riches cactus qui, dans les contrées d'Afrique et d'Asie où elle est née, entremêlaient les poignards de leurs feuilles et la pourpre de leurs fleurs. »
Hippolyte Taine - à Venise 1864


Le Palais des Doges à Venise sur Wikipedia

Retour en haut de la page