Quadrige des chevaux de Saint-Marc à Venise


Les Chevaux du Pouvoir

Les chevaux de bronze du quadrige de la basilique Saint-Marc de Lysippe de Sicyone
Les chevaux de Saint-Marc
« Des coursiers d'airain brillent encore devant Saint-Marc, leurs colliers dorés étincellent aux rayons du soleil, mais la menace de Doria n'est elle pas accomplie ?

Les coursiers ne son t'ils pas bridés ? »
Lord Byron- Poésies

Pour comprendre cette allusion à Doria, il convient de savoir que les chevaux de Saint-Marc étaient devenus l'un des symboles de la puissance vénitienne.

Pietro Doria, amiral génois avait promis en 1378 aux vénitiens, lors de la guerre qui opposait Gênes à Venise, juste après la prise de l'île toute proche de Chioggia par les génois, qu'il mettrait la bride aux chevaux de Venise. Ce qu'il ne réussit pas à faire !

Les chevaux de bronze du quadrige de la basilique Saint-Marc de Lysippe de Sicyone
Les chevaux de Saint-Marc
Le poème de Byron fut écrit après la chute de Venise et son occupation par les troupes autrichiennes.

Il ne leur manque rien !

« Ils sont beaux ; il ne leur manque rien et sont comme s'ils sortaient de la fonte.

Je ne sais s'ils n'ont point été redorés depuis le temps, mais ils le sont encore presque partout : quoiqu'il en soit, c'est un beau monument.

Ils sont si bien fondus qu'ils ont chacun deux pieds en l'air. »
Comte de Caylus - Voyage d'Italie 1714-1715

Des chevaux qui piaffent !

Les chevaux de bronze du quadrige de la basilique Saint-Marc de Lysippe de Sicyone
Les chevaux de Saint-Marc
« Je m'arrête au milieu pour revoir à distance la façade de Saint-Marc.

Ma surprise et mon éblouissement se renouvellent.

Les chevaux de Corinthe hument l'air et l'espace et piaffent sur les sculptures du portail au-dessus des saints et des évêques.

Ils semblent leur dire : En marche ! En marche ! Éveillez-vous, montez en croupe, allez à travers le monde qui se précipite et appelle Dieu pour le guider !
Les chevaux de bronze du quadrige de la basilique Saint-Marc de Lysippe de Sicyone
Chevaux de Saint-Marc

Ne restez plus endormis et inertes dans vos niches de pierre parmi les puissants et les rois ; En marche ! En marche ! À travers le pauvre peuple qui vous invoque et vous attend, et dont, à l'exemple du Christ, vous devez être les pasteurs ! »
Louise Colet - Italie des Italiens 1862

Le plus riche ornement du portail de Saint-Marc

« Au-dessus du cintre des portes il y a un corridor fermé d'une balustrade, qui règne sur toute la face de l'église.

Là, sur quatre piédestaux qui sont au-dessus de la plus grande porte, sont placés quatre superbes chevaux de bronze doré d'une beauté sans égale, lesquels, avec toutes les peintures de mosaïque à fond d'or qui sont dans les cintres des portes et jusqu'au plus haut du reste de l'édifice, font le plus riche ornement du portail de l'église Saint-Marc. »
A. de Saint Didier - La ville et la République de Venise 1891

Légers comme des Cerfs

Les chevaux de bronze du quadrige de la basilique Saint-Marc de Lysippe de Sicyone
Les chevaux de Saint-Marc
« J'ai été regarder de près les quatre chevaux d'airain placés au-dessus des arcades de l'église Saint-Marc.

Quel magnifique attelage !

J'aurais voulu l'entendre juger par un véritable connaisseur de chevaux.

Vus sur la terrasse qui supporte ces chevaux, ils paraissent très lourds, mais lorsqu'on les regarde d'en bas, c'est-à-dire, de la place Saint-Marc, ils ont l'air légers comme des cerfs. »
Goethe Mémoires - 8 Octobre 1786

Ces chevaux sont en effet faits pour être regardés de la place Saint-Marc et il n'est pas étonnant que Schopenhauer ne les ait pas appréciés à leur juste valeur lorsqu'il eut l'occasion de les voir à Paris, hors de leur contexte, et à une “mauvaise” hauteur :

Les chevaux de bronze du quadrige de la basilique Saint-Marc de Lysippe de Sicyone
Les chevaux de Saint-Marc
« C'est à Paris, au jardin des tuileries que sur la grille, devant le château, il y a les célèbres quatre chevaux que Bonaparte a ramenés de Venise et qui ont toujours accompagné les conquérants.

Mais je ne les trouve pas aussi extraordinaires que je me les étais imaginés.
Schopenhauer

Ils avaient en effet été volés par Napoléon Bonaparte à Venise le 7 décembre 1797 et n'ont été rendus qu'en 1815, où ils reprirent leur place sur la Basilique.

Ils quittèrent encore leur emplacement deux fois mais cette fois ci pour les protéger, lors de la première et de la dernière guerre mondiale.

Enfin, les chevaux que vous voyez aujourd'hui sur la basilique sont des copies, les véritables chevaux, encore plus beaux, sont à l'intérieur de l'église, dans le musée de la Basilique Saint-Marc, à l'abri des intempéries.


Retour en haut de la page

Les Chevaux de Bronze de Constantin Ier - Wikipedia