Église de Saint-Marc : Unique au Monde


Unique au monde avec celle des Saints-Apôtres

La place Saint-Marc, la basilique et le campanile de nuit à Venise
Basilique et Campanile
Venise décide donc de construire une basilique qui, mis à part son modèle originel des Saints-Apôtres à Constantinople, devra être unique au monde.

Venise pourra ainsi encore plus affirmer sa différence par rapport à l' Aquilée romano-germanique et de plus commencer à construire et embellir son mythe.

Et, au cours des siècles qui suivront, Venise sera particulièrement douée pour ce faire !

Consolidation du Mythe : L'Apparition du 8 Octobre !

La mosaïque de la translation du corps de Saint-Marc (1260-1270) sur le portail Saint-Alipio de la Basilique Saint-Marc
Translation du corps de Saint-Marc
Vous avez pu lire ici et là que le corps de Saint-Marc avait été perdu suite à l'incendie de 971, car pour éviter le pire on l'avait alors caché, mais qu'on ne l'avait plus retrouvé.

Pour bien comprendre les fondements de cette apparition, il faut savoir qu'un 8 Octobre, au cours de la reconstruction de l'église de Constantin Porphyrogénète, on avait retrouvé miraculeusement le corps de Saint Luc, un autre évangéliste, dans 'Apostolion.

Et pour tous il s'agissait bien d'une "apparitio" une apparition, un miracle !

La nef et l'intérieur de la Basilique Saint-Marc
Intérieur de la Basilique
Donc non seulement Venise décida pour cette nouvelle basilique de reproduire la forme architecturale de l'Apostolion, mais elle peut s'enorgueillir d'avoir aussi eu un Saint aussi miraculeux que Saint-Luc.

En effet, c'est le jour même de la consécration de la nouvelle basilique de Saint-Marc, un 8 octobre, que le corps de l'évangéliste Saint-Marc va est réapparu miraculeusement.

Une basilique d'une faible hauteur

Le quadrige des chevaux de la basilique Saint-Marc à Venise
Les chevaux de Saint-Marc
Par rapport à ses contemporaines européennes, la hauteur de la basilique Saint-Marc est particulièrement modeste.

Or dans le même temps, nous avons vu que la construction de cette troisième basilique répondait plus a des considérations politiques que religieuses et qu'elle se devait d'être un édifice “grandiose”, capable d'impressionner le monde.

Alors pourquoi l'avoir faite aussi “modeste” au plan de sa hauteur ?

A ceci plusieurs raisons.

Mosaïque de la Descente aux Limbes de Luigi Gaetano en 1617-1618, basilique Saint-Marc à Venise
La Descente aux Limbes
La première tient à Venise elle-même, il ne faut pas oublier que l'on construit sur l'eau et que le poids est un élément qu'il convient de prendre en compte pour toute construction sur pilotis, que ce soit une basilique ou n'importe quel palais vénitien.

Certes on compte à Venise de nombreux campaniles qui frôlent les 90 mètres de hauteur mais, comme on le sait, nombre d'entre eux se sont effondrés, à commencer par celui de Saint-Marc, dont l'effondrement de 1902 n'était d'ailleurs pas le premier.

La seconde raison est qu'à cette époque, la piazzetta actuelle, entre le Palais des Doges et la bibliothèque Marciana, n'existait pas.

Statue de Pietro Lamberti du XVe siècle, basilique Saint-Marc de Venise
Statue - Pietro Lamberti
C'était encore une darse qui donnait directement dans la lagune et s'arrêtait sur le côté méridional de la Basilique Saint Marc.

Devant la basilique, la darse se continuait en un canal qui rejoignait ensuite le rio di Palazzo.

Tout ceci signifiait que la partie méridionale mais également sud-est de la basilique étaient entièrement reflétées dans l'eau, ce qui “grandissait” d'autant la perspective.

Plus tard, au cours du XIIe siècle, la darse et le canal furent comblés, ce qui remit en cause l'apparence “visuelle” de la basilique en modifiant son rapport spatial primitif.


Retour en haut de la page