Tintoret Le Miracle de Saint-Marc délivrant l'Esclave (4,16m x 5,44m)

« Là, la couleur est digne du Titien. Le clair-obscur est très fort, la composition est traitée avec sobriété et justesse.

Autoportrait de Tintoret dans le Miracle de Saint Marc délivrant l'Esclave, au musée de l'Accademia à Venise
Autoportrait de Tintoret
Les formes sont choisies, les draperies étudiées, variées, appropriées aux sujets.

Les attitudes des hommes qui assistent au spectacle sont vives, au-dessus de l'imagination.

On admire celle du Saint qui vole au secours de l'esclave et présente, en quelque manière, la légèreté d'un corps aérien. »
Stendhal - École de peinture de Venise

« Jamais vit-on pareille fougue et pareil succès d'invention !

C'est par cette œuvre surtout que le Tintoret a mérité d'être appelé le Michel-Ange coloriste.

Il était d'ailleurs d'une fécondité prodigieuse, et il a passé sa vie à remplir les églises de ses vastes décorations, quelquefois hâtivement improvisées, souvent verveuses, toujours originales. »
Paul Anatole Matthieu - 1901

Le Tintoret, Le Miracle de Saint Marc délivrant l'Esclave, au musée de l'Accademia à Venise
Tintoret Miracle Saint-Marc
« Tintoret est le roi des violents. Il a une fougue de composition, une furie de brosse, une audace de raccourcis incroyables, et le Saint-Marc peut passer pour une de ses toiles les plus hardies et les plus féroces.

Ce tableau a pour sujet le saint patron de Venise venant à l'aide d'un pauvre esclave qu'un maitre barbare faisait tourmenter et géhenner à cause de l'obstinée dévotion que ce pauvre diable avait à ce saint.

L'esclave est étendu à terre sur une croix entourée de bourreaux affairés, qui font de vains efforts pour l'attacher au bois infâme.

Les clous rebroussent, les maillets se rompent, les haches volent en éclats ; plus miséricordieux que les hommes, les instruments de supplice s'émoussent aux mains des tortionnaires.

Les curieux se regardent et chuchotent étonnés, le juge se penche du haut du tribunal pour voir pourquoi l'on n'exécute pas ses ordres, tandis que saint Marc, dans un des raccourcis les plus violemment strapassés que la peinture ait jamais risqués, pique une tête du ciel et fait un plongeon sur la terre, sans nuages, sans ailes, sans chérubins, sans aucun des moyens aérostatiques employés ordinairement dans les tableaux de sainteté, et vient délivrer celui qui a eu foi en lui.

Tintoret, Le Miracle de Saint-Marc délivrant l'Esclave, à la Galerie de l'Accademia à Venise
Tintoret, Le Miracle de Saint-Marc
Cette figure vigoureuse, athlétiquement musclée, de proportion colossale, fendant l'air comme le rocher lancé par une catapulte, produit l'effet le plus singulier.

Le dessin a une telle puissance de jet, que le saint massif se soutient à l'œil et ne tombe pas ; c'est un vrai tour de force.

Ajoutez à cela que la peinture est si montée de ton, si brusque dans ses oppositions de noir et de clair, si vigoureuse dans ses localités, si âpre et turbulente de touche, que les Caravage et les Espagnols les plus farouches, mis à côté, sembleraient de l'eau de rose, et vous aurez une idée de ce tableau qui, malgré ses barbaries, conserve toujours, par ses accessoires, cet aspect architectural, abondant et somptueux, particulier à l'école vénitienne. »
Théophile Gautier - Italia 1855

Le Miracle de Saint-Marc délivrant l'esclave | Tintoret le portraitiste

Jacopo Robusti Le Tintoret - Wikipédia


Retour en haut de la page