Canaletto – Antonio Canal (1697-1768)


Exposition Canaletto à Venise, du 23 Février au 9 Juin 2019

Antonio Canal, dit Canaletto, « le petit Canal », fut le premier grand peintre de vues de la ville de Venise ayant su associer l’architecture si particulière de sa ville avec la vie quotidienne de ses habitants.

Canaletto, La Vue du Rio dei Mendicanti, le Squero sur le Rio dei Mendicanti, à la Ca' Rezzonico à Venise
Squero sur le Rio dei Mendicanti
Son amour de Venise, en plus de son talent, explique son succès international très rapide à son époque, et aujourd’hui encore.

Ses œuvres ne sont pas seulement descriptives, elles sont aussi pleines de poésie.

Son utilisation de la perspective est également exceptionnelle : il ne l’utilise pas pour montrer un objet lointain qui s’éloigne, au contraire, dans son usage de la perspective, c’est l’inverse, le lointain se rapproche de nous !

Canaletto, photographe de la vie

Canaletto ne fut pas seulement un historien de son temps, pas plus que l’on peut limiter son rôle à celui de premier « photographe » de sa ville.

En plus de ses vues aux nombreux détails et aux cadrages dignes des plus grands photographes, il avait réussi à faire battre le cœur de Venise dans ses tableaux.

Ses cadrages parfaits, son souci extrême de la construction de ses tableaux leur donnent un côté éternel, intemporel : une Venise idéale.

Canaletto, La Vue du Rio dei Mendicanti, le pont de bois du Rio dei Mendicanti, à la Ca' Rezzonico à Venise
Pont de bois du Rio dei Mendicanti
On y voit Venise dans toute sa richesse architecturale, et, plus important, on la ressent, elle nous parle : la Venise de l’époque de Canaletto est là, devant nous, animée, débordante de vie.

Une gondole passe, un enfant joue, des commères arrêtées en haut du pont, panier au bras, discutent, tout comme ces nobles en perruque sur la rive, tandis que des ouvriers mettent un bateau à l’eau sous le regard de la ménagère qui se penche à son balcon au-dessus d’eux.

Mis à part les vêtements, vous pouvez toujours voir aujourd’hui ces scènes, ces Vénitiens qui s’affairent, qui discutent sur les ponts, qui guettent à leur fenêtre.

Les mêmes que ceux immortalisés par Canaletto.

Canaletto, La Place Saint-Marc et les Procuraties vues depuis la Basilique, les étals sur la Place Saint-Marc, Galerie Nationale Barberini à Rome
Les étals sur la Place Saint-Marc
Et c’est bien là que s’exprime tout le talent de ce génie qui a su allier précision et humanité, qui a su combiner la rigueur, l’alignement des pierres avec la lumière et la vie quotidienne des Vénitiens.

La foule de détails et de personnages qu’il intègre dans ses tableaux est si bien organisée, si parfaitement mise en scène, si bien subordonnée à la cohérence générale de la composition, qu’elle en semble encore plus naturelle et « à sa juste place ».

Les bateaux, de toute sorte, de la petite barque à rame jusqu’au grand voilier en passant par la gondole, prennent également vie sous le pinceau de Canaletto.

Canaletto, Le Grand Canal de Venise et le Pont du Rialto vu du Sud, gondoles et bateaux Grand Canal, Galerie Nationale Barberini à Rome
Gondoles et bateaux Grand Canal
En véritable enfant du pays, il « sent » l’eau, il connaît le son du gargouillis de l’eau le long de la coque du bateau à rames, il « sait » comment la rame entre dans l’eau, sous quel angle, avec quel mouvement de rotation du poignet, avec quel mouvement du bassin et des bras, avec quelle position des pieds le gondolier fait avancer son bateau.

Et cela se « voit » dans ses tableaux, tout comme on y « entend » le bruit de l’eau, le bruit des pas, les cris des gondoliers sur le canal et des marchands sur les rives ou sur la Piazza San Marco.

Son usage des ombres et de la lumière est tout aussi remarquable.

Avec elles, il modèle les façades, les sculpte, les unit, en éloigne certaines, en rapproche d’autres, les transforme en un décor idéal de la vie vénitienne : un rêve de Venise.

Les « Vedute », un art considéré comme mineur à son époque

Mais Antonio Canal, surnommé Canaletto à l’âge de 25 ans, était seulement considéré comme un artisan doué par ses contemporains.

Au début du XVIIIe siècle, que ce soit en France ou dans les autres pays d’Europe, Canaletto se trouvait tout en bas de la hiérarchie des genres dans l’art de la peinture.

Canaletto, La Piazzetta avec la Basilique Saint-Marc et la Bibliothèque Marciana, Galerie Nationale Barberini à Rome
Canaletto, Piazzetta San Marco
Les grands peintres, ceux reconnus comme tels, peignaient des scènes relatant les grands évènements de l’histoire, batailles et couronnements, les scènes antiques, et bien sûr les thèmes religieux.

Ceux qui, comme Canaletto, peignaient la vie quotidienne étaient à peine reconnus comme artistes.

Canaletto en a longtemps souffert.

Heureux d’être considéré à son époque comme le meilleur dans son domaine, tout en étant dédaigné, classé tout en bas de l’échelle de l’art pictural.

Une hiérarchie qui finira par être totalement inversée, mais bien plus tard, avec l’arrivée des impressionnistes.

Canaletto, Impressionniste ?


Retour en haut de la page