Tintoret Le Miracle de Saint-Marc délivrant l'Esclave (4,16m x 5,44m)

Tintoret le Miracle de Saint-Marc délivrant l'esclave
Tintoret le Miracle de Saint-Marc délivrant l'esclave
Le Tintoret a peint ce tableau en 1548 pour illustrer un fragment de la légende dorée de Saint-Marc, le Patron de Venise : Sans avoir demandé la permission à son maître, un esclave rempli de piété était parti en pèlerinage à San Marco pour honorer les reliques de l'Evangéliste.

A son retour, son maître voulut le punir d'une manière exemplaire en le condamnant à une exécution publique.

Il serait mis à mort après qu'on lui eût crevé les yeux, parce qu'ils avaient vu ce qu'ils n'auraient jamais dû voir.

Comme les clous ne pouvaient percer les yeux de l'esclave, le maître ordonna qu'on brisât ses jambes qui l'avaient porté jusqu'à Venise. Mais ce furent les haches qui se brisèrent.

Tintoret le Miracle de Saint-Marc délivrant l'esclave - Détail
Tintoret le Miracle de Saint-Marc délivrant l'esclave - Détail
Et comme l'esclave continuait de chanter les louanges de San Marco, le maître en colère voulut qu'on lui brise la bouche à coups de marteau. Peine perdue.

C'est ainsi que le maître et tous les témoins de ce miracle firent eux aussi le pèlerinage à San Marco pour faire pénitence, se confesser et se convertir.

Sur la toile du Tintoret, on voit l'esclave nu, couché dos au sol, à la merci de ses bourreaux qui s'acharnent sur lui.

Le premier, à gauche du supplicié et vêtu d'une tunique bleue, est à quatre pattes, tournant le buste en levant le bras droit pour lui planter de toutes ses forces un pieu dans l'œil. Il n'en est pas à son premier essai : les morceaux de bois brisés sur le visage et autour du malheureux en témoignent.

Tintoret le Miracle de Saint-Marc délivrant l'esclave - Détail
Tintoret le Miracle de Saint-Marc délivrant l'esclave - Détail
Le deuxième est à l'autre extrémité, plié en deux, tenant sa hache dans la main droite et avec l'autre main, il saisit les jambes de l'esclave pour les faire basculer sur le côté. Il bouge ce corps qui résiste aux instruments du supplice, il le tourne sur le côté pour trouver un moyen d'en finir !

Le troisième, debout à sa droite, se retourne vers le maître assis en hauteur en lui montrant son marteau cassé. Les plis de son vêtement soulignent le mouvement et la torsion de son corps.

Les hommes assis aux pieds du maître se détournent un instant du spectacle du supplice pour constater cette impuissance.

Autour d'eux, les témoins s'approchent, se penchent, pour voir de plus près cette chose incroyable.

Tintoret le Miracle de Saint-Marc délivrant l'esclave
Tintoret le Miracle de Saint-Marc délivrant l'esclave
D'autres sont en équilibre et en hauteur pour voir au dessus des têtes. On se tourne et on s'agite parce qu'on s'étonne, on s'inquiète et on s'émeut !

Et personne ne voit Saint-Marc qui fonce tête la première, juste au-dessus de l'esclave, la main droite touchant presque le turban du troisième bourreau.

Le spectateur lui-même, tout occupé à observer ce qui se passe autour de cet homme nu couché au milieu de la place, ne l'aperçoit vraiment qu'au dernier moment.

Le voilà aussi surpris et étonné que les témoins sur place !

Avec son gros livre sous le bras, Saint-Marc paraît aussi réel que les hommes qu'il empêche d'agir.

Cette masse apparente nous montre d'abord sa force qui s'oppose à celle des bourreaux ; mais sa tête rayonnante et la légèreté de sa cape flottant au-dessus de lui révèlent que cette force est d'ordre spirituel.

Page Précédente : Couleurs et vivacité
Page Suivante : Le Miracle de Saint-Marc (suite)


Jacopo Robusti Le Tintoret - Wikipédia


Retour en haut de la page