La Scuola Grande di San Rocco à Venise - La Salle du Chapitre

La salle du Chapitre de la Scuola Grande San Rocco à Venise
La salle du Chapitre
De 1575 à 1581 Le Tintoret se consacra à la production des œuvres qui occupent le plafond et les murs de l'immense salle capitulaire de San Rocco.

Le plaisir esthétique n'était pas le seul but de toutes ces œuvres magnifiques.

Elles rappelaient aussi leur devoir de charité envers les pauvres et les malades aux membres de la Confrérie de San Rocco qui se réunissaient régulièrement dans cette salle.

A noter que l'on y célébrait la messe le jour de la Saint Roch, le 16 août.

L'autel de cette superbe salle du Chapitre de la Scuola Grande San Rocco est décoré par L'Apparition de Saint-Roch.

Le Tintoret« L'Apparition de Saint-Roch » Huile sur Toile (495 x 246 cm) 1588

Le Tintoret, L'Apparition de Saint-Roch, Scuola Grande San Rocco à Venise
L'Apparition de Saint-Roch
Cette grande toile, superbement présenté dans l'autel de la salle du Chapitre, la salle supérieure de la Scuola Grande, ne fut pas réalisée entièrement par Le Tintoret.

Il fut aidé dans sa réalisation par ses collaborateurs, dont son fils, Domenico Tintoret.

On y voit Saint-Roch assis sur les nuages et dominant les personnages qui se trouvent sous lui.

Des personnages, dont un cardinal, de taille nettement réduite par rapport à Saint-Roch lui-même, pour montrer encore mieux l'importance du Saint patron de la Scuola Grande.

Les 21 toiles du plafond relatent les épisodes clés de l'Ancien Testament :


Le Tintoret, L'Apparition de Saint-Roch, Scuola Grande San Rocco à Venise
L'Apparition de Saint-Roch
le péché originel, le sacrifice d'Abraham, la vision de Jacob, la Pâque des Hébreux qui marque le début de leur Exode, les miracles accomplis par Moïse, et les miracles touchant les différents prophètes d'Israël.

Les 13 toiles ornant les murs relatent des épisodes du Nouveau Testament, qui sont en correspondance avec l'Ancien Testament :


la Pâque avec l'Eucharistie ; les épreuves de l'Exode engendrant les révoltes des Hébreux contre Moïse et leurs doutes concernant Yahvé, avec la tentation du Christ dans le Désert.

Moïse est un libérateur, Jésus est un sauveur.

Jésus multiplie les pains et les poissons, tout comme Elisée avait multiplié les pains pour nourrir tous ceux qui le suivaient.

La foi en Yahvé, Dieu unique, doit se manifester par l'obéissance et le respect de sa Loi ; la foi en Dieu est Amour de Dieu, qui doit se manifester par la charité envers son prochain.

Dans les deux cas, la vraie Foi est attachement à Dieu, dont la sincérité se manifeste par une pratique quotidienne des Commandements.

Le Tintoret « L'érection du Serpent de Bronze ou d'Airain » Huile sur Toile (840 x 520 cm) 1575-1576

Le Tintoret, L'érection du Serpent de Bronze à la Scuola Grande San Rocco à Venise
Le Serpent de Bronze
Ce tableau retrace un épisode de l'Ancien Testament cité dans l'Evangile de Jean, chapitre III verset 14, pour le rapprocher de la mission du Christ :

14 Moïse haussa le serpent dans le désert, et le fils de l'homme doit aussi être haussé

15 pour que quiconque se fie ait par lui la vie éternelle.

17 Car Dieu a aimé le monde jusqu'à lui donner son fils unique pour que quiconque se fie à lui ne périsse pas, mais ait la vie éternelle.”


Cet épisode se trouve dans Nombres, chapitre 21 verset 4, où le peuple hébreux se plaint une nouvelle fois des difficultés et des souffrances imposées par Moïse (et par Yahvé) avant d'atteindre la terre promise, alors
“Yahvé envoya contre le peuple les serpents brûlants (allusion à la douleur ?) qui mordirent le peuple, et il en mourut beaucoup du peuple d'Israël”.

Le peuple se repend, et Moïse intercède auprès de Yahvé qui lui dit :
“Fais-toi un serpent brûlant et mets-le sur une hampe; quiconque aura été mordu et le regardera, restera en vie.”

Le Tintoret, L'érection du Serpent de Bronze à la Scuola Grande San Rocco à Venise
Le Serpent de Bronze
Moïse fit une effigie en bronze de ce serpent, et les victimes qui regardaient le serpent de bronze restaient en vie.

Le Serpent de Bronze, peint en 1575-76, fait clairement allusion à l'épidémie de peste qui sévissait alors à Venise, qui pouvait être aussi une malédiction divine !

La moitié inférieure du tableau est occupée par une foule de gens à demi nus, assaillis par les serpents et agonisants à même le sol.

Certains corps couleur de craie et complètement relâchés, sont déjà morts ; les autres essaient de se débarrasser des serpents, et tentent de lever les yeux vers le serpent ailé en bronze avec une tête de dragon (allusion à son caractère céleste ?) accroché à la croix que Moïse leur montre en pleine lumière.

La moitié supérieure du tableau est réservée à la nuée, où plane Yahvé représenté par un robuste vieillard entouré de nombreux anges qui semblent accrochés à lui.

Par l'assistance de ceux qui ont la foi (Moïse et San Rocco), cette œuvre apparaissait comme un message d'apaisement et d'espoir pour Venise.

Tintoret Peintre Officiel | Moïse, la Manne


Retour en haut de la page