Le Pont du Rialto à Venise : Rendez-vous de la jeunesse oisive et opulente

« Ce pont d'une seule arche, jeté sur un canal large de quatre-vingt dix pieds, porte trois rues (étroites à la vérité) qui passent sous un arc élégant, et qui, bordées de boutiques jadis somptueuses, étaient, dans les beaux jours de la République, le rendez-vous de la jeunesse oisive et opulente de Venise.

Le ballet des gondoles devant le pont du Rialto sur le Grand Canal de Venise
Ballet des gondoles au pont du Rialto
Là, des marchands juifs, arméniens, grecs, smyrniotes, indous, candiotes, nubiens, étalaient aux regards des passants les émeraudes de Golconde, les perles du golfe Persique, les fins tissus du Cachemire, tous les trésors de l'Orient.

Là se heurtaient, se froissaient les costumes les plus divers et, au milieu de la foule qui s'ouvrait devant eux, passaient et repassaient les patriciens de Venise en longues robes de soie et d'or, les promeneuses voilées et souvent reconnues sous leurs masques de velours noir. »
Antoine Rondelet - Magasin pittoresque 1836

Une rangée de portiques et de balcons

« Le pont du Rialto, sous lequel nous allions passer, ouvre sa grande arche pour laisser voir une rangée de portiques et de balcons qui se perdent en tournant de droite à gauche. »
Paul de Musset - Voyage Pittoresque 1855

Les choux et les carottes s'y échangent contre des gros sous !

« Le pont du Rialto se laisserait-il sans protester noircir par la fumée des bateaux à vapeur qui franchissent son arcade hardie, chargés d'Anglais en veston court et le carré de verre dans l'oeil ?

[…] Le pont du Rialto, reposant sur 12000 pilotis et marquant le milieu du canal, entre la Douane et la station du chemin de fer, long de 48 mètres et large de 22, l'enjambe avec grâce, quoique un peu lourdement peut-être, de son arche de marbre de 27m70 d'ouverture et 7m50 de hauteur.

La vue de nuit sur le Grand Canal de Venise depuis le pont du Rialto
Le Grand Canal depuis le Rialto
Pendant des siècles jusqu'à la construction de deux ponts de fer jetés sur le canal en 1854 et 1858, il a été le seul trait d'union qui reliât les parties est et ouest de la ville.

Mais on s'est fait de cet ouvrage une telle idée, que, si grandiose qu'il soit, on est presque déçu à son aspect, et en le voyant bordé de deux rangées de boutiques où, en guise de paroles galantes, on n'entend que des propos grossiers ou vulgaires, et en fait de choses poétiques des choux et des carottes s'échangent contre des gros sous, la pauvre imagination, qui en sa qualité de folle du logis était partie en campagne, s'attendant à mieux, est obligée d'en rabattre.

Louis lui-même, dans ses notes, avoue avoir éprouvé, à l'abord du Rialto, un mécompte pénible, et pourtant à son âge l'éblouissement est facile. »
L'Italie du Nord - 1884

Un pont à parapet pointu

« Nous passâmes sous un pont à voûte hardie, à parapet pointu, bizarre, beau ; je ne savais qu'une chose, c'était le reconnaître, le pont du Rialto et lui promettre un prompte visite. »
Félix Rousseau - Souvenirs d'Italie 1871

Un spectacle magique

« Le Grand Canal sépare la ville en deux parties, reliées par le magnifique pont du Rialto, construit en 1588.

Gondole sur le Grand Canal de Venise, devant le pont du Rialto
Gondole devant le pont du Rialto
Ce pont est chargé d'un grand escalier sur lequel on a élevé, à droite et a gauche, de petits magasins.

Du sommet, on aperçoit le Grand Canal ; des centaines de gondoles.

Un va-et-vient incroyable anime ce vieux pont qui, le sur, présente un spectacle vraiment magique.

C'était, pour moi, un charme singulier que de gravir, chaque jour, le pont du Rialto, de m'accouder sur la balustrade, et d'observer le mouvement de toutes les gondoles, d'entendre les cris des marchands qui s'y installent. »
Ambroise Tardieu - Trois mois à Venise 1884

3 rues et 2 rangées de maisons | Les Gondoles y fourmillent


Retour en haut de la page