Le Pont des Soupirs, le Pont des malheureux…

Le Pont des Soupirs à Venise
Le Pont des Soupirs à Venise
Le Pont des soupirs franchit le canal qui sépare le Palais Ducal de la Prison.

On l'a appelé le “Pont des Soupirs” parce qu'on imaginait les plaintes des condamnés qui le franchissaient pour aller directement du tribunal à la prison ou bien de leur cachot (de la salle de torture également) au tribunal.

…Fermé comme un Coffre

Les cris des hommes (invisibles) qui clamaient leur innocence, ou qui appelaient au secours étaient ainsi étouffés.

Discrétion assurée, secrets bien gardés… et aucun risque d'évasion !

Le Pont des Soupirs à Venise (photo 1890)
Le Pont des Soupirs (photo 1890)
A l'intérieur, c'est un corridor double séparé par un mur, les prisonniers pouvaient se croiser sans pouvoir se voir, ni se parler.

Organisation, efficacité! Bref, celui qui passait ce pont n'existait plus.

L'Histoire du Pont des Soupirs

Le Pont des Soupirs a été construit en 1602 pour relier la façade Est du palais Ducal avec la Nouvelle Prison, érigée entre 1589 par Antonio Da Ponte, chef de service au Bureau du Sel de Venise qui finançait la construction.

Il est de style baroque, dessiné par l'architecte A. Contino.

Les Fenêtres du Pont du Pont des Soupirs à Venise
Les Fenêtres du Pont
C'est le seul pont couvert de Venise.

Et entièrement fermé : les fenêtres sont étroites et laissent passer un peu de lumière à travers leur grillage de pierre, d'où on peut entrevoir l'île de San Giorgio Maggiore et la Lagune.

C'était la dernière image de la liberté pour ceux qui allaient finir leurs jours en prison.

Moment d'intenses regrets et de tristesse.

Le Seul Sourire du Pont des Soupirs à Venise
Le Seul Sourire du Pont
L'intérieur est beaucoup moins avenant que l'extérieur : c'est un sinistre couloir de prison, séparé en son milieu par une cloison.

D'un côté, la partie noble du Palais Ducal : le bureau du Magistrat aux Lois et la Salle de La Quarantia Criminale, de l'autre, la prison et le Quartier Général de la Police.

Ce “double passage” communiquait également avec l'escalier de service à l'intérieur du Palais Ducal qui allait depuis “Les Puits”, les sombres cachots bien humides du sous-sol, jusqu'aux “Plombs”, où l'on étouffait dans des cellules sous les toits recouverts de grosses plaques de plomb chauffées par le soleil.

Le Pont des Soupirs à Venise en 1870 par Nay Carlo
Le Pont des Soupirs en 1870 par Nay Carlo

Casanova et Le Pont des Soupirs

Giacomo Casanova a réussi à s'évader des Plombs.

Il en fait le récit dans Histoire de ma Vie :
« Les Plombs, prisons destinées à renfermer les criminels d'État, ne sont autre chose que les greniers du palais ducal, et c'est des larges plaques de plomb dont ce palais est recouvert que ces prisons tirent leur nom.

On ne peut y parvenir qu'en passant par les portes du palais, ou par le bâtiment des prisons, ou enfin par le pont dont j'ai déjà parlé, et qu'on nomme le pont des Soupirs. »
Giacomo Casanova

John Ruskin et le Pont des Soupirs

En 1845, Ruskin, dépité par la modernité de l'éclairage public vénitien, écrit dans son journal :

« Vers le Rialto, au crépuscule, lorsque je me trouvai sous l'arche du pont, que vis-je tout au long du canal, jusqu'à la Ca' Foscari ?... des lampadaires à gaz !

[... ] Et le plus gros d'entre eux, le plus voyant, sous le pont des Soupirs.

Imaginez les sérénades à la lumière des becs de gaz... »
John Ruskin

Le Pont des Soupirs à Venise, le Ponte dei Sospiri : un Sarcophage
Ponte dei Sospiri : un Sarcophage

Un Sarcophage qui s'envole

« Le pont des Soupirs est un sarcophage qui s'envole.
Les tragédies des doges sont les jeux de la gloire et de l'amour. »
André Suarès.

« Un arc surbaissé, un petit ordre dorique à bossages, un fronton circulaire surchargé de quelques enroulements, tel est le pont des Soupirs.

Ce n'est à proprement parler qu'un passage de dix mètres de longueur conduisant à couvert du Palais ducal à la prison, et, au surplus, un ouvrage fort ordinaire de l'architecte da Ponte.

Certes les vers de Byron ont plus fait pour l'illustration du pont des Soupirs que le talent de l'architecte qui l'a construit. »
Adolphe Lance - Excursion en Italie 1859

Byron : la Vison Touristique du Pont des Soupirs à Venise
Byron : la Vison Touristique du Pont

Lord Byron, l'Auteur de la Bévue

La première strophe de “Childe Harold” nous montre un Lord Byron se sentant sublimé par le Pont des Soupirs :

« I stood in Venice on the Bridge of Sighs;
A palace and a prison on each hand:
I saw from out the wave her structure rise
As from the stroke of the enchanter's wand. »
Lord Byron - Childe Harold

L'Erreur Romantique

C'est le début de l'erreur historique et romantique qui va faire du Pont des Soupir, le Ponte dei Sospiri, the Bridge of Shighs, le pont des... amoureux qui soupirent !

Funeste erreur lorsque l'on pense à tous les malheureux qui y ont soupiré en disant au revoir à... la vie.


Page Suivante : Les Sculptures du Pont des Soupirs


Retour en haut de la page