Le Pont du Rialto à Venise : Un Pont unique avec 3 rues et 2 rangées de maisons

« Et jusque dans ces temps derniers, le pont du Rialto était encore le seul pont qui joignît les deux grandes îles qui constituent la Venise moderne.

Le pont du Rialto et le Palais dei Camerlenghi à Venise.
Pont du Rialto et Palais Camerlenghi
Dans le principe, le Ponte di Rialto était en bois.

Plus solide qu'élégant, plus simple que luxueux, il n'avait d'autre but que d'établir une communication entre les deux rives.

Détruit à maintes reprises, il fut toujours reconstruit à la même place, et le tableau de Carpaccio, qu'on conserve à l'Académie des beaux-arts, nous le montre tel qu'il était dans sa simplicité primitive.

Mais en 1588, on estima qu'un pont de bois ne répondait plus aux besoins de la circulation ni aux splendeurs de la ville, et l'on résolut de le remplacer par un pont de marbre.

Antonio da Ponte fournit le dessin ; Luigi Boldù se mit à l'œuvre, et en 1591 il livrait à ses concitoyens l'édifice tel que nous le voyons aujourd'hui.

Si vous tenez aux détails techniques, nous pouvons constater qu'il est composé d'une seule arche, en marbre d'Istrie, ayant 22 mètres 10 centimètres d'ouverture et 10 mètres d'élévation.

Sa longueur totale est de 48 mètres, sa largeur de 14 mètres, et la corde de l'arc est de 27 mètres 70 centimètres.

Sa beauté consiste beaucoup plus dans l'élégance de ses formes, dans la pureté de son ordonnance générale, que dans les ornements dont on l'a décoré.

Il est en effet d'une grande et noble simplicité ; et les deux seuls bas-reliefs qu'il possède, et qui sont inscrits dans le tympan de l'arc, sont de très faible qualité, pour ne pas dire davantage.

Le pont du Rialto sur le Grand Canal à Venise
Gondole devant le pont du Rialto
Une des particularités qui font du Rialto un pont unique en son genre, c'est qu'il porte trois rues et deux rangées de maisons.

Ai-je besoin d'ajouter que les rues sont étroites et les maisons de peu d'épaisseur ?

A bien prendre, ce sont des rangées de petites boutiques, des étalages sans profondeur, dans lesquels on vend un peu de tout.

Cependant, à votre grande surprise, vous y trouverez peu de bijoutiers et d'orfèvres.

Il semble pourtant que ce soit une coutume des marchands d'or de s'établir sur les ponts ; témoin le Ponte Vecchio à Florence, le pont au Change et l'ancien pont Neuf à Paris.

Sous ce rapport, le Ponte di Rialto rompt avec les traditions.

Au milieu se trouve une sorte de terrasse qui met en communication les trois rues et que couronne une manière de double portique.

De cette terrasse on a une vue merveilleuse et peut-être sans pareille au monde. »
Henri Havard - Amsterdam et Venise 1876

Le Roi de tous les Ponts de Venise

« À force de cheminer, nous voyons se dresser tout à coup, d'une seule enjambée sur l'eau du Grand Canal, le fameux pont du Rialto, le plus beau et le roi de tous les ponts de Venise.

Sous son arche unique, recouverte d'arceaux qui forment galerie, fusent sans cesse gondoles et bateaux à vapeur, et sur le pont se pressent on ne sait combien de petites boutiques toutes tendues de rideaux rouges et jaunes, avec une fourmilière humaine qui monte et descend. »
Frédéric et Marie Mistral - Excursion en Italie 1891

Le plus beau pont de Venise

Le pont du Rialto sur le Grand Canal vu depuis le Campanile dei Santi Apostoli à Venise
Le pont du Rialto sur le Grand Canal
« Le Rialto, qui est le plus beau pont de Venise, a l'air très grandiose et très monumental ; il enjambe le canal par une seule arche d'une courbe élégante et hardie ; il a été construit en 1591, sous le dogat de Pasquale Cicogna, par Antonio da Ponte et remplace l'ancien pont-levis en bois dont nous avons parlé plus loin à propos du plan d'Albert Dürer.

Deux rangées de boutiques séparées au milieu par un portique en arcade, et laissant voir une trouée du ciel, chargent les côtés du pont qu'on peut traverser sur trois voies, celle du centre et les deux trottoirs extérieurs garnis de balustrades de marbre.

[…] Il y a toujours, près du Rialto, un tumulte de barques et de gondoles, et des îlots stagnants d'embarcations amarrées séchant leurs voiles fauves quelquefois traversées d'une grande croix. »
Théophile Gautier - Italia 1850

Une rue suspendue | Spectacle Magique


Retour en haut de la page