“L'Adoration des Mages” L'Autoportrait de Botticelli à Florence

Page Précédente

Une performance Artistique

Botticelli, Adoration des Mages, 1475-1477, Galerie Offices Uffizi, Florence Italie
Botticelli Adoration des Mages 1475
Botticelli réussit ici la performance de représenter à la fois le surnaturel et le réel ensemble, tout en laissant à chacun ses caractéristiques et symboles propres, à les marier sans rupture.

À cette performance, il faut ajouter celle d’avoir réussi à intégrer toute la dynastie Médicis depuis le “Pater Patriae” Cosme l’Ancien, jusqu’à son petit fils Laurent le Magnifique.

L’artifice de représenter les membres décédés de la dynastie dans le rôle des rois Mages et les vivants au sein des admirateurs de Jésus est d’une grande intelligence, une intelligence qui transpire dans l’intégralité de ce tableau.

L’Autoportrait de Botticelli

Botticelli, son autoportrait dans l'Adoration des Mages, 1475-1477, Galerie Offices Uffizi, Florence Italie
Botticelli Autoportrait
Comme cela se faisait à l’époque, Botticelli s’est représenté lui-même dans son Adoration des Mages.

Le personnage aux grands yeux clairs et aux cheveux bouclés qui nous regarde tout à droite n’est autre que l’artiste.

C’est l’un des personnages les moins richement vêtus du tableau, juste enveloppé d’une cape couleur safran, mais à la présence forte de par son regard. L’impression de quelqu’un d’intelligent, mais possédant aussi du caractère.

Botticelli, son autoportrait dans l'Adoration des Mages, 1475-1477, Galerie Offices Uffizi, Florence Italie
Botticelli Autoportrait
Une confirmation nous en est d’ailleurs donnée dans le portrait de Botticelli que Filippino Lippi a intégré dans sa fresque de la Crucifixion de Saint-Pierre de la chapelle Brancacci à l’église dei Carmini à Florence, un portrait réalisé quelques années après cet autoportrait.

C’est l’un des rares portraits du peintre que l’on connaisse, ce qui donne encore plus de valeur à ce tableau.

Le message initiatique de l’Epiphanie à l’élite intellectuelle Florentine

On a peu de certitudes sur les autres personnages représentés ici, certainement tous bien réels à Florence à l’époque où les a peints Botticelli, mais difficiles à identifier pour nous.

Botticelli, Adoration des Mages, 1475-1477, Galerie Offices Uffizi, Florence Italie
Botticelli Adoration des Mages 1475
On pense néanmoins que celui qui se permet de prendre Laurent le Magnifique par l’épaule, qui ne peut donc être qu’un ami proche, est le poète et humaniste Ange Politien (Agnolo Poliziano).

Enfin, à la droite d’Ange Politien, un homme de haute condition coiffé d’un chapeau de voyage, montre la scène de l’adoration à Laurent le Magnifique.

Pour beaucoup, il s’agit de l’autre ami cher de Laurent le Magnifique, le philosophe et humaniste Pic de la Mirandole.

Ici Botticelli respecte les préceptes d’Alberti, à savoir que dans un tableau il est bon qu’un personnage
« attire l’attention du spectateur sur ce qui se passe, que de la main il appelle le regard. »
Leon Battista Alberti – Traité de la Peinture (II, 42) (1435)

Botticelli, Ange Politien et Pic de la Mirandole dans l'Adoration des Mages, 1475-1477, Galerie Offices Uffizi, Florence Italie
Ange Politien et Pic de la Mirandole
C’est ici toute l’élite intellectuelle et politique de Florence qui assiste à l’avènement de cette épiphanie du Divin, une épiphanie initiatique d’adoration de la sagesse divine qui se rend visible à ceux qui expriment le désir de la voir, de l’apprendre.

Rappelons qu’en grec, l’Epiphanie signifie “manifestation au monde”, ici, celle du Christ.

De même, dans la “Légende dorée” (chapitre 14), le mot “mages” vaut alors pour “images de la sagesse” et non plus celle de magiciens qui se convertirent.

C’est le véritable message de Botticelli dans son “Adoration des Mages”, celle de la révélation initiatique à une élite intellectuelle qui lui accordera le privilège de pouvoir l’intégrer suite à la réalisation de ce tableau.

Page Précédente - Toutes les Photos de l'Adoration des Mages


Retour en haut de la page