“L'Adoration des Mages” (1475-1477) de Botticelli à Florence

Détrempe sur Bois (1m34 x 1m11) Inventaire Uffizi 1890 n°882

Botticelli, Adoration des Mages, 1475-1477, Galerie Offices Uffizi, Florence Italie
Botticelli Adoration des Mages 1475
“L’adoration des Mages” de Botticelli de la Galerie des Offices de Florence fut réalisée non à la demande de Laurent le Magnifique, comme on le crut longtemps, mais à celle d’un riche commerçant florentin, Gaspard di Zanobi del Lama.

Elle avait pour objet de décorer l’autel de la chapelle de la famille Lama dans l’église de Santa Maria Novella.

La présence prééminente des Médicis dans le tableau de Botticelli correspond en fait à un hommage de la part du marchand à l’égard de la famille régnante à Florence. Une manière de plaire !

Ce tableau, mis en valeur dans l’église Santa Maria Novella de Florence put ainsi être admiré par nombre de Florentins, mais aussi par Laurent de Médicis lui-même.

la Vierge Marie dans l'Adoration des Mages de Botticelli, 1475-1477, Galerie Offices Uffizi, Florence Italie
La Vierge - Adoration des Mages
C’est d’ailleurs suite à cette œuvre, dans laquelle Botticelli avait mis tout son talent et si bien glorifié la dynastie Médicis, que Laurent le Magnifique et sa famille lui confièrent de nombreuses commandes.

Florence et les “Adorations des Mages”

Pour bien comprendre l’importance des tableaux relatifs au thème de l’adoration des Mages à Florence, et la présence dans ces tableaux de portraits de contemporains, il faut savoir que les adorations des Mages étaient parmi les sujets les plus populaires dans les processions religieuses au XVe siècle.

Ces scènes étaient donc “jouées” en public, en grande pompe, souvent avec la participation des dirigeants ou personnes les plus influentes de la paroisse ou de la ville.

Joseph dans l'Adoration des Mages de Botticelli, 1475-1477, Galerie Offices Uffizi, Florence Italie
Joseph - Adoration des Mages
Le 6 janvier de chaque année, jour de l’Épiphanie, les Médicis participaient effectivement à la procession des rois Mages.

Un peintre pouvait donc, lui aussi, se permettre de remplacer les “Rois Mages” par les membres de la famille Médicis.

Ce fut le cas de Benozzo Gozzoli, dont les fresques de la chapelle des Mages du palais Medici-Riccardi à Florence (1459-1461) représentaient déjà des personnalités contemporaines dans le cortège de son Adoration : Laurent de Médicis, son père Pierre le Goutteux, Jean VIII Paléologue et Joseph, le Patriarche de Constantinople, Joseph.

Botticelli, Adoration des Mages, 1475-1477, Galerie Offices Uffizi, Florence Italie
Botticelli Adoration des Mages 1475
Mais Botticelli fut le premier à aller aussi loin dans la substitution des visages des rois Mages et de la foule des admirateurs : on compte ainsi 29 différents portraits de contemporains dans ce tableau, rois Mages inclus.

Le côté un peu théâtral dans le positionnement des personnages que l’on peut observer dans ce tableau de Botticelli, mais également dans ceux réalisés par d’autres peintres de la même époque, comme Filippo Lippi ou encore Domenico Ghirlandaio, ne faisait donc que refléter la réalité de ces processions.

Il est d’ailleurs intéressant à ce titre de noter que “L’Adoration des Mages” de Botticelli qui se trouve à Londres fut pendant longtemps attribuée non à lui, mais à Filippino Lippi, tandis que celle-ci était attribuée à Domenico Ghirlandaio avant d’être identifiée définitivement comme étant de la main de Botticelli lui-même.

Suite Page 02


Retour en haut de la page