Mariano Fortuny découvre l'éclairage indirect

Mariano Fortuny y Madrazo (1871-1949)


Lampe en soie Mariano Fortuny
Lampe en soie Mariano Fortuny
C'est par un heureux hasard, et grâce à son œil observateur, que Mariano Fortuny a découvert la lumière qu'il recherchait pour l'éclairage de la scène théâtrale.

L'éclairage direct pratiqué à cette époque ne le satisfaisait pas car il ne tenait pas compte de la structure de l'œil humain, et donc de l'effet sur le spectateur qui en ressentait d'autant plus le caractère artificiel.

Voici ce qu'il a écrit à ce propos :

« Dans le grenier du palazzo Orfei où je travaillais, un rayon de soleil découpait nettement le sol.

En installant le papier de fond, celui-ci se trouva juste dans la zone éclairée par le soleil.

Lampe de table en métal avec socle de bois, créée par Mariano Fortuny en 1929
Lampe de table en métal par Mariano Fortuny
Je restai surpris. La feuille de papier éclairée par le soleil renvoyait sur le plafond bas et sombre la lumière que je cherchais : non pas une lumière directe, mais réfléchie. »
Mariano Fortuny

En octobre 1900, il déposait à Venise son premier brevet de “Système d'illumination scénique par la lumière indirecte”.

En décembre de la même année il s'occupa de la scénographie et des costumes de Tristan et Iseult à la Scala de Milan, en essayant d'appliquer sa découverte :

« Je décidai que l'arbre au pied duquel Tristan mourait serait transparent, afin d'obtenir un crépuscule plus intense avec des lumières graduelles. »

Et la presse fit l'éloge des magnifiques effets obtenus.

Toile de Mariano Fortuny. La Walkyrie, Siegmund et Sieglinde, 1893
Mariano Fortuny. La Walkyrie, Siegmund et Sieglinde

Projet manqué avec Gabriele d'Annunzio

Sa belle réussite technique n'échappa pas non plus à son ami Gabriele d'Annunzio qui était entrain de rédiger sa “Francesca da Rimini” qui devait être interprétée par Eleonora Duse, et il souhaitait confier la scénographie de cette œuvre à Mariano Fortuny.

Après plusieurs rencontres, Mariano s'aperçut que d'Annunzio voulait qu'il s'occupe de la réalisation complète des décors et des costumes, et non pas seulement des maquettes et des dessins.

Devant l'ampleur inattendue de la tâche, Mariano finit par renoncer.

Dans une lettre pathétique lui faisant part de son grand désarroi, d'Annunzio lui demandait de ne pas trahir une promesse prononcée avec tant de noblesse, et lui disait que son abandon était plus grave que la trahison de Paolo Malatesta !

Premiers essais de coupole mobile et pliable réalisés rue Saint Charles à Paris en 1902
Premiers essais de coupole mobile

Mariano Fortuny construit la Coupole Fortuny a Paris

Fort de cette réussite, Mariano s'empressa de faire connaître son nouveau système d'éclairage en se rendant à Berlin en janvier 1901.

En avril de la même année, le voilà à Paris où l'éclairage à l'électricité était en pleine expansion ; en mai il installait son studio rue Washington, puis boulevard Berthier en 1902.

C'est là qu'il faisait ses expériences d'éclairages, et qu'il mit au point sa fameuse coupole (une surface concave en quart de cercle), utilisée en complément à la lumière indirecte afin d'augmenter l'effet de profondeur de la scène.

« Aidé d'un bon ouvrier, je construisis ma coupole en plâtre, d'un diamètre de cinq mètres, où on projetait la lumière indirecte et on y faisait ensuite défiler d'autres lumières colorées ; les effets de fusion, de mouvement et de variété des teintes, ne pouvaient que frapper les visiteurs. »
Mariano Fortuny

Page Précédente : L'installation au Palazzo Pesaro Orfei
Page Suivante : Théâtre : Succès de la Coupole


Liens sur les lieux et personnages cités dans cette page :

Scala de Milan - Site Officiel
Scala de Milan - Wikipédia
L’histoire de Tristan et Iseut - Wikipédia
L'Opéra Tristan et Isolde - Wikipédia
Gabriele D'Annunzio - Wikipédia
Eleonora Duse - Wikipédia



Retour en haut de la page