Mariano Fortuny y Madrazo
(1871-1949)

Satin Coloré, Brocarts, Tissus Damasquinés: Les sources de l'inspiration de Mariano Fortuny dans les profondeurs du passé


Cape Mariano Fortuny en velours de soie frappée d'or
Cape Mariano Fortuny
Au cours de son intense activité théâtrale, Mariano Fortuny fut régulièrement confronté au problème des costumes des comédiens.

Selon sa conception de l'œuvre d'art totale, les costumes étaient des auxiliaires importants, et le problème du choix des costumes présentait deux aspects : Trouver et soigner le style des modèles de costumes qui puissent rendre au mieux l'atmosphère des œuvres représentées.

Ce qui suppose des connaissances historiques précises associées à une grande sensibilité artistique.

Tenir compte de la réflexion de la lumière sur les tissus, en prévision de l'effet visuel des costumes sur scène et de la construction des réflecteurs.

C'est ainsi que Mariano Fortuny utilisa du satin coloré et traité de différentes manières pour la réalisation de ses réflecteurs de lumière indirecte.

Tissu Mariano Fortuny “Carnavalet”
Tissu Fortuny “Carnavalet”
Depuis les tissus coptes jusqu'aux tapis d'orient, en passant par les brocarts et les tissus damasquinés de la renaissance provenant de la collection du père puis enrichie par sa mère, Mariano avait une connaissance directe, quasi physique, des étoffes les plus diverses.

Cette familiarité était une aide précieuse pour ses recherches et son activité artistique, et pour la création de nouvelles étoffes.

Admirant toujours les splendeurs des grandes civilisations, les découvertes archéologiques ont aussi attiré toute l'attention de Mariano Fortuny, qui reprenait des motifs de tissus anciens ou reproduisait des tissus anciens.

« En 1907, des fragments d'anciens tissus imprimés trouvés en Grèce m'ont incité à rechercher des procédés d'impression et, ma femme et moi, nous avons fondé au palazzo Pesaro-Orfei un atelier d'impression suivant nos méthodes. »
Mariano Fortuny

Tissu Mariano Fortuny Venise
Tissu Mariano Fortuny

Mariano Fortuny Créateur de Tissus Imprimés

C'est en 1907 que Mariano et Henriette firent leurs premières expériences d'impression sur grandes pièces rectangulaires utilisables comme châles ou étoles, aux motifs décoratifs géométriques et végétaux inspirés des céramiques retrouvées en Crète, à Knossos.

Après avoir utilisé la méthode ancienne des tampons en bois qui ne donnait pas les résultats escomptés sur le plan esthétique, ils essayèrent les pochoirs japonais, les “katagamis” ; ils furent parmi les premiers à les utiliser en occident.

La technique des katagamis permettait de réaliser des impressions polychromes en décomposant le dessin final en plusieurs pochoirs différents, un pour chaque couleur.

En occident, on les avait remplacés par des caches en métal ou en carton pour obtenir des matrices de plus grandes dimensions, mais coûteuses et peu pratiques.

Tissu Mariano Fortuny “Richelieu”
Tissu Fortuny “Richelieu”
Présentation des premiers vêtements Fortuny a Berlin en 1907 : les châles en soieKnossos

Le 24 novembre 1907 à Berlin Mariano Fortuny présente 15 modèles de châles en soie à la Hohenzollern Kunstgewerberhaus.

Quinze châles différents, de 4,50 m de long sur 1,10 m de large, bordés de dentelures grecques, de volutes stylisées, de palmiers, de rosaces, de fleurs de lotus, de lions, de chimères, de griffons, inspirés des Minoens, des Babyloniens, des égyptiens, des Phéniciens

Baptisés châles Knossos par Henriette et Mariano Fortuny, ils sont imprimés en noir et or sur fond blanc.

Et présentés par la danseuse Ruth Denis qui montre au public comment les draper autour du corps, tout en gardant sa liberté de mouvement.

Les châles Knossos marquèrent le début de la magnifique carrière dans le monde de la mode d'Henriette et de Mariano Fortuny, rentrés à Venise en décembre 1907 pour travailler ensemble les étoffes imprimées.

Cependant, Mariano continuait à s'occuper de théâtre : en 1908, sur une commande d'Hugo Von Hoffmanstahl, il réalisa deux maquettes pour “La chanteuse et l'aventurier”.

Et, à l'exposition théâtrale du Louvre, il présentait trois maquettes relatives à des œuvres de Wagner et un exemplaire de sa coupole.

Page Précédente : 1re Cabine de Régie, Réforme Théâtrale
Page Suivante : Création de la robe Delphos


Liens sur les lieux et personnages cités dans cette page :

Cnossos ou Knossos en Crètre, le Palais de Minos - Wikipédia
Civilisation minoenne - Wikipédia
Babylone - Wikipédia
Égypte antique - Wikipédia
Phénicie - Wikipédia
Hugo Von Hofmannsthal - Wikipédia
Richard Wagner - Wikipédia



Retour en haut de la page