Les Sculptures de Rioba, Afani et Sandi Mastelli à Venise

On peut voir ici le visage de la première statue située sur le Campo dei Mori. C'est celle d'Afani ou de Sandi Mastelli. Il est très clair que le turban, en marbre grec, a été rajouté postérieurement sur la statue, en pierre d'Istrie, d'origine. Ce rajout s'est d'ailleurs fait deux siècles après la taille des premières statues
Afani ou Sandi

Quatre Statues pour Trois Frères

Les trois frères Mastelli arrivés de Morée se nommaient Rioba, Sandi et Afani.

Ce sont leurs statues qui se trouvent sur le campo dei Mori, avec celle de Rioba, la plus fameuse, à l'angle de la Fondamenta, juste en face du pont.

Quant à la quatrième, celle qui se trouve du côté de la maison du Tintoret, il s'agirait en fait de leur serviteur.

Ces statues de grande taille (de 1m50 à 1m90 pour la plus grande) n'ont pas été installées par les frères Mastelli eux-mêmes mais près de deux siècles après leur arrivée à Venise puisqu'elles sont datées de la fin du XIIIe siècle, voire le début du XIVe siècle.

A l'origine, ces statues, en pierre d'Istrie, n'avaient pas non plus l'allure qu'elles ont actuellement.

Voici le visage de la quatrième statue, celle qui est située sur la Fondamenta dei Mori, encastrée dans une niche dans le mur de la maison du peintre le Tintoret. C'est celle du serviteur des frères Mastelli. On lui a aussi adjoint un turban, en marbre grec, deux siècles après l'édification de sa première statue
Le Serviteur des Mastelli
Ce n'est en effet que près de deux siècles après que l'on ait installé les statues, à la fin du XVe siècle, qu'elles se retrouvèrent affublées de turbans, des turbans qui ne sont d'ailleurs pas en pierre d'Istrie comme les statues qu'ils coiffent, mais taillés dans du marbre grec.

Nos chers commerçants de Morée ne sont donc réellement devenus orientaux que près de quatre siècles après leur arrivée à Venise !

Mais ce n'est pas la seule particularité étrange concernant les statues dei Mori.

Elles sont en effet toutes posées sur des restes de piliers de l'ère romaine. Ce qui fait de chacune d'elle un puzzle historique assez insolite.

Sur les raisons de l'ajout des fameux turbans, aucun élément n'a pu être retrouvé pour expliquer cette transformation.

Les détails de la colonne de l'ère romaine sur laquelle est posée la quatrième statue, celle du serviteur des frères Mastelli, qui se trouve du côté de la Fondamenta dei Mori, le long du rio de la Sensa
Colonne de la quatrième statue
Pas plus que la raison pour laquelle elles ont toutes quatre perdu leurs nez... sans doute due, hélas, à des dégradations volontaires.

Ces quatre statues ont également perdu… leurs couleurs.

Toutes les chroniques anciennes rapportent qu'elles étaient en effet peintes, ce qui devait leur donner une allure encore très différente !

Ce qui est par contre admis est que l'emplacement où elles se trouvaient devait ceinturer la partie commerciale de l'entrepôt des Mastelli à Venise.

Les statues auraient donc été placées là comme une sorte d'enseigne par les héritiers des premiers Mastelli vénitiens.

Il est également certain que c'est bien à cause des trois frères, originaires de Morée, que le campo, la calle, la fondamenta et le pont furent baptisés par la suite mais à tort : “dei Mori”, des “Maures”.

Ci-dessus, la statue d'Antonio Rioba Mastelli, celle au nez de fer, à l'angle du Campo dei Mori et de la Fondamenta dei Mori. Même avec son nez de fer et les dégradations que cette statue a pu subir depuis le XIIIe siècle, ce visage reste incroyablement expressif
Antonio Rioba Mastelli au nez de fer
Par contre, le fait qu'au même endroit il aurait pu exister un Fontego degli Arabi n'a jamais été prouvé.

De plus les dernières recherches des historiens de Venise en la matière, indiquent que, selon eux, il n'y a jamais eu de Fontego degli Arabi à Venise comme il y en eu pour les Allemands (Le Fontego dei Tedeschi) ou pour les Turcs (Le Fontego dei Turchi).

La corrélation de cet hypothétique Fontego degli Arabi avec l'emplacement même des entrepôts de commerce des frères Mastelli serait donc sans aucun fondement.

Et ce, d'autant plus, que les frères Mastelli n'étaient pas du tout arabes mais étaient grecs, chrétiens, et en sus citoyens vénitiens membres du Grand Conseil de la République de Venise.

Il en fut donc de la rumeur “Arabe” concernant les frères Mastelli, comme de leurs statues, “islamisées” plusieurs siècles plus tard…

Page Précédente : Trois commerçants Grecs du Péloponnèse
Page Suivante : Des Statues à taille humaine



Retour en haut de la page