Le Bossu ou Gobbo du Rialto et la Colonne des Proclamations

Le Bossu ou Gobbo du Rialto et la colonne des proclamations par Pietro Grazioli da Salò à Venise
Le Bossu Gobbo du Rialto
Tout près du marché aux poissons ou aux fruits et légumes du Rialto, à deux pas des magnifiques fresques du Ramo o Parangon, se trouve le Bossu du Rialto ou Il Gobbo di Rialto comme on l'appelle ici à Venise.

C'est dans un coin du joli Campo du Rialto, au cœur des Fabbriche Vecchie, que se trouve notre Gobbo, face à l'église San Giacomo di Rialto, San Giacometo pour les intimes !

Le Bossu du Rialto n'est en fait qu'un pauvre homme destiné à porter sur son dos, et jusqu'à la fin de ses jours, un escalier qui permettait d'accéder au haut d'une colonne de porphyre, dite des proclamations.

La Colonne des Proclamations

Sur cette colonne de porphyre étaient en effet proclamées par le “Comandador”, les lois et annonces publiques de la République de Venise.

Le Bossu ou Gobbo du Rialto et la colonne des proclamations par Pietro Grazioli da Salò à Venise
Le Bossu Gobbo du Rialto
Mais notre bossu est bien loin d'être représentatif de son nom.

Il est plutôt du genre athlète, voire un Atlante selon certains, et aucune déformation du dos ne le caractérise.

Son titre de Gobbo, il le doit tout simplement à sa posture, à genoux et voûté sous le poids de l'escalier et de la lourde plaque de marbre qui est posée sur sa tête.

L'imagination et la faconde vénitienne ont fait le reste et cet hercule est ainsi devenu le Bossu ou Il Gobbo di Rialto.

Et l'affaire ne date pas d"hier puisque cette statue, son escalier et sa colonne de porphyre, ont été installés sur le Campo du Rialto en 1541.

Le Bossu ou Gobbo du Rialto et la colonne des proclamations par Pietro Grazioli da Salò à Venise
Le Bossu ou Gobbo du Rialto
Certains pensent que la colonne de porphyre aurait été rapportée de Saint Jean d'Acre en 1291. Mais nous n'avons pas pu vérifier cette affirmation.

La statue et l'escalier du Bossu du Rialto ont quant à eux été réalisés en 1541, par le sculpteur Pietro Grazioli da Salò.

Mais rester plusieurs siècles en plein air et en plus en se faisant marcher dessus… ont fait qu'en 1836, le Bossu du Rialto fut l'objet d'une restauration.

De plus, et pour mieux le protéger, on l'encercla alors de la grille basse en fer forgé que vous pouvez encore voir autour de lui.

Embrassé par les condamnés !

Le Bossu ou Gobbo du Rialto et la colonne des proclamations par Pietro Grazioli da Salò à Venise
Le Bossu Gobbo du Rialto
Les voleurs et autres larrons qui venaient d'être condamnés par la République de Venise, devaient à l'époque parcourir, sous les huées des vénitiens, un trajet qui partait de Saint-Marc et aboutissait au Rialto.

Arrivés au Rialto, leur calvaire n'était pas terminé. En effet, ils y étaient fouettés.

Ensuite, cette première humiliation et peine reçue, ils étaient ensuite exposés au pilori.

A cette époque, le pilori des hommes se trouvait sur le Campo de San Zaccaria tandis que celui des femmes était situé au Campo de Santa Maria Formosa.

Une coutume toute vénitienne prit place après l'installation du Bossu du Rialto en 1541. On prit en effet l'habitude de demander aux condamnés d'embrasser le Bossu de pierre en signe de repentance.

Mais l'église n'apprécia guère cette coutume qui bien qu'étant vénitienne était surtout très païenne !

Page Suivante : Le Lion et la Croix des Fouettés


Retour en haut de la page