La Statue équestre de Bartolomeo Colleoni (ou Colleone ou Coleone) (1400-1475) par Andrea Verrocchio (1435-1488)

Statue équestre de Bartolomeo Colleoni par Alessandro Leopardi et Andrea Verrocchio à Venise
Statue de Bartolomeo Colleoni
En arrivant par le Ponte del Cavallo (le pont du cheval), on aperçoit à droite de l’église San Giovanni e Paolo la statue équestre du Colleoni, le célèbre condottiere qui a combattu pour le compte de Venise.

Né en 1400 à Solza, près de Bergame, Bartolomeo Colleoni appartenait à une dynastie de guerriers.

Ce combattant dans l’âme connut la guerre dès sa prime jeunesse, quand le duc de Milan fit le siège du château de son père, et le fit exécuter.

Statue équestre de Bartolomeo Colleoni par Alessandro Leopardi et Andrea Verrocchio à Venise
Statue de Bartolomeo Colleoni
Devenu lui-même condottiere, il montra une ardeur particulière pour aider les Vénitiens à combattre les Milanais qui signèrent la paix en 1441.

Ses qualités de stratège et sa réputation lui ont garanti de nombreux contrats, y compris avec Milan, car cet homme de guerre savait parfaitement négocier ses services avec les souverains ou les états qui avaient besoin d’un appui sûr et efficace.

Le Colleoni était l’un des plus célèbres condottieres, ces fameux batailleurs dont on disait à leur époque qu’ils ne “s’ensanglantaient que très peu la chemise” : il aurait été l’un des premiers à se servir de canons, plutôt que de recourir au corps à corps.

Statue équestre de Bartolomeo Colleoni par Alessandro Leopardi et Andrea Verrocchio à Venise
Statue de Bartolomeo Colleoni
Tactique efficace et moins onéreuse en pertes humaines de la part d’un chef qualifié par les historiens comme “Plus compétent et plus loyal que Carmagnola, plus rusé et plus subtil que Gattamalata”, deux autres condottieres sous lesquels il avait auparavant servi.

Les condottieres étaient ces chefs de troupes mercenaires renommés et recherchés par les Etats en guerre qui avaient besoin d’un coup de main pour obtenir la victoire finale.

Ils étaient cotés selon leur valeur militaire, et Paul Morand disait que la réputation du Colleoni était telle que Louis XI et son grand ennemi Charles le Téméraire avaient longtemps insisté auprès du Doge en faisant monter les enchères pour qu’il leur sous-loue ses services…

Bartolomeo Colleoni (ou Colleone), Capitaine Général de Venise

Statue équestre de Bartolomeo Colleoni par Alessandro Leopardi et Andrea Verrocchio à Venise
Statue de Bartolomeo Colleoni
En 1448 les Vénitiens avaient offert au Colleoni le poste qu’il convoitait depuis longtemps, celui de Capitaine Général de la Sérénissime.

Depuis lors, il lui demeura toujours fidèle en ne trahissant jamais Ses intérêts, y compris quand il menait campagne pour d’autres.

S’il avait su faire fortune en tant que condottiere, le Colleoni était également un parfait gestionnaire, puisqu’il détenait un capital de 281.983 ducats en liquide (équivalent à celui du grand banquier de l’époque, Côme de Médicis), à cela s’ajoutait environ le double en diverses propriétés.

Statue équestre de Bartolomeo Colleoni par Alessandro Leopardi et Andrea Verrocchio à Venise
Statue de Bartolomeo Colleoni
Il meurt dans son château de Malpaga le 29 octobre 1475 en léguant 100.000 ducats à Venise pour l’aider dans sa lutte contre les Turcs.

Il demandait toutefois, en échange de cette aide providentielle, que l’on érige sa statue sur la Piazza, face à San Marco.

Venise s’engagea à lui donner satisfaction, mais contrairement à ce que le Colleoni s’était imaginé, sa statue ne fut pas sur la Piazza à côté de la basilique San Marco, mais près de la Scuola Grande di San Marco sur le Campo San Giovanni e Paolo !!!

Les vénitiens avaient astucieusement trouvé la solution qui conciliait le rêve de gloire du Colleoni avec la loi (très républicaine) de Venise qui interdisait de placer la statue de qui que ce soit sur la Piazza, y compris de l’évangéliste San Marco !

Et ils ne se sont pas moqués de lui, puisqu’ils ont fait appel aux meilleurs sculpteurs de l’époque pour la réaliser.

Page Suivante : Deux Sculpteurs, Leopardi et Verrocchio, pour une seule statue


Retour en haut de la page