Les Anges du Château Saint-Ange, le Castel Sant Angelo à Rome


Les Anges éphémères du Château Saint-Ange

Archange Saint-Michel, Raffaello da Montelupo, Château Saint-Ange, le Castel Sant'Angelo à Rome
Saint-Michel Montelupo
L’Ange qui trône aujourd’hui en haut du Castel Sant’Angelo est le sixième d’une succession d’anges qui surmontèrent le château.

Le premier ange ne couronna le château que plus de six siècles après la fameuse apparition de l’Archange Michel lors de l’épidémie de peste de 590.

Cette sculpture était en bois et elle fut installée en haut de l’édifice en 1277.

Le second ange fut réalisé de manière plus durable, en marbre.

Mais cela ne suffit pas à lui assurer la pérennité espérée puisqu’il fut détruit durant un assaut contre le château en 1379.

Le château resta privé d’ange à son sommet pendant près de soixante ans, jusqu’à ce qu’on y installât un nouvel ange, également en marbre, mais avec des ailes et une épée de bronze réalisées par Giacomo da L’Aquila.

Archange Saint-Michel, Peter Anton von Verschaffelt, Château Saint-Ange, le Castel Sant'Angelo à Rome
Saint-Michel, Verschaffelt
Mais l’ajout du bronze au marbre de la statue eut une conséquence malheureuse.

Si haut et sans aucun autre bâtiment autour, ce qui devait arriver arriva : l’ange fut frappé par la foudre le 24 octobre 1497.

Et l’ange ne fut pas le seul à être détruit par l’éclair car il se trouvait au sommet d’une tour qui, deuxième erreur, servait aussi de dépôt de poudre à canon.

L’ange et la tour avaient donc été pulvérisés !

Un quatrième ange, en bronze recouvert d’or, vint remplacer l’ange foudroyé.

Mais son existence fut plutôt brève et sa destinée triste et peu glorieuse puisqu’il a été fondu en 1527… pour fabriquer des canons !

Archange Saint-Michel, Peter Anton von Verschaffelt, Château Saint-Ange, le Castel Sant'Angelo à Rome
Saint-Michel, Verschaffelt
En 1544, le pape Paul III demanda au sculpteur Raffaello da Montelupo de réaliser un cinquième ange, de plus grandes dimensions, en marbre et avec des ailes de bronze.

Sa carrière fut nettement plus longue que celle des précédents puisqu’il resta au sommet de la tour du château jusqu’en 1752.

À cette date on décida de lui substituer un nouvel ange, car les ailes de bronze de l’ange de Montelupo avaient assez mal résisté aux intempéries.

Lors de votre visite, vous pourrez encore voir l’ange numéro 5 datant de 1544 dans la cour du château, dite « Cortile dell’Angelo ».

C’est un sculpteur belge, un flamand originaire de Gand, Peter Anton von Verschaffelt, qui fut chargé par le pape Benoit XIV de réaliser, entièrement en bronze, le sixième et dernier ange.

Archange Saint-Michel, Peter Anton von Verschaffelt, Château Saint-Ange, le Castel Sant'Angelo à Rome
Archange Saint-Michel, von Verschaffelt
Il mesure quatre mètres de hauteur et est encore en service aujourd’hui en haut du château avec... un joli paratonnerre juste derrière lui !

Un ange qui en a vu de toutes les couleurs.


Pendant l’occupation française de Rome en 1798, il fut en effet peint en bleu blanc rouge, affublé d’un bonnet phrygien rouge et rebaptisé le « Génie de la France libératrice de Rome ».

Page Précédente | Page Suivante

Retour en haut de la page