Le Musée des Thermes de Dioclétien à Rome en Italie

Les Thermes de Dioclétien à Rome en Italie
Thermes de Dioclétien
Les thermes de Dioclétien sont très vastes, ce sont les plus grands bains publics n’ayant jamais été construits à Rome.

Ils couvraient une superficie de 14 hectares, le double de la surface occupée par les thermes de Caracalla !

Pourtant, ils furent construits en un temps record, de 298 à 306, à peine huit ans !

Et pour cause, d’après Eusèbe, plus de 40.000 chrétiens avaient travaillé à leur construction.

Reprenant le plan des thermes de Trajan, les thermes de Dioclétien pouvaient accueillir 3.000 personnes à la fois !

Pour se donner une idée de leurs dimensions d’origine, il suffit de les regarder depuis la place de la République, face à l’église Santa Maria degli Angeli.

Le Musée des Thermes de Dioclétien à Rome en Italie
Musée Thermes Dioclétien
Et s’imaginer qu’ils s’étendaient jusqu’à l’actuelle place de la République incluse, pourtant très grande.

Quant à l’église Santa Maria degli Angeli, l’une des plus grandes églises de Rome, elle fut construite à l’intérieur même de ces thermes, dans une petite partie de ceux-ci, là où se trouvait le « Tepidarium » ainsi que le hall d’accès aux thermes.

Enfin, les cloîtres qui occupent une autre partie des anciens thermes de Dioclétien ont également réussi à trouver leur place sans effort à l’intérieur de ses anciens murs.

Les Romains et les Bains

L’hygiène était particulièrement importante chez les Romains.

Il fallait donc des aqueducs pour apporter de l’eau en quantité suffisante et de façon constante avec les infrastructures correspondantes pour alimenter les bains, ainsi qu’une parfaite organisation pour accueillir les clients et gérer les salles.

Le Grand Cloître de Michel-Ange au Musée des Thermes de Dioclétien à Rome en Italie
Le Grand Cloître de Michel-Ange
Une affaire complexe, car la population de la Rome antique approchait le million d’habitants qui tous devaient pouvoir accéder aux bains.

Les bains publics n’étaient pas réservés à la classe sociale la plus élevée, tout le monde allait aux bains, hommes et femmes, riches et pauvres, y compris les esclaves.

Les bains étaient ouverts à tous, cependant des horaires distincts étaient réservés aux différentes classes sociales.

Enfin, les thermes ne se limitaient pas aux bains eux-mêmes, c’était aussi des lieux de réunion entre amis ou tout simplement pour conclure des affaires, on y faisait également du sport, on s’y faisait masser : séances de détente ou de remise en forme complètes !

Les deux Cloîtres et les épigraphes

Retour en haut de la page