La Centrale Montemartini, les collections des Musées Capitolins à Rome en Italie


Passage de l’électricité à l’Art

Statue en marbre d'Antinoüs, 130-138 après J.-C. au musée Centrale Montemartini à Rome en Italie
Statue d'Antinoüs
La centrale Montemartini porte le nom du professeur Giovanni Montemartini qui avait été chargé du projet de construction de cette centrale électrique, en 1909.

Cette centrale devait d’abord être une centrale électrique à vapeur, mais elle vit le jour en tant que centrale électrique fonctionnant au diesel, mais tout de même couplée avec une turbine à vapeur.

Elle était destinée, aidée par la centrale hydro-électrique de Castel Madama, à illuminer la moitié des rues et des places de Rome.

Statue d'une Jeune Fille Assise, 280-270 avant J.-C. au musée Centrale Montemartini à Rome en Italie
Jeune Fille Assise
Dans les années 1930, cette centrale produisait 23.400 kilowatts.

Mais la modernisation dont bénéficièrent les nouvelles centrales électriques qui suivirent mit un terme à la carrière de cette centrale devenue vieillotte, non automatisée.

Elle avait donc des coûts d’entretien trop élevés et une rentabilité devenue inexistante pour la laisser fonctionner.

La Centrale Montemartini fut donc mise à l’arrêt, et ses bâtiments fermés.

Des travaux de restauration furent entrepris entre 1989 et 1990 pour transformer ce bâtiment industriel, avec ses machines restées intactes, en un centre multimédia à même de pouvoir y accueillir des congrès, des spectacles et des expositions.

Tout cela dans cet environnement de machines, qui fait penser au film « Les Temps Modernes » de Charlie Chaplin ou encore à « Metropolis » de Fritz Lang.

Passage du Moderne à l’Antique

Mosaïque d'une Scène de Chasse aux Fauves du IVe siècle au musée Centrale Montemartini à Rome en Italie
Scène de Chasse aux Fauves
Les collections des musées du Capitole étant devenues trop importantes pour pouvoir toutes les exposer dans l’espace des deux palais-musées, il fallait leur trouver un nouvel espace complémentaire.

C’est ainsi que l’on décida de transférer une partie de ces collections antiques dans la centrale Montemartini.

L’idée fut de mêler Antique et Moderne en un seul endroit : de positionner ces statues de marbre blanc dans ce décor métallique noir susceptible de les mettre en valeur d’une manière particulièrement originale.

Statue d'Agrippine au musée Centrale Montemartini à Rome en Italie
Statue d'Agrippine

Musée Montemartini : Sarcophages, Bas-Reliefs et Mosaïques

Des sarcophages et des monuments funéraires du premier siècle avant Jésus-Christ sont présentés au rez-de-chaussée, dont le célèbre « Togato Barberini ».

Certaines mosaïques datant également du premier siècle avant Jésus-Christ sont d’une qualité artistique impressionnante, tant au niveau des couleurs que des dessins.

Elles représentent des scènes de la vie quotidienne, des chasses aux fauves, des poissons et des crustacés.

Montemartini : Des centaines de Statues et bustes

Que ce soit dans la salle des machines, des colonnes ou des chaudières, les sculptures et les bustes de marbre présentés sont particulièrement beaux.

Statue de la Muse Polymnie par Poliskos de Rodhes IIe siècle avant J.-C. au musée Centrale Montemartini à Rome en Italie
La Muse Polymnie
Parmi celles-ci, citons :

- Un fragment du buste d’Antinoüs, jeune esclave d'une extrême beauté, le protégé de l’Empereur Adrien,
- La Vénus Esquilina,
- Une statue d’Hercule,
- Une superbe statue d’une jeune fille assise.
Toujours dans la salle des chaudières se trouve une émouvante statue de muse.

On pense qu’elle représente Polymnie, enroulée dans sa toge, perdue dans ses pensées, le regard au loin et tenant un rouleau de papyrus, symbole de son art.

Dans la même salle, on peut aussi voir une impressionnante mosaïque polychrome représentant une scène de chasse aux fauves. C’est une très grande mosaïque qui date du IVe siècle et qui mesure 15 mètres sur 9 !

Le Train du Pape Pie IX

Le train du pape Pie IX au musée Centrale Montemartini à Rome en Italie
Le train du pape Pie IX
Enfin, et même si l’on ne comprend pas bien sa présence ici, une salle entière est dédiée au train de Pie IX, et pas n’importe quel train !

Les wagons présentés nous montrent en effet l’ancêtre de la « Papa mobile ».

L’un des wagons, dénommé « loggia des Bénédictions » est en effet ouvert avec une balustrade derrière laquelle le pape Pie IX pouvait bénir la foule.

Un autre wagon est aménagé en tant que chapelle, tandis qu’un autre, comme il se doit, faisait office de « Salle du Trône » pour les audiences.

Retour en haut de la page