Marc Chagall « Le Rabbin de Vitebsk » Ca' Pesaro à Venise

Huile sur Toile (104 x 84cm) 1914-1922

Marc Chagall, Le Rabbin de Vitebsk, Galerie Internationale d'Art Moderne Ca' Pesaro à Venise en Italie
Chagall, Rabbin
Cette toile, tendre et émouvante, fut peinte entre 1914 et 1922 lors du séjour de Chagall en Russie, dans sa ville natale de Vitebsk (aujourd'hui en Biélorussie), d'où le nom du tableau « Le Rabbin de Vitebsk ».

En retournant en Russie en 1914, Chagall pensait n'y rester que quelques mois, mais la Première Guerre mondiale, suivie par la révolution russe, le contraignit à rester en Russie jusqu'en 1922.

En 1915 il épousait Bella Rosenfeld, sa fiancée qu'il avait retrouvée à Vitebsk, qui donnera naissance à leur fille Ida le 18 mai 1916.

Pendant son séjour à Vitebsk il devint Commissaire des Beaux-Arts et fondit une Académie, l'Institut pour l'Art Nouveau, qui avait pour enseignants Kazimir Malevitch, Jean Pougny et Lazare Lissitzky.

Marc Chagall, Le Rabbin de Vitebsk, Galerie Internationale d'Art Moderne Ca' Pesaro à Venise en Italie
Chagall, Rabbin
Mais le courant des « Suprématistes », mené par Malevitch, profita d’un séjour de Chagall à Moscou pour l’évincer de la direction de son Académie d'Art dont le nouveau directeur était... Malevitch.

Chagall décida de quitter définitivement Vitebsk pour Moscou.

Revenons au « Rabbin de Vitebsk » un tableau qui représente parfaitement le renouement de Marc Chagall avec ses racines juives dans sa ville natale. En réalité, le véritable sujet de ce tableau n'est pas un rabbin, mais un homme en prière.

Le modèle choisi par Chagall était un simple vagabond, un Juif errant, qui a posé avec les vêtements et les objets de prière qui appartenaient au père de l'artiste. On comprend que c'est aussi et avant tout son propre père, qui priait ainsi tous les matins, que Chagall a voulu représenter ici.

Marc Chagall, Le Rabbin de Vitebsk, Galerie Internationale d'Art Moderne Ca' Pesaro à Venise en Italie
Chagall, Rabbin
Cet homme en prière porte une Kippa bleue ainsi que deux Tefillin (ou phylactères) attachés par des lanières de cuir sur son front et à son bras gauche.

Les Tefillin sont des petites boîtes carrées qui contiennent un morceau de parchemin sur lequel sont inscrits des versets de la Torah.

Il porte aussi le Talit, le châle rituel bordé de franges dont les juifs se couvrent les épaules pendant la prière.

Ces éléments religieux sont utilisés à merveille dans cette toile pour créer de puissants contrastes de couleurs (le blanc et le noir étaient considérés comme de vraies couleurs par Chagall) mis en évidence par des formes géométriques qui rappellent le cubisme.

Terminons avec un portrait de Chagall, écrit par Blaise Cendrars :
« Il dort
Il est éveillé
Tout à coup, il peint
Il prend une église et peint avec l'église
Il prend une vache et peint avec une vache
Avec une sardine
Avec des têtes, des mains, des couteaux... »
Blaise Cendrars, 19 poèmes élastiques, Portrait de Chagall 1919

Marc Chagall, Le Rabbin de Vitebsk, Galerie Internationale d'Art Moderne Ca' Pesaro à Venise en Italie
Chagall, Rabbin
Marc Chagall, Le Rabbin de Vitebsk, Galerie Internationale d'Art Moderne Ca' Pesaro à Venise en Italie
Chagall, Rabbin
Marc Chagall, Le Rabbin de Vitebsk, Galerie Internationale d'Art Moderne Ca' Pesaro à Venise en Italie
Chagall, Rabbin
Marc Chagall, Le Rabbin de Vitebsk, Galerie Internationale d'Art Moderne Ca' Pesaro à Venise en Italie
Chagall, Rabbin
Marc Chagall, Le Rabbin de Vitebsk, Galerie Internationale d'Art Moderne Ca' Pesaro à Venise en Italie
Chagall, Rabbin
Marc Chagall, Le Rabbin de Vitebsk, Galerie Internationale d'Art Moderne Ca' Pesaro à Venise en Italie
Chagall, Rabbin
Marc Chagall, Le Rabbin de Vitebsk, Galerie Internationale d'Art Moderne Ca' Pesaro à Venise en Italie
Chagall, Rabbin
Marc Chagall, Le Rabbin de Vitebsk, Galerie Internationale d'Art Moderne Ca' Pesaro à Venise en Italie
Chagall, Rabbin


Retour en haut de la page