“L'Adoration des Mages” de Botticelli : Foule dense et agitée

Page Précédente - Toutes les Photos de l'Adoration des Mages

Une foule dense et agitée

Botticelli, Adoration des Mages 1490-1500, Galerie des Offices Uffizi Florence Italie
Botticelli Adoration des Mages 1490-1500
C’est une foule identique à celle d’Isaïe, dense avec des flots, non de chameaux, mais de chevaux, qui se dirigent depuis trois routes distinctes vers la crèche et l’Enfant Jésus, dans une ardeur, une euphorie communicative, conscients, émus par le grandiose évènement.

Les chevaux sont tout autant agités, ruant, se cabrant, depuis ceux du fond du tableau jusqu’à ceux du premier plan.

Une émotion intense se lit sur tous les visages de cette foule où l’on n’aperçoit que des hommes :
Botticelli, Adoration des Mages 1490-1500, galerie des Offices Uffizi, Florence Italie
Botticelli Adoration
certains semblent en délire, en extase, prostrés, frénétiques, tourmentés comme dans l’Adoration des Mages de Léonard de Vinci, corps courbés qui se jettent en avant, bras levés, comme si certains devaient se protéger les yeux d’une lumière trop forte, comme s’ils étaient éblouis, tandis que d’autres éclatent en sanglots.

En sanglots comme les “Piagnoni”, ainsi que l’on désignait les disciples de Savonarole, les “pleureurs” dénommés ainsi du fait de leurs implorations et pénitences, en opposition aux “Arrabiati”, les “énervés” qui représentaient ceux qui étaient opposés aux idées de Savonarole.

Botticelli, Adoration des Mages 1490-1500, Galerie des Offices Uffizi Florence Italie
Botticelli Adoration des Mages 1490-1500
Imploration, agitation et gesticulation, des mains qui prient, des mains qui montrent, des mains dressées au bout de bras qui se tordent : L’écho des prédications de Jérôme Savonarole résonne amplement dans cette Adoration des Mages de Botticelli.

La Sphère céleste

Et pourtant, pas de lumière divine, pas d’étoile dans ce tableau de l’Adoration des Mages.

La seule référence à la lumière est le toit jaune de la crèche, une référence “fausse” lorsque l’on sait que ce tableau était originellement monochrome, sépia, avant d’être colorisé par un autre artiste que Botticelli.

Botticelli, Adoration des Mages 1490-1500, galerie des Offices Uffizi, Florence Italie
Botticelli Adoration
Une absence due à l’état d’esquisse, de projet d’un tableau non achevé ? Ou une lumière divine qui se “devine” sans avoir besoin d’être représentée ? Ou l’étoile à trois branches serait représentée par les trois chemins par lesquels arrive cette foule d’hommes et de chevaux ?

Nous n’avons pas de réponse à cette absence.

Mais la sphère céleste est bien présente au milieu de l’agitation humaine.

Joseph, la Vierge et l’Enfant Jésus sont “hors du temps”, calmes, apaisés et recueillis, détachés de tout ce qui se passe autour d’eux, leur attention se limitant au premier des rois mages agenouillé devant le Christ en lui baisant un pied.

Page Précédente - Toutes les Photos de l'Adoration des Mages


Retour en haut de la page