Histoire de la Religion à Venise


Dômes de l'Église de la Salute à Venise
Dômes de l'Église de la Salute à Venise

L'Evangéliste Saint-Marc est le Saint Patron de Venise qui se place également sous la protection de la Vierge Marie et de son fils, Jésus Christ.

 

Reine des Mers et des Cieux !

Officiellement, Venise fut fondée en mars 421, plus précisément le 25 mars, jour de l'Annonciation de la naissance du Christ.

 

C'est une ville née de la mer, une Vénus chrétienne née après la chute de l'Empire Romain provoquée par les hordes barbares : sa naissance semble promettre une nouvelle ère où la vision païenne et la vision chrétienne du monde s'uniraient harmonieusement en une seule et même personne libre et souveraine. Venise, Vénus majestueuse, Reine des Mers et des Cieux !

 

Le Mythe de Venise la Catholique

Le Doge Francesco Dandolo
Le Doge Francesco Dandolo
Telle est l'origine et l'originalité du Mythe de Venise la Catholique dont le Doge partait au large à bord du magnifique Bucentaure pour célébrer ses noces avec la mer, en y jetant un anneau d'or le jour de l'Ascension.

 

Noces symboliques pour rappeler la suprématie de Venise et l'étroitesse de ses liens avec son empire maritime.

Et nombreux sont les tableaux représentant le Doge à genoux devant la Vierge et l'enfant Jésus.

 

Les nombreux édifices religieux : églises richement pourvues de tableaux des plus grands maîtres, couvents et scuole attestent l'importance de la pratique religieuse et de la présence et de l'action des ordres monastiques à Venise.

 

Temporel et Spirituel : Le Melting-Pot vénitien

Ange Basilique Saint-Marc venise
Ange Basilique Saint-Marc

Le ialto était le siège du commerce et de l'économie, la Place Saint-Marc était le lieu où voisinaient la dévotion au Saint Patron et le Pouvoir Politique.

Elle réunit la Basilique Saint-Marc, le Campanile avec ses cloches et le Palais Ducal où on élit le Doge qui y réside.

 

Ce voisinage traduit parfaitement la proximité du Temporel et du Spirituel à Venise.

Le Patriarche de Venise n'était pas nommé par le Vatican, il était choisi par les Vénitiens, et les fêtes religieuses s'alliaient toujours aux fastes du pouvoir politique républicain.

 

Venise a défendu âprement ses intérêts économiques et son indépendance politique au cours de son histoire.

 

Sa politique mêlée de dévotion à la Patrie et de foi catholique, veillait aussi à empêcher tout débordement du pouvoir spirituel sur le temporel susceptible de menacer la Souveraineté de la République.

 

Cette synthèse originale de convictions, qui posait et défendait la séparation du pouvoir politique du pouvoir religieux, lui donnait la force et le courage de s'affirmer face aux Souverains des Etats étrangers et au Vatican.



Retour en haut de la page