Statue de Bartolomeo Colleoni à Venise : Leopardi et Verrocchio


Leopardi termine le travail de Verrocchio

Statue équestre de Bartolomeo Colleoni par Alessandro Leopardi et Andrea Verrocchio à Venise
Statue de Bartolomeo Colleoni
Au départ, Venise s’adressa au grand artiste florentin Andrea Verrocchio (qui fut le maître de Leonard de Vinci) pour qu’il réalise la statue du cheval, et à Bartolomeo Bellano (un disciple de Donatello) pour la réalisation de la figure du Colleoni.

Mais le Maestro refusait de sculpter le cheval sans son cavalier, et il rentra chez lui à Florence. Ce n'est que lorsque l'on accepta qu’il puisse présenter un projet de l’ensemble, que Verrocchio revint à Venise.

Les projets de deux autres artistes, Bellano (ou Beliamo) et Leopardi, furent exposés en même temps que le sien en 1483.

Statue équestre de Bartolomeo Colleoni par Alessandro Leopardi et Andrea Verrocchio à Venise
Statue de Bartolomeo Colleoni
Et c’est Verrocchio qui l’emporta avec son magnifique cheval représentant le type idéal du “cavallo naturale de strade” (le cheval ordinaire de la rue).

Malheureusement Andrea Verocchio mourut le 25 juin1488 alors qu’il venait juste de terminer le moulage en argile de son œuvre, en demandant que le coulage soit réalisé par son disciple : Lorenzo di Credi.

Le Sénat en décida autrement, et préféra le fondeur vénitien Alessandro Leopardi qui lui donna sa touche finale en réalisant les détails de l’armure du Colleoni et tout le harnachement de sa monture (selle, rênes, mors, etc).

Statue équestre de Bartolomeo Colleoni par Alessandro Leopardi et Andrea Verrocchio à Venise
Statue de Bartolomeo Colleoni
Il se chargea aussi de la frise en bronze de l’entablement du piédestal en pierre d’Istrie, orné de six colonnes corinthiennes, en parfaite harmonie avec la façade de la Scuola San Marco.

Le décor de colonnes du piédestal nous rappelle la statue équestre de l’empereur Domitien, et la présence du blason du Colleoni, à côté du lion vénitien, peut être interprétée comme un témoignage de respect et de considération pour celui qui, après avoir défendu Venise de son vivant lui apportait son soutien financier providentiel après sa mort.

La statue fut présentée au public le 21 mars 1496.

Statue équestre de Bartolomeo Colleoni par Alessandro Leopardi et Andrea Verrocchio à Venise
Statue de Bartolomeo Colleoni
Si l’emplacement de sa statue n’est pas aussi prestigieux que la place Saint-Marc, on peut croire que le Colleoni a pardonné le tour de passe-passe des vénitiens, puisqu’ils ont choisi le grand Verrocchio qui lui a fait honneur en réalisant ici la plus belle statue équestre de toute la Renaissance.

Et même si nous pouvons être choqués en sachant que Leopardi se soit permis de signer tout le travail, il l’a fait en suivant les habitudes de l’époque où l’on retenait le nom de l’artiste qui terminait le travail, sans oublier pour autant le rôle tenu par celui qui l’avait précédé dans cette tâche.

Avec son piédestal, il a su mettre en valeur toute la richesse d’expression du chef-d’œuvre de Verrocchio : le couple parfait du cheval et de son cavalier, en l’occurrence un puissant destrier monté par un guerrier plein d’autorité et de détermination.

Le Chef-d’œuvre de Verrocchio : La plus belle statue équestre de La Renaissance.

Statue équestre de Bartolomeo Colleoni par Alessandro Leopardi et Andrea Verrocchio à Venise
Statue de Bartolomeo Colleoni
Le Colleoni nous apparaît sous les traits d’un meneur d’hommes, l’idéal du condottiere de la renaissance avec, en plus de la férocité et de la rapacité du regard, la fière allure du chevalier sans peur et sans reproche debout sur ses étriers.

Magnifique et parfaite unité de la puissance docile de la monture et du courage sans faille du cavalier au visage dur et hautain qui nous toise du haut de son piédestal depuis plus de cinq siècles.

Statue équestre de Bartolomeo Colleoni par Alessandro Leopardi et Andrea Verrocchio à Venise
Statue de Bartolomeo Colleoni
On admire l’élégance du cheval qui emporte sans effort un Bartolomeo Colleoni qui tourne le buste vers la droite, prêt à brandir son bâton de commandement pour lancer ses hommes au combat.

Le dynamisme de cette œuvre pleine de force et de vie offre une harmonie et une richesse d’expression extraordinaires, si bien que la statue du Colleoni est considérée comme l’un des plus grands chefs-d’œuvre de la renaissance et comme l’une des plus belles statues équestres jamais réalisée dans le monde.

Page Précédente : Le Capitaine Général de Venise
Page Suivante : Casanova, les écrivains et le Colleoni



Retour en haut de la page