Le Colisée change de nom, le Colosse de Néron


Le Colosse de Néron

La façade du Colisée à Rome en Italie, l'amphithéâtre Flavien
La façade du Colisée à Rome
Dans sa folie des grandeurs, l’empereur Néron (37-68 après J-C.) s’était fait faire une statue colossale en bronze de sa personne par l’artiste grec Zénodore.

Cette statue, sans son socle, était haute de 35 mètres : à l’époque c’était alors la plus grande statue en bronze du monde, plus haute que le célèbre Colosse de Rhodes dont elle était inspirée, aussi haute que la colonne de Trajanz à Rome.

Au IIe siècle, on décida de construire un temple à Rome en l’honneur de Vénus.

Or, la statue colossale de l’ex-empereur Néron se trouvait encore sur le terrain que l’on destinait à la construction dudit temple. Plutôt que de la détruire, on décida donc de l’installer ailleurs.

La façade du Colisée à Rome en Italie, l'amphithéâtre Flavien
La façade du Colisée à Rome
Son poids était tel qu’il fallut utiliser 24 éléphants pour pouvoir la déplacer.

C’est ainsi qu’elle se retrouva installée juste à côté de l’Amphithéâtre Flavien.

Il n’était pas pour autant admissible, vu les horreurs commises par Néron, de laisser sa statue en l’état.

On la transforma donc en statue d’Hélios, le dieu du soleil, en modifiant les traits du visage de Néron et en lui adjoignant une couronne de rayons solaires.

Le Colisée, nouveau nom de l’Amphithéâtre Flavien

L'intérieur du Colisée à Rome en Italie, l'amphithéâtre Flavien
L'intérieur du Colisée à Rome
Pendant toute la période pendant laquelle se déroulèrent des jeux dans le Colisée, soit plus de quatre cents ans, le seul nom connu des Romains pour le désigner était « l’Amphithéâtre Flavien » du nom de la dynastie de l’empereur qui l’avait construit.

Ce n’est qu’au moyen âge, plus précisément au VIIIe siècle que l’on voit apparaître le nom de « Colyseus » dans un texte rédigé par un moine anglais du nom de Beda Venerabilis.

Il est l’auteur de la célèbre prophétie :
« Quamdiu stabit Colyseus stabit et Roma ; quamdiu cadet Colyseus cadet et Roma ; quamdiu cadet Roma cadet et mundus. »
Beda Venerabilis (673-735)

Que l’on peut traduire par :
« Tant que le Colysée existera, Rome existera ; quand tombera le Colysée, Rome tombera ; quand Rome tombera, le monde tombera. »

L'intérieur du Colisée à Rome en Italie, l'amphithéâtre Flavien
L'intérieur du Colisée à Rome
Mais on ne sait pas si la prophétie du moine se référait à la statue colossale de Néron ou à l’amphithéâtre.

Par contre, on sait que c’est à la suite de cette prophétie que l’amphithéâtre Flavien fut dénommé « Colyseus », Colosseo en italien, Colisée en français (Colysée pour Stendhal), et Coliseum en anglais.

On ne sait pas non plus ce qu’est devenu le fameux colosse de bronze, probablement fondu pour récupérer le métal précieux, peut-être pour en faire des canons, usage classique du bronze.

On suppose que la tête colossale en bronze de l’empereur Constantin que vous pouvez encore admirer au musée du Capitole de Rome, pourrait bien être la fameuse tête de Néron, dont les traits auraient été modifiés pour qu’elle ressemble à Constantin.

Page suivante : Des Jeux Sacrés et Politiques

Retour en haut de la page