Le Colisée, une Arène très sophistiquée, Combats Navals


Une Arène digne des Scènes d’Opéra actuelles

Le Colisée à Rome en Italie, l'amphithéâtre Flavien
Le Colisée et son arène
Imaginez qu’ici eurent lieu des batailles navales, des combats de gladiateurs, des chasses au fauve et autres attractions spectaculaires.

Et ce avec des milliers de participants, 10.000 gladiateurs et 11.000 fauves pour les jeux de Trajan en 107 : impossible à réaliser sans une parfaite orchestration de la scène.

L’arène du Colisée, qui mesurait 86 mètres de long sur 54 mètres de large, était formée d’un plancher de bois recouvert d’une épaisse couche de sable.

C’est d’ailleurs ce sable, la « rena » qui a donné son nom à « l’arène ».

Sous l’arène, ce que l’on peut parfaitement voir aujourd’hui en visitant le Colisée puisque ce plancher n’existe plus (sauf une toute petite partie reconstituée), il y avait un labyrinthe de couloirs et de pièces ayant toutes une fonction bien précise.

Le Colisée à Rome en Italie, l'amphithéâtre Flavien
Le Colisée et son arène
Dans ce labyrinthe souterrain, se trouvaient des salles pour les opérateurs du spectacle, des cages pour les fauves, des entrepôts pour le matériel et les armes, des infirmeries, des systèmes de toboggans, d’ouverture de fosses, d’ascenseurs à contrepoids pour soulever les animaux, mais aussi tous les accessoires de scène.

Un système complexe qui comprenait environ 70 ascenseurs, des plans inclinés et des trappes, qui permettaient de faire apparaître sur l’arène, de manière simultanée et inattendue : gladiateurs, fauves, buissons, arbres, rochers, édicules, collines artificielles et autres accessoires à même d’ébahir et d’enthousiasmer le public.

Pour exécuter toutes ces manœuvres, 450 opérateurs étaient nécessaires, tous avec une tâche précise à accomplir.

Le Colisée à Rome en Italie, l'amphithéâtre Flavien
Le Colisée et son arène
Il fallait guider les fauves des cages aux ascenseurs, accompagner les gladiateurs jusqu’à l’endroit précis de leur poste de combat, leur donner leurs armes, actionner les treuils, s’occuper de l’illumination avec torches et lampes à huile, faire apparaître et disparaître les éléments du décor de chaque scène, etc., et le tout sans rupture dans le déroulement du rythme du spectacle.

Toute cette structure souterraine était en bois, entièrement démontable, jusqu’à ce que l’empereur Domitien décide de faire les batailles navales et jeux aquatiques dans un autre lieu situé dans le quartier de Trastevere.

On put alors construire « en dur » toute la zone de service située sous l’arène, telle que l’on peut la voir désormais en visitant le Colisée.

Naumachiae au Colisée : Jeux Aquatiques et Combats Navals

Pour les jeux aquatiques, le plancher de l’arène ainsi que toute la partie souterraine, étaient intégralement démontés pour remplir d’eau le centre du Colisée.

Une opération somme toute facile puisqu’à l’endroit même où l’on avait construit le Colisée se trouvait le lac artificiel de la Domus Area de Néron.

Le Colisée à Rome en Italie, l'amphithéâtre Flavien
Le Colisée et son arène
De plus, les conduites d’arrivée d’eau, restées en parfait état de fonctionnement, permettaient de remplir aisément le creux de l’arène.

Mais on ne se contentait pas de créer une simple nappe d’eau, on y installait généralement au milieu une ou plusieurs îles artificielles avec des jardins et des bosquets.

Ainsi les batailles navales, les naumachies, pouvaient être encore plus réalistes et stratégiquement plus intéressantes.

Une fois les jeux aquatiques terminés, on vidait le bassin et on remontait toute la structure de bois, les ascenseurs et autres mécanismes, ainsi que l’arène.

Mais ces combats navals n’eurent lieu que deux fois au Colisée avant d’être transférés au stade construit par Auguste dans le quartier de Trastevere.

Page suivante : Les Gladiateurs du Colisée

Retour en haut de la page