Les Combats de Femmes et Enfants Gladiateurs au Colisée


Gladiateurs Femmes, Enfants, Nains et l’Abolition des Combats

Le Colisée à Rome en Italie, l'amphithéâtre Flavien
Le Colisée à Rome
On sait aussi par les textes de Martial (40-104 après J.-C.) qu’il y avait dans le Colisée, d’autres spectacles fort appréciés des spectateurs, des combats de gladiateurs… femmes.

Et les femmes n’étaient pas les seules impliquées dans ces combats. Le même poète Martial rapporte également des combats entre des enfants et des nains.

Il faut aussi savoir que dans beaucoup de cas, pour les femmes et les enfants comme pour les hommes, les combats de gladiateurs étaient simulés et se terminaient donc sans qu’une seule goutte de sang ne soit versée.

Les combats de gladiateurs, et avec eux la longue carrière du Colisée, prirent fin au début du Ve siècle avec leur abolition par les empereurs chrétiens.

Une décision probablement liée à la fin tragique de Telemaco, un moine qui avait sauté dans l’arène pour arrêter les combats et qui avait été lapidé par la foule en colère.

Casernes de Gladiateurs et Organisation des Combats

L'arène du Colisée à Rome en Italie, l'amphithéâtre Flavien
L'arène du Colisée à Rome
On comptait quatre écoles de gladiateurs autour du Colisée.

Elles possédaient une arène de forme ovale avec quelques gradins pour les spectateurs autorisés à assister aux entraînements.

Dans le Colisée même, sous l’arène, se trouvait une armurerie, un élément important pour la sécurité des spectateurs, mais aussi de l’empereur et des plus hautes autorités présentes lors des jeux.

Les armes étaient donc gardées dans ce lieu sécurisé et n’en sortaient que celles qui étaient nécessaires aux combats en cours.

L'arène du Colisée à Rome en Italie, l'amphithéâtre Flavien
L'arène du Colisée à Rome
Il existait également une infirmerie et un hôpital dédié aux gladiateurs, ainsi qu’un « spoliarum » une chambre mortuaire pour les moins chanceux.

L’accès à la morgue, à l’hôpital ou encore à la caserne des gladiateurs se faisait par des tunnels qui passaient sous le Colisée.

Les gladiateurs les plus gravement blessés et ayant perdu connaissance, étaient frappés d’un léger coup de maillet sur le front pour voir s’ils réagissaient.

Cette opération était effectuée par un homme portant le masque du dieu Mercure, le guide vers l’au-delà. Et si le blessé ne réagissait pas au coup de maillet, le représentant de Mercure lui donnait le coup de grâce.

Page suivante : Chasse aux Fauves et Jeux Gratuits

Retour en haut de la page