Les Combats de Fauves au Colisée, des Jeux Gratuits


Chasse aux Fauves, Éléphants et autres animaux

Les fauves n’étaient pas la seule attraction animalière du Colisée.

Des animaux dressés pour l’occasion faisaient également partie des jeux du cirque.

Combat de gladiateur contre des fauves, mosaïque, galerie Borghese à Rome en Italie
Gladiateur et fauves (galerie Borghese)
On sait ainsi qu’un éléphant dressé savait écrire des lettres sur le sable de l’arène à l’aide de sa trompe. Les fauves pouvaient se battre entre eux ou encore être exécutés dans des chasses par des gladiateurs.

On installait à cet effet des collines artificielles, des bosquets, des rochers et des arbres dans l’arène du Colisée.

Ces chasses et la présence de fauves au cœur de la foule du Colisée nécessitaient la mise en œuvre de mesures de protection pour le cas où les fauves réussissaient à se sauver et menacer la vie des spectateurs.

Pendant les spectacles impliquant des bêtes sauvages, on installait sur tout le périmètre de l’arène, une barricade constituée de défenses d’éléphant, leurs pointes dirigées vers le centre.

Combats de Gladiateurs et félins, mosaïque, galerie Borghese à Rome en Italie
Gladiateurs et félins (galerie Borghese)
À ce dispositif, on ajoutait des archers positionnés tout autour de l’arène, prêts à tirer sur les animaux devenant menaçants pour la foule.

On ne sait pas où se trouvait la ménagerie destinée à garder les bêtes sauvages participant aux spectacles du Colisée.

Elle devait être particulièrement grande lorsque l’on sait que pour certains jeux on alla jusqu’à tuer 11.000 fauves.

Ce qui est certain c’est que cette ménagerie devait se trouver loin du centre de Rome.

Les animaux étaient acheminés au fur et à mesure vers le Colisée, où ils étaient confinés pour un jour ou deux dans les cages du souterrain situé sous l’arène.

Des Jeux Gratuits et des Places Numérotées

Les jeux du cirque étaient un cadeau de l’empereur aux Romains. Toutes les dépenses étaient donc prises en charge par l’empereur lui-même.

Du fait de leur coût souvent astronomique, les jeux n’étaient organisés que pour des occasions exceptionnelles : des grandes victoires militaires ou des fêtes civiles ou religieuses.

La façade du Colisée à Rome en Italie, l'amphithéâtre Flavien
La façade du Colisée à Rome
Selon le type d’occasion, les jeux duraient donc plus ou moins longtemps, mais, quel que soit l’évènement, ils duraient toujours au minimum plusieurs jours de suite, avec des milliers d’animaux et de gladiateurs.

La gratuité était donc de mise, ce qui n’empêchait pas de réguler l’accès au stade de manière organisée.

On assignait donc une place assise ou debout à chaque Romain autorisé à assister aux jeux, en lui donnant une plaque numérotée.

Grâce à ce numéro, chacun savait par quelle porte entrer pour accéder à sa place, car les groupes de numéros correspondant aux différents secteurs étaient gravés sur les arcades de l’amphithéâtre. Numéros que l’on peut encore voir aujourd’hui.

Page suivante : Selon la Classe Sociale, le Vomitorium

Retour en haut de la page