Palazzo Vecchio Art Histoire | Situation | Horaires Prix | Autorisations
Art Histoire Cinq-Cents | La Tour | Salles Vasari | Masque Dante | Ghirlandaio | Bronzino | Salviati | Cortile | Intérieur
Salle Cinq-Cents Salle et Plafond | Peintures Plafond | Guerre de Pise | Guerre de Sienne | Sculptures
Plafond Cosme Ier Médicis | Histoire de Florence | Guerres Batailles | Toscane


Guerres et Batailles de Florence par Vasari au Plafond de la Salle des Cinq-Cents du Palazzo Vecchio


Giorgio Vasari et Giovanni Stradano, Défaite de Radagaise roi des Goths à Fiesole, au plafond de la Salle des Cinq-Cents du Palazzo Vecchio à Florence en Italie.

Ce tableau représente la défaite en 415 du roi des Goths, Radagaise (ou Radogast), le successeur d’Alaric Ier.

Il vint en Italie avec des troupes en grand nombre, la légende parle de 400.000 Goths et envahit une grande partie de la Lombardie et de la Toscane.

Sa dernière conquête en Toscane devait être celle de Florence dont il débuta l'assaut en août 406.

Giorgio Vasari et Giovanni Stradano, Défaite de Radagaise roi des Goths à Fiesole, au plafond de la Salle des Cinq-Cents du Palazzo Vecchio à Florence en Italie.
Défaite de Radagaise roi des Goths
Mais les troupes romaines, alliées aux Wisigoths et aux Huns vinrent en aide aux Florentins et Radagaise dut alors se retrancher sur les hauteurs de Fiesole et dans les vallées proches.

Une position défavorable pour les Goths qui se retrouvèrent ainsi acculés dans des lieux arides et privés de nourriture suffisante pour pouvoir nourrir les 200.000 soldats ennemis.

Les troupes romaines commandées par le général romain Stilicon, beau-père de l’empereur Flavius Honorius, profitant de la famine qui touchait les troupes des Goths décidèrent de les attaquer.

Près de la moitié des troupes de Radagaise furent tuées et les survivants se rendirent aux Romains. Radagaise, roi des Goths fut capturé puis exécuté.

Sous le tableau de Vasari, on peut lire : « FLOREN [TIA] GOTHOR [UM] IMPETU FORTISS RETUSO ROM. CONS. VICTORIA [M] PRAEBET ».

Giorgio Vasari et Giovanni Stradano, Délibération sur la Guerre de Pise et harangue d'Antonio Giacomini Plafond de la Salle des Cinq-Cents du Palazzo Vecchio à Florence.

Giorgio Vasari et Giovanni Stradano, Délibération sur la Guerre de Pise et harangue d'Antonio Giacomini Plafond de la Salle des Cinq-Cents du Palazzo Vecchio à Florence.
Délibération Guerre de Pise
Dans ce tableau on peut voir la Signoria, le conseil de Florence, en pleine délibération pour décider de faire ou non la guerre à Pise.

La scène se passe dans la salle du Duecento du Palazzo Vecchio, reconnaissable par les fenêtres à deux baies du quatorzième siècle et son plafond à caissons que l’on voit au fond.

Sur la droite dans la chaire, on peut voir Antonio Giacomini en train de haranguer les membres de la Signoria.

Dans le haut du tableau, Vasari a représenté une Némésis qui tient une épée de feu qui demande vengeance contre les Pisans qui s’étaient rebellés contre Florence.

C’est lors de cette réunion que le conseil des citoyens de la république de Florence décidera de faire de nouveau la guerre à Pise.

Il existe par contre un doute à propos de la signification de ce tableau.

En effet, Vasari a inscrit à sa droite la date de 1505 alors que la date de la délibération sur la guerre de Pise était de 1491.

En 1505, la délibération de la Signoria portait sur la décision de créer une armée florentine constituée de citoyens florentins au lieu de mercenaires pour la poursuite de la guerre contre Pise.

Sous le tableau octogonal est inscrit : « S.P.Q. FLOR[ENTINUS] PISANIS REBELLIB[US] MAGNO ANIMO BELLUM INDICIT ».

Giorgio Vasari et Giovanni Stradano, Délibération sur la Guerre de Pise et harangue d'Antonio Giacomini Plafond de la Salle des Cinq-Cents du Palazzo Vecchio à Florence.
Délibération Guerre Pise
Giorgio Vasari et Giovanni Stradano, Délibération sur la Guerre de Pise et harangue d'Antonio Giacomini Plafond de la Salle des Cinq-Cents du Palazzo Vecchio à Florence.
Délibération Guerre de Pise

Giorgio Vasari et Giovanni Stradano, Prise de Vicopisano, Plafond de la Salle des Cinq-Cents du Palazzo Vecchio à Florence.

Au centre de ce tableau de bataille de Vasari, on peut voir des Suisses accompagnés par la cavalerie ainsi que d’autres soldats.

Giorgio Vasari et Giovanni Stradano, Prise de Vicopisano, Plafond de la Salle des Cinq-Cents du Palazzo Vecchio à Florence.
Prise de Vicopisano
Le château de Vicopisano est représenté dans le haut du tableau.

Les troupes suisses et florentines, lors de cette bataille en 1498, étaient sous le commandement de Paolo Vitelli.

Le général florentin avait établi son camp à Vico Pisano dans la direction de San Giovanni della Vena.

De cette manière, il coupait la route à toute aide aux assiégés qui aurait pu provenir de Pise.

Vitelli avait également positionné son artillerie de manière à faire un maximum de dommages aux murs intérieurs de la ville.

Cette stratégie fut payante puisque les habitants voyant qu’ils ne pourraient pas être secourus par Pise se rendirent aux Florentins.

Au premier plan, un vieillard symbolise le fleuve de l’Arno accompagné du lion de Florence.

Sous le tableau est inscrit : « VICUM FLOR[ENTINI] MILITES IRRUMPUNT ».

Giorgio Vasari et Giovanni Stradano, Défaite des Vénitiens à Casentino, Plafond de la Salle des Cinq-Cents du Palazzo Vecchio à Florence.

Giorgio Vasari et Giovanni Stradano, Défaite des Vénitiens à Casentino, Plafond de la Salle des Cinq-Cents du Palazzo Vecchio à Florence.
Défaite des Vénitiens à Casentino
Dans ce tableau octogonal, Vasari a représenté la défaite des armées vénitiennes par celles de Florence dans la région du Casentino, à Vernia et Montalone en hiver 1498.

Le peintre a bien montré l’âpreté du paysage montagneux enneigé et verglacé.

C’est durant cet hiver 1498 que les troupes vénitiennes avaient été envoyées en renfort au secours des Pisans.

Les Vénitiens étaient sous le commandement de Guidubaio Duc d’Urbino, Carlo Orsini et Bartolomeo d’Alviano.

Ils se retrouvèrent bloqués dans le Casentino après la fermeture des cols alentour par le général florentin Paolo Vitelli.

Les troupes florentines, aidées des habitants de la vallée profitèrent alors de leur position pour lancer des attaques répétées contre les Vénitiens qui se rendirent aux Florentins.

Sous le tableau, on peut lire l’inscription suivante : « VENETI PISARUM DEFENSORES VICTI ».

Giorgio Vasari et Giovanni Stradano, Prise de Cascina, Plafond de la Salle des Cinq-Cents du Palazzo Vecchio à Florence.

Giorgio Vasari et Giovanni Stradano, Prise de Cascina, Plafond de la Salle des Cinq-Cents du Palazzo Vecchio à Florence.
Prise de Cascina
Dans cette prise de Cascina, les Florentins sont commandés par le général Paolo Vitelli qui entre de force dans la ville avec ses troupes tandis que son artillerie tire contre les remparts.

Le général florentin Paolo Vitelli est représenté à cheval au premier plan, reconnaissable grâce à son bâton de commandement qu’il tient en l’air.

L’étendard des Florentins montre un lys rouge sur fond blanc.

Les tentes installées tout autour de la ville symbolisent le siège de la ville avant sa conquête finale.

Un siège qui ne dura en fait que vingt-six heures avant la capitulation de Cascina et ce grâce à la puissance de feu des canons florentins.

Cet événement eut lieu le 26 juin 1499 lors de la reprise des hostilités entre Florence et Pise.

Rappelons que dans cette guerre, Pise était appuyée par les troupes du roi de France tandis que Florence était alliée au Duc de Milan.

Sous le tableau on peut lire : « CASCINA SOLIDA VI EXPUGNATUR ». Et sur la droite, la date : « A PARTU VIRGINIS MCCCCIC ».

Giorgio Vasari et Giovanni Stradano, Bataille Navale entre Florentins et Pisans, Plafond de la Salle des Cinq-Cents du Palazzo Vecchio à Florence.

Cette bataille navale eut lieu au printemps 1509.

Cinq grandes galères et deux bateaux armés florentins attaquèrent les navires pisans à l’embouchure de l’Arno.

Giorgio Vasari et Giovanni Stradano, Bataille Navale entre Florentins et Pisans, Plafond de la Salle des Cinq-Cents du Palazzo Vecchio à Florence.
Bataille Navale
Les bateaux pisans étaient chargés de blé pour aider Pise à résister au siège des Florentins.

Ces aides alimentaires provenaient de Lucques et de Gênes.

Pour bloquer cette tentative d’approvisionnement de Pise, les Florentins réunirent une petite flotte et envoyèrent en même temps des troupes sur les côtes proches des endroits où devait passer le convoi pisan.

De cette manière, ils forcèrent le convoi pisan à continuer sa route jusqu’à l’embouchure de l’Arno.

Entre l'embouchure de l’Arno et Fiumemorto, les Florentins avaient disposé des troupes, mais également leur artillerie le long des rives du fleuve.

Voyant qu’ils ne pouvaient plus avancer sans prendre de grands risques et qu’ils ne pourraient pas plus être en mesure de débarquer leurs vivres, les navires pisans firent demi-tour en direction de la côte de Gênes.

Trois des bricks pisans chargés de blé furent alors coulés par les Florentins.

Dans le bas du tableau de Vasari, on voit Neptune avec un Triton qui assistent à la victoire des Florentins.

Sous le tableau, Vasari a écrit les mots suivants : « COMMEATU ET SPE EXCLUDUNTUR ».

Giorgio Vasari et Giovanni Stradano, Le Triomphe après la Guerre de Pise, Plafond de la Salle des Cinq-Cents du Palazzo Vecchio à Florence.

Après la capitulation de Pise à l’issue de treize années de guerre, ce tableau de Vasari représente l’entrée en triomphe à Florence des troupes florentines le 8 juin 1509.

Giorgio Vasari et Giovanni Stradano, Le Triomphe après la Guerre de Pise, Plafond de la Salle des Cinq-Cents du Palazzo Vecchio à Florence.
Triomphe après la Guerre de Pise
Vasari a choisi de représenter ce retour triomphal en l’assimilant aux triomphes romains.

Pour ce faire, il a intégré des éléments distinctifs de la Rome antique dans sa peinture.

Le plus évident d’entre eux est le char tiré par quatre chevaux blancs derrière lequel marchent des prisonniers avec les mains attachées dans le dos.

Au sommet du char, Florence est symboliquement représentée couronnée et portant un bouquet de fleurs.

Vasari a également peint un arc de triomphe, à droite du pont de la Carraia, par lequel les troupes florentines s'apprêtent à entrer à Florence.

Le fleuve Arno est représenté sous le pont, mais également de manière allégorique en bas et à droite du tableau, surmonté d’une corne d’abondance pleine de fruits et tenant un vase d’où s’écoule l’eau du fleuve.

Les Florentins, alignés de chaque côté du cortège triomphal, accueillent les vainqueurs.

Sous le tableau on peut lire : « LAETA TANDEM VICTORIA VENIT ».

Giorgio Vasari, Prise de Monastero, Plafond de la Salle des Cinq-Cents du Palazzo Vecchio à Florence.

Giorgio Vasari, Prise de Monastero, Plafond de la Salle des Cinq-Cents du Palazzo Vecchio à Florence.
Prise de Monastero
Giorgio Vasari a représenté ici la grande échauffourée entre les Florentins et les Siennois, à Monastero, un endroit proche de Sienne et particulièrement bien défendu par des forts et murailles comme on peut le voir sur le tableau.

La prise de Monastero fut faite à la fois par l’infanterie et la cavalerie.

Il s’agit de l’une des premières opérations militaires qui ont suivi l’assaut contre le fort de la Porte Camollia de Sienne.

Monastero, comme d’autres villes autour de Sienne telles Villa de Belcaro ou Leccetto, faisait partie des prises à assurer par les troupes de Florence, menées par le marquis de Marignan, pour encercler Sienne et conquérir la ville.

Monastero était la plus importante des villes proches de Sienne, d’où l’importance de sa conquête.

La ville de Monastero et ses forts étaient alors protégés par les troupes de Cornelio Bentivoglio qui étaient composées de 800 fantassins.

Elle fut conquise le 10 avril 1554 à l’aube, lors d’un assaut qui, en profitant de la présence d’un épais brouillard, utilisa cet effet de surprise pour couper les possibilités de liaisons avec la ville de Maremma.

Sous le tableau, Vasari a écrit : PRAELIUM ACRE AD MONASTERUM ».

Giorgio Vasari et Giovanni Stradano, Bataille de Marciano en Val di Chiana, au plafond de la Salle des Cinq-Cents du Palazzo Vecchio à Florence en Italie.

Giorgio Vasari et Giovanni Stradano, Bataille de Marciano en Val di Chiana, au plafond de la Salle des Cinq-Cents du Palazzo Vecchio à Florence en Italie.
Bataille de Marciano Val di Chiana
Ce tableau est différent de la grande fresque qui se trouve plus bas sur le mur de la salle des Cinq-Cents du Palazzo Vecchio qui consacre la victoire finale des Florentins.

La bataille ici représentée fait suite à l’assaut infructueux des troupes Médicis et impériales contre le fort de Marciano tenu par les Français et les rebelles florentins sous les ordres de Pietro Strozzi.

La bataille, menée du côté florentin par le marquis de Marignan dura plus de dix heures, jusqu’au coucher du soleil avec de lourdes pertes pour chacun des belligérants et sans victoire décisive pour l’un ou l’autre des camps.

Cette première bataille eut lieu le 29 juillet 1554.

Il fallut trois jours de combats terribles entre les deux ennemis avant la victoire finale de Florence le 2 août 1554.

Dans le bas du tableau, Vasari a intégré une divinité fluviale pour représenter le marais de Chiana.

Sous le tableau est écrit : « GALLI REBELLESQ [UE] PROELIO CEDUNT ».

Giorgio Vasari et Giovanni Stradano, Défaite des Turcs à Piombino, au plafond de la Salle des Cinq-Cents du Palazzo Vecchio à Florence en Italie.

Giorgio Vasari et Giovanni Stradano, Défaite des Turcs à Piombino, au plafond de la Salle des Cinq-Cents du Palazzo Vecchio à Florence en Italie.
Défaite des Turcs
La nuit du 12 juillet 1555, une flotte turque, alliée des rebelles florentins et des Français commandés par Piero Strozzi se présenta devant Piombino.

Cette flotte était composée de 90 galères et de 20 vaisseaux de guerre.

Pour faire face à cette flotte ennemie, le capitaine du Duc Cosme Ier de Médicis, Chiapino Vitelli dirigeait les troupes florentines et leurs alliées italiennes et allemandes.

Près de la ville de Piombino, à Sant’Anastasia, 3.000 janissaires tentèrent un débarquement qui fut repoussé, mais avec de lourdes pertes pour les troupes allemandes ainsi que pour la cavalerie commandée par Leone da Carpi.

Après seulement deux heures de combats, les Turcs furent forcés à rembarquer pour échapper au massacre de troupes.

La peinture de Vasari montre la déroute des Turcs qui fuient et s’accrochent comme ils peuvent aux bateaux.

Vasari a également représenté un vieillard symbolisant la mer et tenant une branche de corail à la main.

Sous le tableau est écrit : « PUBLICI HOSTES TERRA ARCENTUR ».

Plafond Cosme Ier Médicis | Histoire de Florence | Guerres Batailles | Toscane
Salle Cinq-Cents Salle et Plafond | Peintures Plafond | Guerre de Pise | Guerre de Sienne | Sculptures
Art Histoire Cinq-Cents | La Tour | Salles Vasari | Masque Dante | Ghirlandaio | Bronzino | Salviati | Cortile | Intérieur
Palazzo Vecchio Art Histoire | Situation | Horaires Prix | Autorisations



Retour en haut de la page