Les Fresques du Jugement Dernier de la Coupole de Brunelleschi à Florence


Les Fresques de la Coupole de Brunelleschi Cathédrale Santa Maria del Fiore ou Duomo à Florence en Italie
Les Fresques de la Coupole

Les Fresques du Jugement Universel à Florence

Les fresques de l'intérieur de la coupole représentent le Jugement universel, la chrétienté et ses symboles, furent peintes de 1572 à 1579, par Giorgio Vasari jusqu'à sa mort en 1574 puis par Federico Zuccari.

C'est le Grand-Duc Cosimo Ier de Médicis qui désigna Giorgio Vasari pour l'exécution des fresques destinées à décorer l'intérieur de la coupole.

Une œuvre gigantesque :
- 3.600 m2 de fresques représentant 700 personnages dont :
- 248 anges,
- 235 âmes,
- 21 personnifications,
- 102 personnages religieux,
- 35 damnés,
- 13 portraits,
- 14 monstres,
- 23 angelots
- 12 animaux.

Tabernacle biblique de l'Arche d'Alliance avec les 24 Seigneurs de l'Apocalypse, fresques de la Coupole de la Cathédrale Santa Maria del Fiore ou Duomo à Florence en Italie
Les 24 Seigneurs de l'Apocalypse
Juste sous la lanterne est représenté le tabernacle biblique de l'Arche d'Alliance avec, représentés en 8 groupes de trois, les 24 Seigneurs de l'Apocalypse.

La représentation du Jugement universel vient d'un théologien bénédictin, Vincenzo Borghini, qui rédigea un texte très détaillé à l'usage des peintres.

L'iconographie de la coupole utilise les sept vices auxquels s'affrontent les sept vertus alliées aux sept dons de l'Esprit Saint et aux sept béatitudes.

Vincenzo Borghini, dans sa lettre à Giorgio Vasari, lui demande de distinguer sept degrés, un pour chaque pan de la voûte. Le pan central étant occupé par Jésus-Christ juge.

Jésus-Christ Jugement universel, les fresques de la Coupole de Brunelleschi dans la Cathédrale Santa Maria del Fiore à Florence en Italie
Jésus-Christ Jugement universel
En partant du haut, une rangée de chœurs d'anges portant un instrument de la Passion.

Vient ensuite la rangée des Saints et bienheureux, suivi plus bas des triades des dons de l'Esprit Saint, des Béatitudes et des Vertus.

Chaque triade de chaque pan de la coupole représente, à côté les uns des autres, un don de l'Esprit Saint, une Vertu et entre les deux, la Béatitude.

Enfin, le niveau le plus bas correspond à l'enfer. Dans chaque pan est représenté un péché mortel ou un vice.

Sur le pan de la voûte opposé à celui présentant Jésus-Christ est représenté Lucifer condamné.

Les trois vertus théologales, les fresques de la Coupole de Brunelleschi dans la Cathédrale Santa Maria del Fiore à Florence en Italie
Les trois vertus théologales
On peut lire en haut les inscriptions, portées par les anges, "INRI" Iesus Nazarenus Rex Iudeorum et "Ecce Homo".

On remarque ensuite deux chœurs de séraphins angéliques et de chérubins au-dessus de Jésus-Christ.

Sous Jésus-Christ, on peut voir la Vierge Marie, en prière et adoration, puis Adam et Ève et les Saints Florentins positionnés comme intercesseurs.

On peut ensuite voir les trois vertus théologales, au centre la charité, la vertu la plus importante, et de chaque côté d'elle, l'Espérance et la Foi.

Scènes de l'enfer et des péchés, les fresques de la Coupole de Brunelleschi dans la Cathédrale Santa Maria del Fiore à Florence en Italie
Fresques de la coupole, scènes de l'enfer
On peut voir ensuite un personnage féminin qui représente l'église qui se dépouille de sa réalité militante, terrestre, pour devenir triomphante.

D'autres allégories représentent le temps qui s'arrête avec un sablier brisé, et d'autres qui regardent la fin, l'anéantissement de la mort.

Dans l'enfer on peut voir le péché de l'envie, représenté par l'hydre.

Les fresques de Giorgio Vasari dans la Cathédrale Santa Maria del Fiore à Florence en Italie
Les fresques de Giorgio Vasari
Face à l'envie, en opposition, est représentée la triade composée de la Béatitude des Pacifiques, du don de la sagesse et la vertu de l'amour du prochain.

Au-dessus se trouvent les Apôtres et Patriarches, couronnés par les chœurs d'anges du Trône qui portent la croix.

Dans le troisième pan, on peut voir le péché de la paresse, représentée par un âne, auquel s'oppose la Béatitude des bienveillants, le don de l'Esprit Saint de l'intelligence et la vertu de la prudence.

Au-dessus des bienheureux et des Saints sont représentés des Papes, évêques et prêtres, les puissances sont un chœur d'anges portant la colonne de la flagellation.

Sous la Coupole, le Chœur

Le Chœur de la Cathédrale Santa Maria del Fiore à Florence en Italie
Le Chœur de la Cathédrale
De forme octogonale, comme la coupole, il est délimité par une clôture de marbre datant du milieu du XVIe siècle.

Autour du chœur se trouvent trois grandes absides présentant chacune cinq chapelles.

Symétrique de l'Ancienne Sacristie, se trouve la Sagrestia Nuova, la Nouvelle Sacristie.

C’est ici que les Pazzi, les rivaux des Médicis, tentèrent d’assassiner Laurent le Magnifique le 26 avril 1478, pendant la messe de Pâques, juste au moment de l'Élévation.

Laurent le Magnifique réussit à se réfugier dans la Nouvelle Sacristie malgré ses blessures. Son frère eut moins de chance et perdit la vie.


Retour en haut de la page