Le Marché de l'Erbaria, ou Erberia, au Rialto à Venise


L'Erbaria au Marché du Rialto à Venise.
L'Erbaria au Marché du Rialto
Lorsque l'on parle du marché du Rialto, on ne parle pas d'un mais de trois marchés bien différents.

Le plus connu est celui de la Pescheria (ou encore Pescaria), c'est le marché aux poissons.

Le second est le marché de l'Erbaria (ou erberia) qui se tient le long du Grand Canal, entre les Fabriche Nove et la Pescaria. C'est le marché aux fruits et légumes.

Le dernier est la Beccaria (ou beccarie ou encore beccherie) qui est la halle aux viandes.

Marché du Rialto, l'Eberia, plaisir des yeux
Marché du Rialto, l'Eberia, plaisir des yeux
Tout commença en 1097 lorsque deux Vénitiens fortunés, Pietro et Tiso Orio, firent don à la République de Venise d'un énorme terrain qui comprenait des boutiques et des entrepôts.

Les autorités de Venise, devenues propriétaires de cet espace situé en plein cœur du centre d'activité principal de la ville à cette époque, se sont alors occupées de l'aménagement et du développement de l'activité commerciale dans cette partie du quartier du Rialto.

Et le commerce alimentaire n'en était qu'une partie, le Rialto était aussi le centre bancaire de la cité au moyen âge.

Mais ce qui nous intéresse ici est le marché de l'Erbaria, toujours très actif plusieurs siècles après sa création !


On ne sait pas exactement quand le marché des fruits et légumes de l'Erbaria (ou erberia) prit naissance dans le quartier mais nous avons des traces écrites de son existence dès le XIIIe siècle.

Marin Sanudo, écrivait à propos de l'Erbaria en 1493 :

Le marché de l'Erbaria tout en couleurs
Le marché de l'Erbaria tout en couleurs
« Dans cette ville où rien ne pousse, vous pouvez trouver tout ce que vous voulez en grandes quantités.

Et c'est en raison de l'écoulement rapide des marchandises; tout arrive ici, surtout des victuailles venant des villes du monde entier […]

Ici, au Rialto, c'est comme dans un jardin potager, on vend de grandes variétés de fruits et à si bon marché que c'est merveilleux. »
Marino Sanudo

Et si vous passez à Venise dans le quartier du Rialto le matin, il faut absolument que vous passiez à l'Erbaria pour emplir vos yeux de couleurs, vous enivrer d'odeurs et y écouter chanter la langue vénitienne.

Peu après Marino Sanudo, en 1550, c'est Pietro Aretino dit L'Arétin, qui habitait alors au Palais Bolani (aujourd'hui détruit), juste à côté des marchés du Rialto, qui nous décrit le spectacle qu'il pouvait admirer depuis sa fenêtre :

Le marché de l'Erberia à Venise, parfums et bouquets de légumes
Le marché de l'Erberia, bouquets de légumes
« Je peux donc vraiment dire que je jouis de la plus belle rue et de la vue la plus animée du monde.

Je ne peux me mettre à la fenêtre sans voir des milliers de gens et autant de gondoles à l'heure du marché.

A droite, la vue découvre le campo delle Beccarie et la Pescheria, le champ gauche embrasse le pont et le Fondaco dei Tedeschi ; à la croisée des deux, le Rialto où se pressent les marchands.

Il y a pour moi des vignes sur les chalands, le gibier à poil et à plume dans les boutiques, le potager sur le sol.

Peu m'importent les ruisseaux arrosant les prés quand à l'aube je regarde l'eau couverte de toutes sortes de produits de saison.

Quel joli passe-temps, le manège des convoyeurs distribuant des tas de fruits et de légumes aux porteurs qui les acheminent ! »
Pietro Arétino (1492 - 1556) - Lettres de l'Arétin

Page Suivante : Des fruits ardents comme des pierres précieuses


Retour en haut de la page