Carlo Goldoni “Le Molière Italien” (1707-1793)

Goldoni naît à Venise le 25 février 1707, au coin de la Ca' Cent'Ammi.

Il meurt à Paris le 6 février 1793 “entre les infirmités et les misères”.

Une Enfance et une Jeunesse Mouvementées

Dans ses Mémoires , écrites en français, il nous raconte son enfance et sa jeunesse, heureuses et mouvementées.

Carlo Goldoni
Carlo Goldoni
« Je ne m'annonçai point par des cris en voyant le jour pour la première fois. Cette douceur semblait manifester mon esprit pacifique qui ne s'est jamais démenti depuis lors. »
Carlo Goldoni

Son bon naturel s'épanouit dans une maison bourgeoise de Venise, au milieu d'une grande famille heureuse et joyeuse : avec un grand-père qui fait donner des spectacles et des opéras à la maison, un père qui l' amuse avec un petit théâtre de marionnettes qu' il avait fabriqué lui-même.

Etudiant Nomade Passionné de Comédie

A 9 ans, il part au collège à Pérouse, il jouera dans une représentation et composera sa première pièce.

Elle figurera en tête de liste de ses oeuvres dans ses mémoires.

Il poursuit ses études dans différentes villes d'Italie, à cause des déplacements de son père médecin, mais aussi et surtout au gré des ses fantaisies de jeune homme passionné de spectacles et de comédies.

à Rimini, au lieu des Barbara, des Baralipton, des enthymèmes qui lui rompaient la tête, il se délectait à la lecture d'Aristophane, Plaute et Térence.

Et il n' hésite pas à suivre une troupes de théâtre dont les jeunes comédiennes le persuadent de faire le voyage de Rimini à Chioggia :

« Avec nous, dans notre barque, on joue, on rit, on chante, on s’amuse. »

Trois jours de voyage… à 14 ans, Goldoni vit une étonnante symbiose du théâtre et des joies de la vie qu’il n’oubliera jamais…

« J'ai été en France, j'ai été en Espagne
J'ai été à Londres et en Allemagne
Mais charmantes comme les Vénitiennes
Tendres comme douces colombes
Je n'en ai vu nulle part ailleurs. »
Carlo Goldoni

L'apprentissage du Métier d'Avocat

AVenise il sera clerc dans l'étude d'un oncle avocat.

Puis Milan et Pavie, où il suit ses cours de droit en dilettante... et d'où il est expulsé pour avoir ridiculisé les jeunes filles de la ville!

1725-27, il a retrouvé son père à Udine, Gorizia, Vipacco et à Modène, où il se remet au droit.

époque où il est tenté d'entrer dans les ordres.

Un Juriste Ecrivain Saltimbanque et... Assistant du Chef de la Police

1728-29 : son père le rappelle à Chioggia, où habitait sa mère.

Carlo devient assistant du chef de la police criminelle.

Il en profite pour étudier les menus évènements du jour, écouter les potins et les commérages qu'il entendait de sa fenêtre et dont il s'inspire pour écrire les célèbres “Querelles de Chioggia”.

Carlo Goldoni Avocat vénitien

Changement de poste, il reprend ses études à Padoue et obtient le titre d'Avocat vénitien en 1732.

A peine installé comme avocat à Venise, les dettes et autres problèmes l’obligent encore un fois à errer de ville en ville sans pouvoir se fixer en occupant des postes divers et variés.

1735-36, sa passion du spectacle le conduit à suivre la troupe de Giuseppe Imer : à Padoue, Udine, Gênes, où il épouse Nicoletta, 19 ans, fille de notaire.

Le Théatre de Carlo Goldoni
Le Théatre de Carlo Goldoni

Amour, Bonheurs et Déconfitures

Cette “manie déambulatoire” qu’il aurait héritée de son père, n’est pas pour autant signe d’instabilité.

Cette période picaresque est un apprentissage de la vie : il a connu des amours décevantes, il a été la victime des voleurs, des tricheurs, des imposteurs…

Mais il ne se plaint jamais, aucune rancœur, aucune misanthropie, aucune mélancolie :

« Grâce au ciel, ni les chagrins, ni les réflexions n’ont jamais pris sur mon appétit, non plus que sur mon sommeil. »

Un Aventurier Honorable

Tout en étant juriste itinérant, Goldoni écrit pour le théâtre.

Dans ses mémoires, il se décrit comme un “aventurier honorable”.

Goldoni est avant tout un réaliste doué d’un bon naturel et un grand amoureux du théâtre de la vie qu’il observe et qu’on retrouve dans ses pièces.

Page Suivante : La Commedia dell'Arte


Retour en haut de la page