Le Verre de Murano

Les Îles de Venise : Murano, Burano, Torcello :

Excursion en Bateau dans les îles de Murano, Burano et Torcello  Informations » 

Démonstration des Maîtres Verriers de Murano :

Démonstration travail du Verre de Murano  Informations » 

Coupe sur pied en verre incolore soufflé et émaillé à chaud avec des émaux multicolores et de l'or, fin XVe - début XVIe siècle, musée du verre de Murano à Venise
Coupe sur pied, émaux multicolores et or

Du verre aussi fin que des brins de soie

« A l'ancien palais Sernagiotto, nous avons assisté aux transformations les plus extraordinaires que subit le verre sous les doigts d'un ouvrier habile.

On le trouve en forme d'yeux artificiels, on le tréfile aussi fin que des brins de soie et il se plie alors à tous les caprices de l'homme inventif ; on en fait des plateaux, des dessous de lampes, voire même, je crois, des cravates.

Les ravissantes millefiori se fabriquent dans l'île Murano avec du sable tiré de Polà, située sur la côte istriote.

Cette industrie était toute florissante dès 1489. »
Georges Bastard - 50 jours en Italie 1878

L'éclat et le luxe apparent de la richesse

Carafe, colliers et bagues en verre de Murano du XVe siècle, au musée du verre de l'île Murano à Venise
Carafe, colliers et bagues
« C'est à Murano que se trouvent les anciennes fabriques de verroterie auxquelles Venise dut jadis une partie de sa renommée industrielle, et qui entretiennent encore maintenant un grand commerce, surtout avec le Levant.

Ces manufactures ont conservé le secret de leurs moyens de fabrication, et font à très bas prix une foule de petits objets charmants, tels que des perles, des bracelets, des colliers, qui servent de parure aux femmes du peuple : la misère peut ainsi se permettre l'éclat et le luxe apparent de la richesse. »
Jules-Léonard Belin - Le Simplon 1843

Jouets hochets et églises pour religieuses et jeunes filles

« A un mille de Venise, l'on trouve une île assez grande, bâtie avec des canaux comme la ville.

Apollon et les muses de Marcantonio Raimondi, plat de parade émaillé et doré à froid sur le revers, de la moitié du XVIe siècle, au musée du verre de Murano à Venise
Apollon et les muses, plat de parade
Plusieurs maisons en composent une petite nommée Murano.

C'est un évêché : la République y tient un gouverneur ainsi que dans toutes les villes ou postes qui peuvent être importants.

Il y a en tout treize ou quatorze églises.

La principale est pavée de mosaïque dans le goût de celle de Saint-Marc et soutenue par plusieurs colonnes antiques où, a dire la vérité, il n'y a pas grand chose à voir.

Apollon et les muses de Marcantonio Raimondi, plat de parade émaillé et doré à froid sur le revers, de la moitié du XVIe siècle, au musée du verre de Murano à Venise
Apollon et les muses
Le petit couvent de filles, nommé des Anges, a une église qui n'est pas grande.

Le grand autel avec deux petits aux côtés, sont de bon goût, le tout est de marbre. Le particulier n'est pas beau, mais le tout ensemble me plaît.

Sur l'autel il y a une “Annonciation” que je crois du Pordenone qui est fraîche et conservée à merveille. J'ai vu dans ce lieu plusieurs tableaux de la vieille école qui m'ont parus bons.

Le choeur de ses religieuses est d'une propreté et d'un goût infinis.

Ce qui rend Murano recommandable, ce sont les verreries.

Vase religieux en verre de Murano émaillé du XVIIe siècle au musée du verre de l'île de Murano à Venise
Vase religieux
On y fait aussi des glaces mais elles doivent à présent céder aux nôtres, soit pour la grandeur, soit pour la netteté et la façon dont elles rendent les objets.

L'on faisait il n'y a pas encore longtemps, publiquement dans les verreries des jouets ou hochets pour les religieuses ou jeunes filles.

A présent, on le leur a défendu sous peine d'excommunication.

Ce qui ne les a pas empêché d'en faire un devant moi et de m'en fournir une douzaine pour le service de mes amies.

Murano sert encore de guinguette l'été et dans le canal qui le traverse le jour de l'Ascension, toute la ville y vient faire le cours.

On le tient tout l'été depuis le pont de Rialto jusqu'au port. »
Comte de Caylus - Voyage d'Italie 1714-1715

Un Vieux Refrain de Barcarolle

Seau en verre de Murano émaillé à froid, de la moitié du XVIe siècle, au musée du verre de Murano à Venise
Seau en verre de Murano
« Ils modèlent, pour moi, un petit flacon aux couleurs de l'Italie, qui pousse dans la flamme comme une fleur féerique ; ils tournent au moyen de pinces la pâte embrasée ; leurs visages bruns se meuvent sur la fournaise, où se forment, au gré de leur souffle, mille tubes déliés.

Le feu des forges et celui des verreries doit griser comme un vin chaud, car tous les forgerons et tous les verriers chantent avec furie en battant le fer ou en tordant le verre.

Les ouvriers de Murano entonnent devant moi un vieux refrain de barcarolle, qu'ils changent en menace prophétique contre les Tedeschi (Note e-Venise.com : à cette époque Venise est occupée par les Autrichiens) il s'agit d'un esturgeon qu'on harponne dans la lagune, où il a osé se montrer.

Coupe nuptiale d'Angelo Barovier, dernier quart du XVe siècle en verre bleu émaillé avec des émaux polychromes et or fondu, musée du verre de Murano à Venise
Coupe nuptiale d'Angelo Barovier
La fabrique des glaces est située à Murano de l'autre côté du canal, où est la fabrique des perles ; on ne fait plus à Venise que des miroirs français.

L'usine est dirigée par un Parisien, qui met l'industrie moderne bien au-dessus de l'ancienne, et se garderait de produire, ou plutôt de reproduire, ces glaces d'art et ces lustres splendides de Venise, si recherchés des connaisseurs.

Je visite les deux vieilles églises de Murano, celle de San Pietro Martyre et celle degli Angeli.

Dans la première se trouvent une Vierge de Giovanni Bellini et le Saint Jérôme de Paul Véronèse.

La seconde église est du neuvième siècle, un bas-relief et une inscription attestent son ancienneté. Murano fut peuplée dès le cinquième siècle.

Les fugitifs du littoral s'y réfugièrent pour échapper à l'invasion des Huns.

Coupe nuptiale d'Angelo Barovier, dernier quart du XVe siècle en verre bleu émaillé avec des émaux polychromes et or fondu, musée du verre de Murano à Venise
Coupe nuptiale d'Angelo Barovier
L'île de Murano resta longtemps indépendante de Venise ; au huitième siècle, un podestat vénitien la gouverna.

Tous ses habitants sont verriers ou marins ; une grande misère règne aujourd'hui à Murano, comme dans toute la Vénétie.

Les maisons et les monuments y tombent en ruine.

Je regarde une belle façade, dont la longue galerie soutient une élégante terrasse.

C'était autrefois un couvent de nonnes, célèbres dans les annales galantes de Venise; sous ces légères arcades, les vierges folles apparaissaient par les belles nuits d'été. »
Louise Colet - L'Italie des italiens 1862

Barovier, Cristalo et Lattimo | Miroirs et Mosaïques


Retour en haut de la page