L'île de Murano à Venise

Le bateau de vente de fruits et légumes du Rio dei Vetrai sur l'île de Murano à Venise
Bateau fruits et légumes à Murano

Vastes Espaces Liquides

« Notre gondole balancée longeait et tournait le mur qui ferme Murano.

Sur ces eaux peu profondes et pâles, qui présentent parfois les couleurs excessives des fleurs d'automne, nous suivions un chenal entre des balises, tandis qu'affleurait çà et là un limon mal dissous.

Une voile, violemment colorée d'ocre, coupait seule devant nous le frémissement brillant de l'air et la solitude de la plaine.

Ces vastes espaces liquides, qui, vers le septentrion, bordent la ville des doges, sont aussi tristes que la campagne romaine : l'artiste et le philosophe aiment à peser cette désolation presque palpable et lourde comme la vraie beauté. »
Maurice Barrès - Amori et Dolori Sacrum - La Mort de Venise 1916

Jardins et lauriers roses sur l'île de Murano à Venise
Jardins et lauriers roses

Des bosquets d'orangers, de jasmins et de grenadiers

« Un peu plus loin, à une demi-heure en gondole de la Piazzetta, est la célèbre Murano, où naquit la peinture vénitienne, et où l'industrie du verre avait pris autrefois de si beaux développements.

Cette île a eu jusqu'à 30000 habitants et seize églises. L'une d'elles, San Donato, est une basilique byzantine où apparaît déjà l'influence de l'art arabe.

Une autre, Saint-Pierre-Martyr, est un édifice de la fin du XVe siècle, qui possède des peintures de Jean Bellini et de Véronèse.

Jardin du musée du verre de Murano dans le Palazzo Giustinian sur l'île de Murano à Venise
Jardin Musée du verre
Il paraît que jadis Murano, de même que la Giudecca et le Lido, était une sorte du jardin d'Armide.

Les Italiens en contaient des merveilles, et un poète de Feltre, Castaldi l'a chantée lyriquement dans ses vers.

Ses bosquets d'orangers, de jasmins et de grenadiers, dont les parfums embaumaient la lagune, étaient, au XVe siècle, le rendez-vous préféré des amis d'Aldo Manuce et des humanistes qui y fuyaient les tracas de la ville.

Les viveurs de Venise allaient aussi y faire de fins soupers de nuit au son de la musique.

Jules Gourdault - Venise et la Vénétie 1886

Au milieu des fleurs d'Orient

Basilique dei Santi Maria e Donato, Saint-Donat sur l'île de Murano à Venise
Basilique Santi Maria e Donato
« Murano. Tous les étrangers y visitent les verreries, et les poètes commémorent les délices de ses jardins, fameux dans toute l'Europe avant que la République eût fait la conquête de Padoue et que les grands seigneurs peuplassent la Brenta.

C'est ici qu'au milieu des fleurs de l'Orient, que la nuit faisait plus odorantes, et tandis que la vague balançait les gondoles à la rive, les voluptueux, les amants discrets et les politiques venaient s'attarder sous le masque. »
Maurice Barrès - Amori et Dolori Sacrum - La Mort de Venise 1916

Plus de jardins qu'à Venise

« Murano est une des plus grandes et des plus agréables îles des lagunes, à un petit mille de Venise.

Le Rio dei Vetrai et la Fondamenta Manin sur l'île de Murano à Venise
Le Rio dei Vetrai à Murano
II y a quelques belles maisons et beaucoup plus de jardins proportionnellement qu'à Venise.

Cette île est aussi traversée d'un canal plus grand que les autres canaux de la même île, et les fameuses Verreries dont vous avez tant ouï parler, sont sur ce canal.

Vous ne devez pas vous représenter ces bâtiments, comme ayant rien du tout d'extraordinaire, cela est divisé en plusieurs logements, salles, magasins, fourneaux, bûchers, et comme partout ailleurs.

Autrefois, le verre qu'on appelle cristal de Venise, était le plus beau de l'Europe. »
Maximilien Misson - Voyage d'Italie 1720

Île des Jardins et des Plaisirs

Le Campanile de Burano et l'église dei Santi Maria e Donato sur l'île de Murano à Venise
Campanile et église
« Son esprit errait à travers l'île rouge et verte de Murano, toute fleurie de ces fleurs hyalines dans la pauvreté désolée qui lui faisait perdre jusqu'au souvenir de l'heureux temps où les poètes la chantèrent comme “un séjour de nymphes et de demi-dieux”.

Il pensait aux jardins illustres où Andrea Navagero, le cardinal Bembo, l'Arétin, Alde et le docte chœur rivalisaient d'élégances en leurs dialogues platoniciens, lauri sub umbra.

Il pensait aux monastères voluptueux comme des gynécées, habités par de petites nonnes vêtues de camelot blanc et de dentelles, au front enguirlandé de boucles, aux seins découverts selon l'usage des honnêtes courtisanes, adonnées aux secrètes amours, très recherchées par les patriciens licencieux, nommées de doux noms comme Ancilla Soranzo, Cipriana Morosini, Zanetta Balbi, Béatrice Falier, Eugenia Muschiera, pieuses maîtresses de lascivetés. »
Gabriele d'Annunzio - Le Feu

Verre et Contes de Fées | Le Verre, vie du souffle humain

Les Îles de Venise : Murano, Burano, Torcello :

Excursion en Bateau dans les îles de Murano, Burano et Torcello  Informations » 

Démonstration des Maîtres Verriers de Murano :

Démonstration travail du Verre de Murano  Informations » 


Retour en haut de la page