Le Campo Santo Stefano à Venise

Le Campo et l'église Santo Stefano à Venise.
Le Campo et l'église Santo Stefano

Jeux et Tournois

Mais dans sa période festive, il y avait aussi des jeux et des tournois qui se déroulaient sur le Campo San Stefano.

C'est d'ailleurs juste après la fête qui se déroulait ici à l'occasion d'un tournoi, que le Duc de Ferrandina, Antonio Castriota, fut tué le 17 février 1549 par deux Vénitiens qui l'avaient pris pour… un autre.

Une histoire d'amour qui avait mal tourné et surtout la faute au masque qu'il portait.

Comme quoi l'anonymat pouvait aussi être également dangereux et pas seulement pratique…

Place du marché en 1807

En 1807, le marché hebdomadaire qui se tenait auparavant sur la Place Saint-Marc, fut déplacé sur le Campo Santo Stefano.

Toutefois, ce fut de courte durée puisqu'en 1809, le marché du Campo Santo Stefano était à son tour déplacé sur le Campo San Polo.

Niccolò Tommaseo Campo Santo Stefano
Niccolò Tommaseo Campo Santo Stefano

Au centre du Campo une statue rebaptisée “il Cagalibri” par les Vénitiens

Il y a une statue, fanal bien visible, en plein centre du Campo Santo Stefano qui est donc devenue un lieu de rendez-vous privilégié pour y retrouver ses amis.

De fait, on y voit souvent des couples et des amis qui s'y retrouvent tandis que d'autres attendent patiemment…

La statue de Nicolò Tommaseo, écrivain, est assez imposante et a été rebaptisée de manière peu amène par les Vénitiens à cause de la pile de livres qui semble lui tomber derrière son pardessus.

Mais laissons un fils de Venise vous dire cela lui-même :

« C'est Niccolò Tommaseo: sa statue maussade sur la place Santo Stefano pose son derrière sur une pile de volumes reliés, sous les pans de son pardessus s'écoule une vidange diarrhéique de codes et de volumes.

Les vénitiens l'ont surnommé il Cagalibri (le chieur de livres). »
Tiziano Scarpa - Venise est un poisson

Un festival de Palais et deux Églises

Mais le Campo Santo Stefano est aussi remarquable par les très beaux palais qui le bordent : Le Palazzo Morosini ou fut reçu Napoléon Bonaparte mais aussi le palazzo Pisani, le palazzo Loredan (siège aujourd'hui de l'Institut des Sciences, lettres et arts), le palais Barbaro et, caché dans la verdure, le palazzo Franchetti Cavalli Gussoni et son très beau jardin.

A chaque extrémité du Campo on trouve des églises.

D'un côté la grande église de Santo Stefano, et de l'autre celle de San Vitale, devenue aujourd'hui le centre d'art San Vidal qui accueille des concerts de musique classique.

Instant détente au café sur le Campo Santo Stefano
Instant détente au café sur le Campo Santo Stefano

Une terrasse rit dans un angle

« Nous sortons des galeries par une autre issue; nous passons devant le portail de San Stefano, et nous arrivons sur une grande place qui est une des plus attrayantes de Venise ; la nef de l'église s'y déroule d'un côté, d'un autre le palais Morosini, en face le palais Loredan.

Une terrasse formant jardin suspendu rit dans un angle de ce beau campo San Stefano, et, dans un enfoncement, en retour du palais Morosini, s'élève le gigantesque palais Pisani ; c'est un monument du dix-septième siècle, massif, d'un faux goût, mais formant là une décoration superbe qui semble évoquer les acteurs d'un drame par celle belle nuit.

Les cours et les portes sont closes, plus de gardes, plus de serviteurs ; les hautes fenêtres, où pas une lampe ne rayonne, attestent la solitude derrière leurs vitres sans rideaux ; ce palais qui fêta Napoléon 1er n'a plus pour hôtes que quelques artistes venant faire des études à Venise. »
Louise Colet - L'Italie des italiens 1862

Page Précédente


Retour en haut de la page