Le Campanile de Saint-Marc

Galilée présente sa Lunette Astronomique au Doge Leonardo Donato le 21 Août 1609. Fresque de 4m91 sur 2m38 datant de 1858 et qui se trouve à la Villa Ponti à Varese en Italie.Galilée présente sa lunette astronomique - Agrandir

Galilée y présente sa Lunette Astronomique

Les 4 faces du Campanile de Saint-Marc correspondent aux 4 points cardinaux.

Mais le Campanile de Saint-Marc est également entré dans l'histoire, car c'est ici que Galilée a présenté sa Lunette Astronomique au Sénat de Venise et au Doge.

Grâce à l'intervention de son ami Paolo Sarpi, Galilée est en effet invité à présenter sa lunette astronomique à Venise.

Le 21 août 1609, Galilée est au sommet du Campanile avec le Doge Leonardo Donato et des membres du Sénat.

Le sénateur Antonio di Gerolamo Priuli en a laissé une description.

Grâce à cette démonstration Galilée fut nommé professeur à l'université de Padoue et reçut une pension de 1.000 Florins par an.

La Loggia par Sansovino en 1870
La Loggia par Sansovino (Photo 1870)

A sa Base, La Loggia

Au début du XVIe siècle, la partie inférieure du Campanile en pierres brutes n'était pas en harmonie avec la magnificence du reste de la Place Saint-Marc.

Sansovino fut chargé de la décoration :
« Dans ce travail l'artiste révéla tout son génie.

Rien de plus délicieux que le petit édifice carré, revêtu de marbres, de bronzes et de statues, dont il l'entoura.

C'était vers 1540 qu'il exécuta ce chef d'œuvre qu'on ne se lasse pas d'admirer.

On ne peut imaginer quelque chose d'aussi gracieux, d'aussi délicat, d'aussi bien harmonie que cette sorte de petit palais en miniature que l'on nomme la Loggia.

D'abord la Loggia fut destinée à servir de salle de réunion aux nobles Vénitiens jusqu' en 1610.

Mais, en dernier lieu, les Procurateurs de Saint-Marc l'occupèrent, et c'est de là qu'ils commandaient la garde pendant les séances du Grand Conseil. »
Driou - Voyage à Venise - 1861

Les portes de Bronze d'Antonio Galli en 1870
Les portes de Bronze d'Antonio Galli (Photo 1870)

Avec ses Portes de Bronze et ses Reliques

Les portes en bronze à l'entrée de la Loggia ont été sculptées en 1734 par Antonio Galli.

« On peut regarder la Loggetta comme un des plus vastes reliquaires du monde : là sont exposés des morceaux de la vraie croix, divers instruments de la Passion de Notre-Seigneur, le couteau qui lui servit lors de la Cène, des ossements de saint Jean-Baptiste, l'évangile manuscrit de Saint-Marc […] »
Jules Léonard Belin - 1843

Portes de Bronze Antonio Galli - Détail
Portes de Bronze Antonio Galli - Détail
Vous pouvez voir ci-contre un détail des portes de bronze de la loggia réalisées par Antonio Galli.

Les portes ont évidemment chacune leur lion de Saint-Marc.

Inévitable en cet endroit de la ville de Venise !

Au Sommet, un Ange Poussé par le Vent

Au sommet du Campanile de Saint-Marc se dresse un ange recouvert d'or qui tourne au gré du vent.

Notre ange est de plus maintenant bien modernisé avec une antenne paratonnerre, des anti-pigeons sur chacune de ses ailes, le tout sans oublier les fils fixés entre ses ailes... pour empêcher qu'il ne s'envole ? Ces vénitiens tout de même !

L'Ange du Campanile de Saint-Marc à Venise
L'Ange du Campanile de Saint-Marc
Au fait, désolés, on ne nous a pas communiqué le numéro de téléphone portable de l'Ange !

Quand l'Ascenseur n'existait pas…

« On arrive au sommet par une pente douce, par un véritable sentier, car l'escalier est uni, construit en briques et dépourvu de degrés. »
Louise Collet - Italie des Italiens - 1862

« Carré comme un donjon, il permet d'atteindre sa plate-forme par une pente douce qui n'a qu'une seule large marche à chaque angle du mur. »
Driou - Voyage à Venise - 1861

« Comme la Giralda de Séville, le Campanile n'a pas d'escalier : l'ascension s'opère par une rampe que l'on pourrait gravir à cheval, tant la pente est douce [...]

A chaque palier une petite meurtrière, pratiquée sur une des faces de la tour, laisse filtrer une lumière suffisante.

Après avoir monté assez longtemps, on parvient à la plate-forme, où sont les cloches.

Des colonnes de marbre vert et rouge supportent quatre arcades sur chaque pan du Campanile et laissent la vue s'étendre aux quatre points de l'horizon ; un escalier en spirale permet de s'élever encore plus haut, jusqu'au pied de l'ange doré mais c'est une fatigue inutile, car le panorama complet de Venise se déroule dès cette première station. »
Théophile Gautier - Italia, 1855.

Il paraît que Napoléon l'aurait gravi à cheval en 1807.

Cloche du Campanile Saint-Marc à Venise
Cloche du Campanile Saint-Marc

Les Cinq Cloches du Campanile

Autrefois elles rythmaient les manifestations de la vie publique. Chacune avait une fonction particulière. Chacune ayant sa “voix” personnelle chargée de signification pour les Vénitiens.

La Marangona est la plus grosse et la seule rescapée de l'écroulement du Campanile en 1902.

Elle marquait le commencement et la fin des travaux de la journée. Elle donnait le premier avis de convocation aux réunions du Grand Conseil.

Détail d'une cloche du Campanile de Saint-Marc à Venise
Détail d'une cloche du Campanile
La Trotteria, fondue en 1279, sonnait tout de suite après la Marangona lorsque devait se réunir le Grand Conseil (il Maggior Consiglio) pour demander aux Patriciens qui en étaient membres de se mettre “au trot”, car à cette époque, on y allait encore à cheval !

La Nona sonnait midi.

La Mezza Terza, ou la Pregadi, annonçait les réunions du Sénat.

La Renghiera ou Maleficio donnait le signal des exécutions capitales.

Détail d'une cloche du Campanile de Saint-Marc à Venise
Détail d'une cloche du Campanile
« Au son de la cloche de Terza, le chef des archers entra, et me dit qu'il avait ordre de me mettre sous les Plombs. »
Casanova - Histoire de ma vie. (Arrestation de Casanova)

« Les cloches de San Marco donnèrent le signal de la Salutation angélique, et leurs tintements puissants se dilatèrent en larges ondes sur le miroir du bassin, vibrèrent dans les vergues des navires, se propagèrent sur la lagune infinie.

De San Giorgio Maggiore, de San Giorgio dei Greci, de San Giorgio degli Schiavoni, de San Giovanni in Bragora, de San Moisè, de la Salute, du Redentore, et de proche en proche par tout le domaine de l'Évangéliste, jusqu'aux tours lointaines de la Madonna dell'Orto, de San Giobbe, de Sant'Andrea, les voix du bronze se répondirent, se confondirent en un seul chœur immense, étendirent sur le muet assemblage des pierres et des eaux une seule coupole immense de métal invisible dont les vibrations semblèrent communiquer avec le scintillement des premières étoiles.

Ces voix sacrées donnaient une infinie grandeur idéale à la Ville du Silence. »
Gabriele D'Annunzio. Le Feu.

Le Vol De L'Ange

La cérémonie d'ouverture des festivités du Carnaval était marquée par le “svolo dell'Angelo”, le vol de l'Ange, où un acrobate audacieux descendait sur une corde tendue entre la plate forme du Campanile et la Loggia du Palais Ducal, où le Doge assistait à la scène.

Le Campanile de Saint-Marc à Venise vu de nuit.
Le Campanile la nuit
L'Ange courageux a été remplacé maintenant par une Colombe bourrée de confettis qu'elle laisse tomber pendant sa descente sur la foule rassemblée sur la Piazzetta. Le Vol de la Colombe inaugure le Carnaval.

Le Supplice De La Cheba

Au milieu de la face sud du Campanile il y avait autrefois une poutre qui dépassait au dehors.

On y suspendait une cage en bois renforcé de métal dans laquelle on enfermait les prêtres coupables de méfaits.

Ils restaient ainsi suspendus, balancés jour et nuit au gré du vent, supportant la chaleur ou les intempéries.

La durée de cette exposition humiliante était variable.

Ils recevaient leur repas (pain et eau) au moyen d'une corde… Ce supplice fut heureusement aboli en 1518.

Le Phare de Venise

« Dominé lui-même par son toit aigu, que surmonte un ange d'or, ce Campanile semble le phare de Venise, car il en commande tous les édifices. »
Alfred Driou - Voyage à Venise

« La pyramide du Campanile, très haute, scintillante parmi les constellations silencieuses dans le sein de la nuit, évoquait sur la multitude ivre de clameur l'immensité du silence bleu, le navigateur à l'extrémité de la lagune d'où cette lumière lui apparaissait comme un phare nouveau. »
D'Annunzio. Le Feu.

Page Précédente : Commencé en 888, écroulé en 1902 - Page suivante : Vue et Horaires de Visite


Retour en haut de la page