Le Campanile dei Santi Apostoli à Venise
Hauteur : 47 mètres

Le Campanile dei Santi Apostoli, dans le Cannaregio à Venise.Le Campanile dei Santi Apostoli - Agrandir Le Campanile dei Santi Apostoli, situé dans le sestier du Cannaregio à Venise, est un beau campanile de 47 mètres de haut.

Selon les uns, l'église et son premier campanile, furent construits au VIIe siècle, mais, selon d'autres, cette construction ne daterait que du IXe siècle.

Ce qui veut dire que ce Campanile, ou tout au moins l'ancêtre qui l'a précédé, faisait déjà partie du paysage vénitien dès les origines de Venise.

De destructions en constructions

La première église et son campanile furent détruits lors d'un incendie, en 1105.

En 1450, le fût du campanile, son "tronc" est reconstruit. Mais à cette époque, il n'existe pas encore de chambre pour les cloches.

Sa base est en pierre d'Istrie tandis que la tour, le "tronc", est en briques. On peut d'ailleurs voir ce campanile sur le plan-vue de Venise réalisé par Jacopo de Barbari, un plan datant de 1500.



Sur ce dessin, on voit que la tour du campanile présente deux bandes verticales, tout comme le campanile actuel, et que le fût est surmonté d'un muret comportant trois ouvertures dans lesquelles étaient installées les cloches.

La chambre des cloches du Campanile dei Santi Apostoli, dans le Cannaregio à Venise.La chambre des cloches du Campanile - Agrandir Une chambre des cloches fut construite plus tard, mais celle-ci fut détruite lors d'un ouragan en 1659.

En 1672, selon les uns, on reconstruit le fût, le tronc du campanile. Pour d'autres, c'est la chambre des cloches qui fut reconstruite...

C'est en tout cas en 1672 que Guiseppe Tassini situe l'accident dont fut victime Domenico Longo, dit Bachetin, un vieux prêtre responsable de la reconstruction du campanile.

D'après Tassini, mais cela nous paraît plus du domaine de la légende que véridique, un prêtre, Domenica Longo serait tombé du Campanile en glissant depuis la chambre des cloches, ce qui signifierait donc qu'elle était bien déjà là !

Le pauvre prêtre en aurait été quitte pour la peur puisque ses vêtements se seraient (toujours au conditionnel) accrochés à l'une des aiguilles de l'horloge, où il resta suspendu le temps que l'on vienne à son secours.

Ajoutons que le cadran du campanile dei Santi Apostoli est un cadran à 24 heures, ce qui signifie que l'aiguille salvatrice ne se déplaçait que très lentement et que l'on put ainsi le secourir avant qu'il ne soit décroché par le cours du temps !

Pour couper court aux incohérences de dates sur la construction de la chambre des cloches, disons simplement que le campanile fut achevé en son état actuel entre 1672 et 1720.

La chambre des cloches et le sommet en bulbe du campanile furent réalisés sur les plans de l'architecte Andrea Tirali.

La coupole, le bulbe du campanile dei SS. Apostoli fut détruit par la foudre le 28 octobre 1779.

Sans marches, en briques et pierre d'Istrie

La base du campanile est en pierre d'Istrie, tandis que son fût quadrangulaire est en briques. Le fût est surmonté d'une large corniche en pierre d'Istrie, sur laquelle repose la chambre des cloches.

Cette chambre des cloches est assez élégante avec ses huit colonnes et ses quatre petits balcons permettant de sortir de la chambre des cloches pour admirer le panorama.

La chambre des cloches est surmontée d'une coupole en forme de bulbe, recouverte de plomb.

Une autre des caractéristiques de ce campanile dei Santi Apostoli réside dans le fait qu'il ne possède pas de marches pour accéder à son sommet. Ce sont donc des pentes douces en briques qui permettent d'y monter.

Le même principe avait également été appliqué à l'ancien Campanile de Saint-Marc.

Horloges et Cloches

D'après l'historien Cesare Auguste Levi, l'horloge fut restaurée en 1820 et les cloches furent toutes remplacées en 1840.

Lors de notre visite du campanile en 2011, nous avons remarqué que toutes les cloches de la partie basse, celles se situant à hauteur d'homme, portaient la date de 1907, tout comme le mécanisme de l'horloge elle-même, construit à Milan par Cesare Fontane.

Le Cadran du Campanile de l'église dei Santi Apostoli, dans le Sestier du Cannaregio à Venise.Cadran du Campanile - Agrandir Ce dernier mécanisme n'a pas résisté à la rouille et on lui a substitué, ainsi que pour les cloches, un système électromécanique.

L'Heure à Venise : Une manière de compter les heures très... vénitienne !

À Venise, les vingt-quatre heures de la journée ne commençaient pas à minuit, mais au moment de la prière de l'Angélus, soit une demi-heure après le coucher du soleil.

Dans les autres villes italiennes, on avait une demi-heure d'avance sur Venise puisque c'était au coucher du soleil que la journée suivante démarrait.

Ce qui fait qu'en fonction des saisons et du déplacement du soleil au cours de l'année, on avançait ou l'on reculait l'heure sans cesse sur les horloges, dont évidemment celles des campaniles.

On faisait ainsi régulièrement retarder ou avancer d'une demi-heure, l'heure à la Tour de l'Horloge de la place Saint-Marc :

- L'heure restait la même en janvier, juin, juillet et décembre.

- On modifiait l'heure deux fois par mois en février, mars, août, septembre et novembre.

- On changeait l'heure trois fois par mois en avril et en octobre.

Ce n'est qu'après l'invasion de Venise par Napoléon Bonaparte, que cette manière de compter les heures à Venise, vieille de plus de mille années, fut remplacée par l'heure dite française.

Un Campanile qui donne l'heure de nouveau grâce... aux Français !

Depuis 2010, des Français du Lycée d'Altitude de Briançon, sous la direction de Denis Vialette, assisté de Dominique Dion et de Stéphane Ferraris, spécialistes des horloges d’édifice, entretiennent l'horloge du Campanile dei Santi Apostoli.

Comme nous vous l'avons indiqué plus haut, les heures sont affichées sur un cadran de 24 heures, ce qui signifie que l'aiguille des heures n'effectue le tour de l'horloge qu'une fois par jour.

Pour le lire, il ne faut regarder que la plus grande des aiguilles (il n'y a pas d'aiguille des minutes, les autres ne sont que décoratives et représentent les rayons du soleil). La partie droite du cadran va donc de midi à minuit (le 12 tout en bas du cadran) et la partie gauche de minuit à midi (le 12 tout en haut du cadran).

Ce campanile n'est pas ouvert au public et ne se visite malheureusement pas.


Retour en haut de la page