Le Pont des Soupirs, le pont des Condamnés à Mort

Le pont des Soupirs à Venise avec, à droite, les prisons
Le pont des Soupirs et les prisons

Un Tunnel Couvert

« Il est en marbre blanc, d'une architecture sévère, mais élégante : c'est une sorte de tunnel couvert, éclairé par deux fenêtres, carrées, de chaque côté, garnies d'énormes barres de fer croisées.

Ce passage est divisé longitudinalement en deux par une cloison solide en maçonnerie : il y a donc deux corridors, l'un au midi, l'autre au nord.

Les condamnés politiques passaient par le premier, les malfaiteurs passaient par le second, pour se rendre les uns et les autres de la salle du tribunal dans les cachots qui leur étaient destinés.

On pouvait également passer par là pour se rendre aux cachots des Plombs ou à ceux des Puits.

Le Rio de Palazzo et le Palais des Doges avec le pont des Soupirs à Venise
Palais des Doges et pont des Soupirs
Ce pont des Soupirs jouissait d'une triste célébrité : il inspirait même une telle terreur, que les gondoliers évitaient de passer dans le canal des Orphelins ; ou, s'ils étaient contraints d'y passer, ils ramaient de toute la force de leurs bras pour s'éloigner au plus vite.

Du reste, et cela ne contribuait pas peu à inspirer une juste frayeur, le canal était étroitement surveillé par les hommes du Conseil des Dix : souvent on ne les voyait pas, mais on sentait toujours leur présence.

D'autre part, tandis que la gondole glissait sur les eaux silencieuses du canal, des profondeurs du palais à gauche, des profondeurs de la prison à droite, s'élevaient de sourds gémissements humains qui glaçaient d'effroi. »
J. Malgat - Les Anciennes Prisons de Venise - 1898

La Sortie des Condamnés à Mort

Le pont des Soupirs vu depuis le Palais des Doges à Venise
Pont des Soupirs vu du Palais des Doges
Une petite porte à fleur d'eau, placée sous ce pont des Soupirs, s'ouvrait tout d'un coup.

Il était couvert d'un linceul.

La grosse barque le portait et ses rameurs masqués s'avançaient, en tête de la Judecca, dans la direction de Poveglia, vers ce canal Orfano, dont les eaux profondes engloutissaient le corps du condamné avec une corde au cou... »

Ambroise Tardieu - Trois Mois à Venise 1884

Adieu Venise

Gondole sous le pont des Soupirs, le long du Palais des Doges à Venise
Le pont des Soupirs
« C'est un fleuve d'or que, entre les rives de brique rose, remonte la gondole du Rio dei Palazzi.

La rame unique trouble l'eau verte et rouge.

Aux carrefours, l'homme pousse le "Aoï" traditionnel pour avertir de sa venue, mais sous le pont des Soupirs, le silence vous guette.

Un instant, la pensée s'envole vers ceux que le Grand Conseil venait de condamner à la prison à vie et qui gagnaient leur tombe.

A travers les rosaces des fenêtres latérales, ils jetaient un regard à la ville qui brûle des feux sombres de la beauté : Adieu Venise, la loi des hommes serait moins cruelle si nous ne nous étions pas connus. »
André Fraigneau - Venise Que j'aime 1957

Une Impression d'Effroi

Le pont des Soupirs à Venise, entièrement fermé
Le pont des Soupirs entièrement fermé
« Cependant la même impression nous suit, le même effroi nous accompagne lorsque nous traversons le pont des Soupirs.

Ce n'est pas l'attente du bonheur qui lui a fait donner ce nom, ce n'est pas l'espérance qui a fait battre tant de coeurs qui l'ont traversé, non, mais les horreurs de la torture et le désespoir de la mort !

Ce pont, entièrement fermé, couvert, sombre, jeté à la hauteur d'un troisième étage, peut se comparer à un sarcophage suspendu entre deux rives. »
Noémie Faouëdic du Dondel - Souvenirs 1875

Un Trait d'Union entre Joie et Douleur

« A quatre pas de ce que j'admirais, je traversai les salles du Conseil des Dix, puis par une porte massive je pénétrai dans le Pont des soupirs, trait d'union entre le palais et la prison : la joie et la douleur. »
Felix Rousseaux - Luiggia 1871

Histoire du Pont des Soupirs


Retour en haut de la page