La Place Saint-Pierre de Rome, son Obélisque et la Colonnade de Bernini


Les Cendres de Jules César et la Relique de la Vraie Croix

La place Saint-Pierre de Rome
La place Saint-Pierre
À l’origine, cet obélisque était surmonté d’un globe dans lequel, d’après une légende datant du moyen âge, Caligula aurait fait mettre les cendres de Jules César.

Mais l’architecte Domenico Fontana, chargé des opérations d’installation de l’obélisque, examina lui-même le globe et constata qu’il avait été fondu en un seul bloc sans aucune ouverture, d’où l’impossibilité d’y insérer quoi que ce soit. Fin de la légende !

Ce globe fut offert à la commune de Rome par le Pape Sixte V, et il est désormais exposé dans les musées du Capitole.

La place Saint-Pierre de Rome
La place Saint-Pierre
On profita de l’arrêt des travaux entre mai et septembre pour remplacer le globe par une croix.

Une croix de bronze contenant elle-même une relique de la Sainte Croix apportée à Rome depuis la Palestine par Sainte-Hélène.

Sixte V fit également poser sous la croix l’emblème de sa famille, les Peretti : un mont à trois cimes surmontées d’une étoile à huit pointes.

Au pied de l’obélisque, en 1817, l’astronome L.G. Gilij installa sur le sol une méridienne avec une rose des vents, qui transforma alors l’obélisque en un cadran solaire.

La place Saint-Pierre de Rome
La place Saint-Pierre
L’obélisque est censé représenter le centre idéal.

Et pourtant, il n’est pas parfaitement centré par rapport à la Basilique Saint-Pierre.

Il se trouve en effet décalé de 4 mètres par rapport à l’axe médian de la façade de la Basilique.

L’explication en est simple.

La place Saint-Pierre de Rome
La place Saint-Pierre
Lors de l’érection de l’obélisque, la place Saint-Pierre, délimitée comme aujourd’hui par la colonnade de Bernini, n’existait que comme un grand espace ouvert dans lequel on l’avait installé en face de la Basilique.

Quant à la colonnade de Bernini, elle devait présenter une symétrie parfaite dans tous ses composants pour donner l’impression visuelle souhaitée et l’obélisque en constitue le centre, même s’il n’est pas parfaitement aligné avec la Basilique.

Un peu avant l’obélisque se trouvent deux fontaines, l’une fut réalisée par Carlo Maderno en 1613 et l’autre par Gian Lorenzo Bernini, en 1677, positionnées de manière parfaitement symétrique par rapport à la place et à l’obélisque.

Son Obélisque


Retour en haut de la page