La Place Saint-Pierre de Rome : Deux bras grands ouverts pour accueillir les fidèles

Les statues des Saints de la place Saint-Pierre de Rome
Les Statues de la Colonnade
La place Saint-Pierre de Bernini, avec ses deux grands bras ouverts accueillant et menant les fidèles jusqu’à la Basilique, procède également d’une symbolique particulièrement puissante en parfaite harmonie avec le message de l’Église.

Ses deux bras formés par les arcs de deux cercles qui s’entrecroisent dessinent cette superbe forme ovale ouverte et particulièrement dynamique.

Cette horizontalité monumentale permet de mettre en valeur, d’un côté, la domination de Dieu sur le monde et de l’autre, une invitation à la foule des fidèles à s’avancer vers la Basilique.

La place Saint-Pierre de Rome vue de nuit
La place Saint-Pierre
Cette création architecturale de Bernini a également eu pour effet de créer visuellement une augmentation de la hauteur de la façade de la Basilique dessinée par l’architecte Carlo Maderno.

Lors d’un voyage à Paris, Bernini avait déclaré que la création de ces deux ailes d’arcades à colonnes avait également pour objet d’agrandir visuellement la porte d’entrée de la Basilique que certains, à l’époque, trouvaient trop basse.

L’obélisque de la Place Saint-Pierre

L'obélisque de la place Saint-Pierre de Rome
L'obélisque Place Saint-Pierre
Le grand obélisque de granit rouge sans hiéroglyphes, qui mesure 25,37 mètres de haut et pèse 330 tonnes placé au centre complète cette superbe mise en scène.

Et si l’on compte le piédestal et la croix qui surmonte l’obélisque, la hauteur totale est de 40,28 mètres.

C’est le second obélisque le plus haut de Rome.

Il fut apporté à Rome depuis Alexandrie par l’empereur Caligula, qui le fit installer dans son cirque, devenu plus tard le cirque de Néron, un cirque situé à l’endroit de l’actuelle sacristie.

L'obélisque de la place Saint-Pierre de Rome
Obélisque Place St-Pierre
On dit que c’est au pied de cet obélisque que Saint-Pierre fut martyrisé.

Pline explique que pour amener l’obélisque à Rome, on construisit exprès un bateau de 400 tonnes pour le transporter.

Un bateau sur lequel on installa quatre blocs de granit et 2.800.000 livres de lentilles égyptiennes pour bloquer au mieux l’obélisque pendant son transport en mer.

En 1586 le Pape Sixte V, grand amateur d’obélisques, demanda à l’architecte Domenico Fontana de l’installer sur la place Saint-Pierre.

Une passion pour les obélisques qui datait des empereurs romains, à tel point qu’il y a aujourd’hui à Rome plus d’obélisques que dans toute l’Égypte !

Une opération complexe et difficile : il ne fallut pas moins de 907 hommes, 55 chevaux et 40 treuils pour l’amener depuis son emplacement d’origine, à 300 mètres de là, et l’ériger au centre de la place Saint-Pierre.

L'obélisque de la place Saint-Pierre de Rome
L'obélisque Place Saint-Pierre
L’opération commença le 30 avril 1586 et le 7 mai, l’obélisque était au sol, à l’emplacement où il devait être érigé.

Les opérations furent alors suspendues à cause des fortes chaleurs et ce n’est qu’en septembre que l’obélisque fut enfin dressé face à la Basilique Saint-Pierre.

À ce propos, une jolie histoire fut également inventée deux siècles plus tard.

L'obélisque de la place Saint-Pierre de Rome
L'obélisque Place Saint-Pierre
Elle racontait que le Pape, au moment de redresser l’obélisque, vu les risques que cela représentait et pour garder une concentration maximum au cours de la délicate opération, avait imposé le silence aux spectateurs et ouvriers, et ce sous peine de mort !

Mais un marin du nom de Bresca, voyant la tension anormale subie par les cordes aurait osé crier de mouiller les cordes pour empêcher leur rupture.

Loin de lui infliger la peine de mort, la légende indique que le Pape, reconnaissant, aurait accordé au marin et à ses descendants, le privilège exclusif de la fourniture des palmes de la fête des rameaux à la basilique Saint Pierre.

Page Précédente | Page suivante

Retour en haut de la page


Retour en haut de la page