La Fête des Maries ou Festa delle Marie de Venise

La Fête des Mariages devient la Fête des Maries ou Festa delle Marie

Carnaval de Venise - La Fête des Maries
La Fête des Maries
Après avoir battu les pirates et récupéré les jeunes mariées, le deux février, jour de la purification de la Vierge Marie, on organisa une grande cérémonie pour fêter le retour des jeunes épouses, heureuses et fières d'être portées en triomphe à travers toute la ville en liesse.

C'est ainsi que la Fête des Mariages devint la Fête des Maries, la fête des jeunes mariées innocentes et pures comme Marie, la mère du Christ.

Et le nom de Fête des Maries se justifiait d'autant plus qu'elle se terminait par la visite du Doge à Santa Maria Formosa, qui, à cette époque, était la seule église de Venise consacrée à la Vierge Marie.

Carnaval de Venise - La Fête des Maries
La Fête des Maries
Les Maries étaient choisies directement par les Vénitiens : on choisissait deux jeunes filles parmi les plus belles et les plus sages pour chaque Sestier, et comme il y a six Sestieri à Venise, cela faisait douze.

Il revenait ensuite au Doge de confirmer leurs choix.

La Festa delle Marie à l'époque de sa splendeur

Et la Fête des Maries, fixée dès lors au deux février, devint de plus en plus belle et de plus en plus riche : la parure et la dot des douze jeunes filles étaient désormais aux frais des familles les plus riches de Venise, et les paroisses mobilisaient les corps de métiers qui devaient fournir leurs trousseaux.

Aussi belles que des princesses, elles étaient accueillies sur le navire doré du Doge, le Bucintoro, suivi de barques richement décorées pour se rendre à l'église de San Pietro, où elles recevaient la bénédiction.

Carnaval de Venise - La Fête des Maries
La Fête des Maries
De là, tout le monde se rassemblait en un splendide cortège pour accompagner les Maries qui étaient portées en triomphe jusqu'à San Marco, pour assister à la sainte messe.

Ensuite elles allaient à pied jusqu'à l'église de Santa Maria Formosa.

Une variante fut également introduite : elles furent aussi promenées sur le grand canal depuis San Marco jusqu'au Rialto, et ensuite à pied, du Rialto à Santa Maria Formosa. Partout où le cortège passait, des musiciens jouaient de toutes sortes d'instruments pour ajouter le plaisir et la joie à la beauté du spectacle.

La Fête des Marie prit alors de plus en plus d'importance, on voulait lui donner encore plus de lustre en décidant que les familles les plus riches recevraient tour à tour les Maries dans leur palais pour leur offrir un banquet.

Puis les banquets furent suivis de concerts, de spectacles et de jeux.

On les appelait "Ludi Mariani", que l'on peut traduire par "Jeux Marials".

Carnaval de Venise - Marie de Tola
Marie de Tola
Il paraît d'ailleurs que, déjà à l'époque, la Festa delle Marie attirait de nombreux visiteurs étrangers à Venise.

Les festivités prirent une telle importance que la Fête des Maries finit par durer huit jours.

Les sept derniers jours étaient une fête continue : danses, déguisements, comédies, régates, et mille autres jeux durant lesquels les jeunes filles pouvaient se libérer de la réserve imposée par le pudique costume de l'époque.

Mais elles devaient retrouver leur sérieux le dernier jour, quand elles se rendaient en procession à Santa Maria Formosa !

Un peintre vénitien, Gabriel Bella, a réalisé un tableau de cette fête au moment de sa splendeur :

Malheureusement, tout cela finit par coûter de plus en plus cher à la ville, et aux grandes familles de Venise, qui allaient parfois jusqu'à s'endetter, par souci de prestige.

Carnaval de Venise - Marie de Tola
Marie de Tola
Au désordre économique causé par toutes ces rivalités mesquines entre les "sponsors" s'ajoutait le relâchement des mœurs pendant ces festivités qui ne faisaient que flatter l'orgueil des Maries.

Tant et si bien qu'en 1272 le gouvernement de la Sérénissime réduisit le nombre des Maries à quatre, puis à trois !

Et comme si cela ne suffisait pas, en 1349, on finit par remplacer les jeunes filles par des poupées de bois fabriquées à l'Arsenal.

Les vénitiens les surnommèrent "Marione" ou encore "Marie de Tola" (termes qui désignent encore aujourd'hui les femmes froides et orgueilleuses) et montraient leur mécontentement en les accueillant avec des cris et des sifflets... ou en les bombardant avec des raves ou des navets ! Puis il fut interdit de lancer des navets, sous peine d'amende.

La beauté et la joie liées à la Fête des Maries avaient disparu.

Page Suivante : Disparition et Résurrection de la Fête
Page Précédente : L'Attaque des Pirates !



Retour en haut de la page