Le Marathon de Venise 2018 - Le Venicemarathon

Date du marathon de Venise 2018

Le 33e marathon de Venise 2018 se déroulera le 28 octobre 2018

Le Marathon de Venise, le VeniceMarathon, est surtout, en plus du très bel évènement sportif qu’il représente, l’occasion de voir des athlètes de haut niveau courir dans certains des endroits les plus prestigieux et les plus beaux de Venise.

Après avoir passé le Pont de la Liberté qui relie Venise à la Terra Ferma (près de 4 kilomètres), puis traversé le Tronchetto, les marathoniens courent le long des Zattere (2 kilomètres) et connaissent alors leurs premiers ponts… et supplices vénitiens.

Ce sont le plus souvent les ponts de Venise qui font la différence entre les concurrents à l'arrivée.

Il y a en effet 14 ponts à traverser sur les seuls trois derniers kilomètres de la course !

Certes les ponts traversés dans Venise par les marathoniens sont désormais équipés de passerelles pour leur éviter l’épreuve des marches (des passerelles particulièrement appréciées par les mamans pour leurs poussettes ainsi que par les valises à roulettes des touristes, et qui restent en place jusqu’à l’Épiphanie, merci au Marathon).

Pour autant, lorsque vous devez courir un total de 42 195 kilomètres et que les trois derniers kilomètres à franchir sont parsemés de ponts à monter et à descendre, les douleurs musculaires se font tout de suite plus cruellement sentir, et tous les concurrents n’arrivent pas à gérer aussi bien cette ultime difficulté toute vénitienne.

C’est là que le spectacle commence véritablement pour des milliers de Vénitiens et de touristes, pour l’essentiel venus exprès à Venise pour assister à son fameux Marathon.

Une telle arrivée est en effet inoubliable, voir ces athlètes passer devant la Piazzetta de San Marco, devant le Palais des Doges et toute la suite des Palazzi qui bordent la Riva degli Schiavoni et le bassin de Saint-Marc jusqu’à l’arrivée, est franchement magnifique.

Les passerelles installées sur les ponts pour l’occasion ont de plus une certaine “élasticité”, comme vous pourrez le voir sur nos photos et vidéos du Marathon de Venise.

Ce qui fait que les marathoniens sont quasiment en apesanteur entre leurs foulées à la descente des ponts.

Par contre, personne ne “flotte” en l’air à la montée et les pentes sont plutôt raides !

Mais les “bravos” du public, particulièrement chaleureux, sont là pour encourager tous les participants du Marathon de Venise qui, il ne faut pas l’oublier comprend en fait plusieurs courses : masculine, féminine, mais aussi handisport.

Les athlètes de cette dernière catégorie sont tout aussi méritants que les premiers, car leurs bras doivent également “avaler” à pleine vitesse les 42 195 kilomètres de ce Marathon et croyez-nous, pour eux, la montée des ponts est encore plus difficile que pour les concurrents de la catégorie générale.

La proximité entre les athlètes et le public rend cette course encore plus belle, plus présente, plus captivante.

Les policiers et pompiers ne sont d’ailleurs essentiellement présents qu’au niveau des ponts, pour que la circulation piétonne puisse rester fluide et ils applaudissent autant que le public.

On applaudit ici dans toutes les langues, de l’italien au Russe en passant par l’anglais, l’allemand, etc… ce qui apporte encore un peu à la magie du sport : plus de frontières, juste le Sport, la beauté du Sport, la beauté de l’effort et l’union de toutes les langues, nations et religions derrière les athlètes.

On imagine, malgré l’effort et la souffrance terrible d’un marathon, l’effet que cela doit faire d’arriver dans ce lieu magique qu’est Venise, de fouler son sol dans ces endroits prestigieux avec pour vue à votre gauche ses Palais, et à votre droite, le Bassin de Saint-Marc avec l'église et le Campanile de Saint Georges Majeur en “fond d’écran”.

Merci à tous les marathoniens !

Le Marathon de Venise débute sur la Terra Ferma à la Villa Pisani à Strà, à environ 25 kilomètres à l’ouest de Venise, tout au début de la rivière de la Brenta.

Un lieu célèbre pour tous les Palazzi que les patriciens vénitiens y avaient construit au XVIIe et surtout au XVIIIe siècle.

Les marathoniens traversent ensuite les villes de Dolo, Mira et Oriago, puis la zone de Marghera, le port pétrolier situé juste avant Venise, et Mestre, pour faire ensuite un crochet de trois kilomètres à travers le parc de San Giuliano, toujours sur la Terra Ferma.

C’est ensuite que Venise, la belle et historique cité des Doges, commence à leur apparaître lorsque la course emprunte le Ponte de la Liberta, long de presque quatre kilomètres.

Un pont néanmoins encore “sympathique” pour les marathoniens, puisque… plat !

De là, ils traversent la zone portuaire du Tronchetto pour déboucher ensuite au début des Zattere, le grand quai (deux kilomètres) qui longe le canal de la Giudecca et borde le sud du Sestier du Dorsoduro.

C’est là que “l’écrémage” du Marathon de Venise commence, avec les premiers ponts à traverser et des foulées qui font toute la différence entre les marathoniens.

Au bout des Zattere, les concurrents virent autour de la pointe de la Douane de Mer pour emprunter la passerelle métallique de 170 mètres qui est installée pour l’occasion en travers du Grand Canal.

Un pont qui relie le Dorsoduro aux Giardini Reale, les jardins qui se trouvent le long du Bassin de Saint-Marc, juste derrière la bibliothèque Marciana et la Piazzetta San Marco avec ses deux colonnes de granit.

Encore sept ponts attendent les marathoniens avant l’arrivée, et pas des moindres, longs et bombés… parmi les plus imposants de Venise, à l’exemple du pont de la Piéta, particulièrement difficile à franchir pour des concurrents souvent déjà au bord de l’épuisement.

Et pourtant beaucoup d’entre eux semblent aux anges, réussissent à sourire entre deux douleurs, heureux comme nous d’être là, de devenir partie de ce décor somptueux, d’avoir fait le Marathon de Venise !


Le site Officiel du Marathon de Venise | Le Marathon de Venise sur Wikipedia


Retour en haut de la page